- 5 – Jean Louis MURAT … l’époque CLARA … 1977/1980 …

Voici ce que déclarait Jean-Louis MURAT  à Denis CALVEZ en 2003, lui parlant de l’époque « vaches maigres » (1977/1981) celle de la période « CLARA » ou Jean Louis n’était encore que BERGHEAUD« J’ai eu de la chance, un jour en 77, un pote qui était en taule a envoyé une cassette de CLARA, mon 1er groupe à Jean-Bernard HEBEY de RTL, et nous a écrit en disant qu’HEBEY  avait passé un appel sur les ondes disant :”J’ai reçu une cassette géniale d’un groupe qui s’appelle CLARA, je sais rien d’autre, si vous en savez plus …”. Je monte en stop, je coince HEBEY à la sortie d’un studio, et il descend à LA BOURBOULE, imité peu après par William SHELLER.  Et puis il nous organise un concert à RTL avec tous les pontes, il disait : “Ça y est, j’ai trouvé le nouveau TELEPHONE !”. Ce pote taulard, quelques mois plus tôt nous avait organisé notre premier concert à l’hippodrome de  LA BOURBOULE, avec 7 ou 8 grands groupes, ASPHALT, JUNGLE, BIJOU … Il avait fait monter tout Clermont ! C’est moi qui écrivais les chansons et qui chantais, je savais jouer trois accords. Je m’en souviens comme si c’était hier. Alain BONNEFONT , le guitariste, pète une corde, l’accablement l’atteint, il reste pétrifié et se met à pleurnicher, on se retrouve en trio avec le p’tit François qui en mettait pas une dans le panier et Jeannot qui arrivait pas à tenir le tempo … J’ai tout mis à fond et j’ai hurlé pendant une demi heure devant ASPHALT, JUNGLE  et compagnie sidérés. C‘étaient les débuts du rock’n roll en Auvergne ! On répétait dans un buron avec un groupe électrogène, c’était sensationnel ! Quand il y avait la pleine lune on répétait dehors, sous le ciel étoilé. Les mecs, raides défoncés montaient de LA BOURBOULE pour nous voir (Il n’y avait même pas de chemin, tu traversais un ruisseau et tu montais dans les prés) se couchaient dans l’herbe … Tout le monde partait vers 9 heures du mat’, on arrêtait quand iln’y avait plus de jus dans le groupe électrogène. Six mois après, il y avait quatre groupes à LA BOURBOULE, pour 1500 habitants ! On avait une foi pas poss’ ! On faisait des concerts destroy, je branchais le public, c’était tout nouveau, tout neuf, on ne faisait aucune concession”.

Cet extrait est déjà inséré dans la page « Personalité de JLM au travers de ses interviews ». J’essaye dans la mesure du possible de ne pas me répéter. Mais dans le cas d’espèce … cette interview correspond parfaitement à la période dont je veux vous parler et pour laquelle nous avons si peu d’élément à disposition.

A la fin des années 1970 Clermont-Ferrand est la capitale du rock français en concurence avec Rennes, Toulouse … Les groupes les plus en vogue ont pour nom « Asphalt Jungle »  « Bijou »  « Dogs » « Starshooter «  et « Téléphone »…  qui en est à ses débuts.

En 1979 « ACDC » est de passage à Clermont Ferrand

12121979acdc.jpg

Le concert se déroule le 12 décembre. Il était initialement prévu à la maison des sports, il se déroulera en définitive au hall des expos de l’aéroport de Clermont-Ferrand. Peut-être que les sieurs BERGEAUD – BONNEFONT  et PIE y étaient ???  Qui sait …

Dans une interview datée de 2002 pour le compte de CHORUS, MURAT se confie à Jean THEFAINE  notamment sur cette période CLARA : « J’étais dans la merde financièrement et psychologiquement. Bref, ça n’allait pas du tout. Je vendais une histoire mondiale de la littérature au porte-à-porte. Avec les quatre sous que j’avais de côté, j’ai acheté un ampli et une guitare, puis je suis descendu à Clermont-Ferrand.

J’ai passé une petite annonce pour trouver d’autres musiciens. C’est là que m’ont rejoint Alain, Jeannot et Jean-François que je ne connaissais pas auparavant. (…) Pour l’anecdote on retiendra que le groupe faillit s’appeler « L’homme qui a tué John LENNON ». Trois ans avant que LENNON ne décède en décembre 1980 ! Incroyable non ? Tout simplement parce qu’on avait au répertoire une chanson de 1977 qui portait ce titre ! Ca n’avait pas fait l’unanimité et on avait laissé tomber ».

Ci joint plusieurs photos extraites de la collection privée de JLM et confiées à THEFAINE  aux fins d’y être insérés dans l’article précité :

Quel âge sur cette photo ??? 

jlm1.jpg

Les 1ères répétitions à la MJC de La Bourboule en 1977 …

 claralabourboule77mjc.jpg

1977 … le groupe « CLARA » pose devant le cimetière de lA BOURBOULE …

         claracimetirebourboule77.jpg

Le 21 avril 1979 le meilleur de la scène rock de Clermont  est réuni à RIOM.

img540.jpeg

                     Un clic gauche sur la pièce permet d’aggrandir autant que nécessaire …

Parmi les invités le groupe « CLARA » avec Bergheaud mais également  »ATTILA & LES AUTRES », »HARD TRIP », « HIGH SCHOOL », « JUDAEX », « LARSEN », « MINUIT », « MERE DENIS » « SALES GOSSES » et « UBICK » …. « HIGH SCHOOL » est le groupe qui semble présenter le plus de qualités. Ces articles de presses m’ont été remis par Guy FORGEOIS membre du groupe « ATTILA ET LES AUTRES » … Dans le mail initial que m’adresse Guy FORGEOIS, il   me fait l’amabilité de me parler de Jean-Louis BERGHEAUD. Voilà ce qu’il m’écrit :

Dans un premier mail :

« Je « suis » JLM depuis que je l’ai connu à l’époque de Clara, à Clermont-Ferrand, mais véritablement découvert quelques années plus tard, avec « Passions Privées » à mon sens le plus suintant, le plus rockn’roll de ses albums, le seul que j’écoute encore (sur vinyl) avec un frisson dans l’échine. Je vais le voir chaque fois qu’à ma connaissance il passe  à Lyon, quand il n’annule pas son concert pour convenance personnelle…!

Puis dans un second :

« J’ai attrapé deux collectionnites aigüe au cours de mon existence. Deux passions pour deux… vedettes, stars, peoples (rayer les mentions inutiles). Et est-ce un hasard si ces deux stars ont en commun des personnalités imprévisibles et complètement caractérielles ?

La première était consacrée à Isabelle Adjani. Omniprésente dans les médias à une époque, la belle a rapidement réussi à saturer mes placards. Un jour de dejunking intensif, un peu lassé aussi par les caprices de la star, j’ai tout balancé à la poubelle (le tri sélectif n’existait pas encore…)

Dommage, il y avait quelques collectors à en croire les blogs consacrés…

Beaucoup moins virulente, plus mûrie et rationnelle est ma collectionnite consacrée à Jean-Louis Murat.

Ayant eu l’honneur de l’approcher dans les années qui déterminent le reste de la vie (25, 35 ans…) j’ai décidé de lui emboîter le pas et de m’intéresser à sa production artistique.

Pas toujours facile d’adhérer à son parcours ! JLM n’est certes pas du easy listing. JLM ne se laisse pas dompter à la première écoute. 

Outre un tempérament entier, sincèrement rebelle, ou rebellement sincère, le mec est bourru, parfois à la limite de susciter l’antipathie et s’en fout magnifiquement. Au moins ne se défile t-il pas, à l’instar d’un Manset, devant la médiatisation ! La fan-attitude réclame sa pitance régulière et JLM le la lui fournit ! Ça force le respect. En cela, JLM a ses mots, a ses têtes (de turc) mais globalement on doit reconnaitre qu’il assène courageusement des vérités.

Je passe sur des textes, superbement torchés, mais souvent sciemment abscons et dépourvus de sens. C’est un parti pris, les Beatles, période Lucy In The Sky, eux-même ont donné l’exemple. Mais le fan de base a besoin d’être téléguidé… Il n a que faire de l’harmonie des mots entre eux, qui déroutent, au propre comme au figuré. Il veut du sens : c’est une chanson d’amour, une chanson d’humour, une protest-song à la limite, mais c’est quoi ces histoires évaporées, ces mots inconnus façon poète maudit ?

Bon, les mélodies, la belle gueule de ses jeunes années ont été son passeport pour la notoriété. Sur le contenu, on a vite fait la distinction avec Jean-Luc Lahaye, mais les pochettes de 45T des années 80 ne laissent planer aucune ambiguité.

Et bien entendu mon album préféré, Passions Privée (« notre » époque !) est celui qu’il renie partiellement… Et pourtant, quel monument rockn’roll, à mon sens ! Rarement ressenti un climat aussi poisseux, enfièvré, suintant le rock comme un bon vieux Rolling Stone, période Sticky Fingers ! Le seul de mes vinyls que j’écoute encore !

JLM est un « artiste » (mot un peu galvaudé, dans le show biz…) d’une grande culture, comme il se doit un monument de contradiction assumée, de désespérance, sans doute à l’insu de son plein gré le porte étendard d’une génération. Indispensable. »

Avec ce second mail il m’adresse les trois photos qui ont été insérées dans la page « Inédits » avec le titre « L’empire du nord ». Ces photos sont magnifiques. JLM y a tout du rebelle …

Guy m’adresse également ce jour, trois autres photos, tirées par lui  le soir d’un concert en octobre 1979. Il m’indique avoir remis une copie de ces photos à Alain Bonnefont (le bassiste de Jean Louis) dont il est le plus proche. Il y a donc de bonnes chances pour que le Brenoï ait vu lui aussi ces photos. Les commentaires figurant sous ces clichés sont ceux de Guy FORGEOIS

murat2.jpeg

               « Une présence … hors du commun » …

murat7.jpeg

                   »En caleçon long … pieds nus » …

murat6.jpeg

         »Aux antipodes des perfectos et santiags » …

Magnifiques clichés … Guy FORGEOIS me fait l’honneur … le bonheur de les insérer à mon Blog.  Ces droits étant réservés  il demande à ce qu’on le contacte avant toute utilisation de ces photos : http://forgeois-roughman.over-blog.com/pages/JeanLouis_MURAT-996724.html

Allez visiter son Blog,  vous y trouverez un vrai talent. Celui du pinceau. A le relire je m’aperçois également que le monsieur  a une belle plume … Non je ne fais pas du lèche-botting … C’n'est pas mon genre … J’ai plaisir à lire les gens qui écrivent bien … c’est sans doute pour ça que j’aime tant Murat …

MURAT  beau gosse ??? A n’en pas douter. Mais il n’est pas le seul. Ci joint un cliché du sieur BONNEFONT … nous sommes en 1979

bonnefon clara 79

MURAT s’est très peu exprimé sur sa période « CLARA ». En 1989 pour le compte de Télérama il répond aux questions d’Anne-Marie PAQUOTTE en ces termes : « Avant je chantais dans un groupe en Auvergne. Je faisais des collages de taches, je cherchais. Je ne sais pas quoi mais je cherchais« .

rock24479.jpg

                un clic gauche sur la pièce permet d’agrandir autant que nécessaire …

Ci-dessus, un compte-rendu du concert de RIOM  qui met en avant une vraie évolution dans la musique rock locale. Les groupes tendent vers plus de qualité, le public est plus exigeant. Il n’est pas fait référence au groupe CLARA ni encore moins à BERGHEAUD

Ci dessous, un projet de maquette d’un magazine sur le rock Clermontois … qui n’a pas vu le jour hélas … Avec plusieurs camarades Guy FORGEOIS s’était mis en tête de créer ce type de revue partant de l’ébullition « rock » à Clermont … Il s’agit ici d’un dessin du numéro (0) !

maqrock.jpeg

           Affiche du groupe « Attila et les Autres » …

affattila.jpg

            Une affiche du groupe « High School » …

affhs.jpeg

 Enfin, le logo du studio de Riom ou Jean Louis Murat a enregistré « Passions privées »… qui a été réalisé par Guy FORGEOIS ainsi que le précédent …

logomagicprod.jpeg

Voilà un ensemble qui pour l’instant est de bric et de broc … mais qui a cependant l’avantage de nous fournir des informations intéressantes sur une période peu connue y compris des « muratologues » les plus avertis. Cette page est appelée à évoluer en fonction des documents qui me seront confiés ou non. Sachez que je suis demandeur …

Dans l’un des deux article de « La Montagne »qui parle du concert de Riom le 21 avril 1979 … il est fait état des démêlés de Jean Louis leader du groupe « CLARA » … (natif de la Bourboule) avec le public du Palais des Sports de Clermont … Décidément « nul n’est prophète en son pays » et « ceux … de la ville … n’aiment pas … ceux de la campagne ». L’inverse est tout aussi vrai !!!

L’Auvergnat n’a pas oublié cet épisode houleux, il  s’en explique auprès de Denis Calvez, toujours dans ce « papier » paru en 2003  :

« Pierre-Yves DENIZOT  (patron historique d’Arachnée concerts) a été le seul à nous soutenir. Il a mis CLARA  en 1ère partie de ‘MOTORHEAD », dans un Palais des Sports bourré, il en avait  rien à foutre. Pour LAVILLIERS, idem, dès la première note le public nous hue, on enchaîne, je les traite de tous les noms, de cul de plomb, de public de merde, dans une ville de merde, et on part sous les quolibets et sous les canettes de bière. Pierre-Yves avait du courage ! Plus tard, quand on a enregistré « Passions privées » à RIOM, on était le premier truc d’ici à sortir, mais à part Pierre-Yves qui nous a fait faire quelques concerts, ici y a rien eu derrière, pas une salle, pas une proposition … On galèrait à donf !  On faisait des concerts surprises, on se faisait jeter de partout. Les gens de CLERMONT  ne pouvaient pas saquer ce groupe de LA BOURBOULE, il y avait une guerre entre les groupes. Après que j’ai signé avec une maison de disques, j’étais tricard pour tout le milieu Clermontois, j’étais l’enculé qui avait signé avec le diable. Je passais à la radio, j’étais de la merde, et je le suis resté pour tous ces gens là ».

Depuis, les concerts « Koloko » ont rabiboché Murat avec le public Clermontois … j’imagine ? En définitive MURAT n’aura que très peu chanté à Clermont (hors les koloko) je ne trouve trace que de six concerts  de JLM dans la capitale Auvergnate.

Murat nous parlait d’Arachnée concerts … une entreprise qui a toujours pignon sur rue à Clermont Ferrand  pour l’organisation de spectacles …

ticketmurat.jpeg

Voici un billet d’entrée salle Rameau à Lyon (1984) pour un concert de JLM qui a l’air fringant sur cette photo. Il s’agit du Murat de la période « Passions privées ». Les concerts de JLM ne devaient pas être légion à cette époque. Pour ma part je n’en n’avais dénombré … aucun. Ce document m’a été fourni par Guy … Mille mercis.

Ci-après une interview  du magazine « Platine » où MURAT déclare à « JPP » le 31 aout 2006 : « La femme d’Alain LEVY , Michèle ABRAHAM (à l’époque programmatrice d’Europe 1), m’a programmé  « Disque de la semaine » et m’a donné de l’argent que je ne lui ai jamais rendu, pour que je puisse bouffer alors que je ramais grave. Tous ces gens ont été extra avec moi. Et il y a cinq ou 6 ans, j’ai reçu une cassette avec un mot de William SHELLER, qui me renvoyait 20 ans après la cassette « démo » CLARA que je lui avais passée. C’est une fidélité incroyable, dont je ne serais moi-même pas capable, et je culpabilise souvent de ne pas assez rendre hommage à cette qualité humaine et à William SHELLER. Il m’a donné confiance en moi, il croyait en moi en tant que mec, plus en tant que musicien d’ailleurs. Ça ne s’oublie pas ! »

Dans les années 60/70 Michèle ABRAHAM  a fait connaître la musique à beaucoup de jeunes, l’oreille collée sous les draps à leur transistor … Michèle ABRAHAM  a été l’égérie de toute une génération … William SHELLER  lui a rendu hommage en lui écrivant cette chanson …

Une étonnante Européenne

 by William Sheller

 Pose une rivière, sous l’soleil qui traîne

Et ça devient notre Dame, qui chante aux de la Seine

Et ça te pousse un jardin

Où l’on peut boire de ses mains

Aux fontaines.

Je viens par là pour crever ma peine

Cumme un vieux sac de papier gonflé à perdre haleine

Où je mettais mes chansons,

Où j’avais écrit mon nom

Pour qu’elle l’apprenne.

Refrain :

Mais j’lui donnerais l’Amérique pour la peine

Oh, c’est une étonnante Européenne

Que j’aime

Quand même.

Comme le bon vent dans une éolienne

Comme un oiseau qui n’sait pas qu’j'ai du mourron dans les veines

Elle est partie devant moi, elle n’a pas choisi l’endroit

Elle se promène

Et j’reste là, minable et superbe,

Un peu comme un pauvre gant qu’on a oublié dans l’herbe

Un peu comme le café noir,

Qu’on laisse sur le bar, à demi tiède.

***

Le 22 Juin 2013, à « La Coopé » MURAT chante pour « Koloko ». Il réserve une belle surprise à ses admirateurs dont les plus fervents n’ont pas hésité à traverser la France pour participer à cette oeuvre caritative. En seconde partie de concert MURAT rend hommage au groupe « CLARA » … ceux qui sont là … ceux qui ne sont plus …

- 5 - Jean Louis MURAT  ... l'époque CLARA  ... 1977/1980 ... jlm-koloko-1-300x225

Christophe PIE et Alain BONNEFONT accompagnent Jean-Louis MURAT. Quatre inédits (inconnus à ce jour) sont offerts aux admirateurs de MURAT : « Manque de toi » « L’amour fou »   »Je rêve autant » et « Typhon » …

jlm-koloko-16-300x225

 jlm-koloko19-300x225

jlm-koloko13-300x225

C’était un temps béni … où l’on pouvait chanter sous les arbres … sur une remorque …

thiriet-fluide-300x168

Jean-Louis criait plus qu’il ne chantait … Est-ce que demain  réserve une vie nouvelle au groupe « CLARA » ??? Pourquoi pas ???

***

Je croyais en avoir fini avec cette période « Clara » … ne voilà t’il pas qu’en ce mois de Novembre me tombe du ciel le témoignage d’un membre du groupe « Les sales gosses » … débauché par Jean-Louis BERGHEAUD pour remplacer Jean-François ALOS  le bassiste …

Les sales gosses 1977

« Les Sales gosses » qui semblent mériter leur nom …

SALES GOSSES 2

Mais « Les beaux gosses » … ça leur irait bien aussi … Avec de gauche à droite : Dominik CARTIER à la basse –  Christophe ADAM guitare et chant -  Jean Marc GERARD  à la batterie -  Christian ISOARD  à la guitare.

Jean Louis BERGHEAUD apprécie ce groupe de jeunes gens … il joue même du saxophone avec eux … pour preuve … avec ce titre « Je ne t’aime pas » …

«  Un rien » peut rendre heureux. Pour vous c’est « beaucoup ». Pour d’autres c’est « moins que rien ». Voilà qui nous ferait une bonne définition de la subjectivité … 

Comme promis je reviens donc à la rescousse … Voici le texte in-extenso que me fait parvenir Dominik CARTIER qui un temps aura été le bassiste de Jean-Louis BERGHEAUD :

« Nous sommes en 1978 . A l’époque j’avais 18 ans. Il y a donc 35 ans maintenant, j’étais un jeune « branleur » tout juste sorti du lycée, livré à moi même, le mouvement « PUNK » était en nous, on écoutait les Sex Pistols, les Clash, les Stranglers, les Dead Boys, Johnny Thunders & the Heartbreakers, etc … Je faisais partie du groupe « les SALES GOSSES».  Nous faisions pas mal de concerts dans la région ainsi que des premières parties (Starshooter, Téléphone, Status Quo…notamment grâce à Pierre Yves DENIZOT d’Arachnée concerts pour certains shows qui nous donnait la chance de jouer dans de bonnes conditions devant une audience conquise, bien sur, à la tête d’affiche mais en prenait les risques). On avait aussi en commun avec JLM  la passion de la musique soul, le rhythm & blues (Curtis Mayfield, Al Green, Otis Redding , Marvin Gaye, les Stones et tant d’autres). Nous étions tous bien sûr passionnés de musique.  J.L BERGHEAUD est venu nous voir. Il semblait intéressé par ce que nous faisions. De ce fait, suite à son invitation, nous sommes montés de Clermont Ferrand à la Bourboule, à plusieurs reprises, pour « maquetter » dans le studio de CLARA. Dix ans environ nous séparaient. J’étais ami avec Jean-François ALOS le bassiste. Lorsque Jean-François a quitté « Clara » JLM m’a invité à prendre sa place. Ce que j’ai accepté avec le plus grand plaisir. Travailler avec Jean-Louis BERGHEAUD était une vraie opportunité à ne pas manquer, je pensais. Avec du recul je ne regrette rien.  Pendant huit mois donc (peut-être moins),  on a travaillé comme des fous. Nous vivions tous ensemble dans une espèce de gîte situé à la Bourboule (63) que l’on nommait  « Les Ecuries ».

Pour manger et se loger, chacun se débrouillait. Certains habitaient sur place, et d’autres en ville. Il arrivait que Jean-Louis  s’enferme  2 ou 3 jours dans son repaire (son grenier aménagé en appartement) pour écrire et composer.

Je me souviens y être monté une fois et un truc me reste en mémoire, il y avait là, au dessus du lit, un cadre gigantesque représentant la pochette de l’album de Marvin GAYE « I want you » (dessin et peinture de Ernie Barnes) genre disque d’or que l’on offre aux artistes lorsqu’ils atteignent un certain nombre de vente. C’est drôle, je m’en souviens encore, on en a parlé car c’est un album que l’on vénère mutuellement. Suite à cette discussion JLM m’a donné une photo d’Otis Redding que j’ai toujours d’ailleurs… ! Enfin revenons à nos moutons, de ces deux ou trois jours passés dans son nid il en ressortait avec une quantité de titres impressionnante dont certains que l’on mettait en application de suite dans le studio. Tu en oubliais le jour de la semaine, on bossait tous les jours.  Ce type est original, créatif,  poétique.   Au bout du compte, c’est la seule chose que je veux retenir. C’était également un fou furieux de sport. A titre d’exemple, il pouvait  interrompre les répétitions pour voir un grand prix de Formule 1, un match, etc. Le journal « l’Equipe » trônait toujours sur la table de la cuisine, je me souviens maintenant.

  • 1976 …

i want you

Nos compagnes respectives avaient formé  en parallèle le groupe « Madame ATOMOS » sous la houlette de Marie. Il y avait Fabienne, qui est devenue ma femme et l’est toujours aujourd’hui. Elle jouait de la basse !!  Il y avait Marie AUDIGIER (la chanteuse) qui jouait du clavier et sa petite sœur Agnès qui jouait de la batterie. Ce groupe de filles fît quelques premières parties de « Clara ». Fabienne se souvient d’un concert de Clara dans une campagne perdue mais très belle. Elle était tellement stressée d’être sur scène qu’elle voyait son cœur battre sous son T.shirt !. L’auditoire, comme souvent pour les premières parties, n’était  pas très attentif. JLM monta sur scène pour apostropher le public et leur rappeler le respect dû aux musiciennes !

Pour en revenir au groupe des garçons, Jean ESNAULT en était le 1er batteur remplacé à mon arrivée par Christophe PIE. Alain BONNEFONT jouait de la guitare et du clavier. François SAILLARD  était le 1er bassiste, Jean-François ALOS  lui a succédé peu de temps après, remplacé également au bout de quelques mois par moi-même. Jean-Louis n’avait qu’une idée en tête : travailler pour réussir.  Chacun dans le groupe savait que JLM allait « jouer sa carte personnelle » enfin je pense. Pour ma part ce fut rapidement une évidence. J’ai quitté CLARA et La Bourboule pour jouer dans un nouveau groupe avec, au tout début d’ailleurs, Jean François ALOS, mais à la guitare cette fois qu’il a fini par quitter aussi peu de temps après. Il était guitariste en fait plutôt que bassiste. C’était un groupe beaucoup plus rock et underground nommé FOLAMOUR avec lequel je suis resté 15 ans ».

« FOLAMOUR » … qu’il est beau d’avoir vingt ans et un peu plus … Lorsque cette photo est prise, le groupe s’appelait encore : « Nuit blanche »

Folamour (1)

La réussite d’un groupe tient à peu de choses. Personnellement j’adore le son « Folamour » et notamment ce titre « Springtime » toujours disponible sur Myspace … https://myspace.com/folamourmemories/music/song/springtime-69910917-76903159

Cet intermède photo et audio passé, Dominik poursuit : « Ainsi nos routes se sont définitivement séparées.  J’ai très peu de choses de l’époque CLARA , je rappelle que ce fut très court pour moi, pas de photos,  si ce n’est celles du groupe  « SALES GOSSES » que je vous confie. J’ai juste une cassette dont le titre « Balle de ficelle » est en fait une parfaite ébauche du titre « La débâcle » que j’ai écouté et découvert sur votre blog d’où, au départ, l’envie de vous contacter (voir les commentaires sur la page consacrée à CLARA). Le texte et le tempo ont changé, la ligne de basse, elle, en tout cas, est identique à celle que j’ai écrite.

Après avoir quitté « Clara » et parallèlement aux différentes formations auxquelles  j’ai participé en tant que bassiste j’ai repris des études de musique et suis passé par le « MUSIC ACADEMY INTERNATIONAL » de Nancy. Ensuite, j’ai fait diverses rencontres dans les métiers du spectacle, et pour assurer le quotidien tout en restant dans la musique je suis devenu « roadie » puis backliner (technicien instruments) et ensuite stage manager (régisseur plateau) pour différents artistes.

C’est tantôt en qualité de musicien, tantôt en qualité de technicien que J’ai vécu. Aujourd’hui, je me suis retiré en partie du « milieu » pour vivre calmement à la campagne et me consacrer principalement à la musique. Je dois reconnaître que si j’avais été invité au « Koloko 2013 » j’y serais allé avec plaisir, enfin la question ne s’est pas posée.

Je tiens à dire que je ne me suis jamais intéressé au parcours de JLM ni avant Clara et encore moins après. Cela a été une toute petite étape dans ma vie de musicien, on était jeune, beau et con.  Le fait de revivre cette période de mes 20 ans m’a fait très plaisir, sincèrement. Je ne suis pas nostalgique et encore moins « Fan », je pense tout simplement que pour l’ensemble de son travail l’intérêt que JLM suscite est mérité ».

Voilà pour la déclaration de Dominik CARTIER lequel, avec beaucoup de doigté et d’élégance, je dirais même plus, d’intelligence, a gardé pour lui la  « part d’ombre du personnage BERGHEAUD » pour n’évoquer que le talent du jeune homme … La seule chose qu’il veut retenir de Jean-Louis BERGHEAUD c’est : le talent d’écriture et l’acharnement au travail. 

En « off » puisque nous avons passé pas mal de temps au téléphone, Dominik m’indiquait que le gîte « Les Ecuries » où tout ce petit monde se rassemblait se trouvait sur la route de Murat le Quaire … En conclusion, ne voulant pas garder pour moi seul le titre que Dominik m’a confié, je vous fais partager … « Balle de ficelle » … Il s’agit là incontestablement d’une parfaite ébauche de « La débâcle » … Les paroles sont différentes mais la voix de Jean-Louis BERGHEAUD haut perché est facilement reconnaissable …

A vous de comparer. Pour ma gouverne personnelle, ce « balle de ficelle » rejoint la liste des inédits.

Nous parlions de « rien » ??? Ce « rien là » … fait de moi un petit garçon heureux … Pour moi c’est un « trésor » sorti de l’oubli, expurgé des limbes des greniers de Douharesse …

Ajout le 1er mars 2014 …

En interview MURAT n’aborde que très rarement cette période « CLARA »,  celle des « vaches maigres« . Au début de la tournée « Toboggan« , le 20 mars 2013, pour « Bretagne Actuelle », l’Auvergnat répond aux questions de Christian EUDELINE, lequel lui tend une perche : « Tu es monté à la capitale Française quand tu étais plus jeune ». Il s’empare de la question et y répond goulûment : « C’était pour bouffer. Il y avait déjà du chômage en Auvergne et comme j’ai été chargé de famille très jeune, j’avais besoin de gagner de l’argent. Fallait que je bosse, et c’est encore à Paris qu’il y avait le plus de boulot, ce que j’aimais bien ici c’est que tous les soirs, je pouvais aller à des concerts, j’avais des copains journalistes qui avaient des invitations et j’en ai pas mal profité ». EUDELINE embraye : « Quels sont les concerts que tu as vu alors ? » Réponse du « bougnat » : « Le premier concert de Bob MARLEY à Paris, c’était incroyable, je me souviens de Marvin GAYE, James BROWN, je me souviens de Bob SEGER dont je n’avais jamais entendu parler, c’était un concert sensationnel. Je me souviens d’Aretha FRANKLIN seule au piano, et Curtis MAYFIELD, j’étais au premier rang. On était une centaine de personnes, je suis resté torse nu à ses pieds, il postillonnait en chantant et je suis ressorti tout trempé, je suis resté devant, je pouvais toucher ses orteils. Je te parle de ça, c’était dans les année 1970« .

En fait d’années 1970, nous sommes plutôt en 1976/77Jean-Louis BERGHEAUD est au « fond du trou ». Il vit de petits boulots et de rapine. A la fin de cette année il aura rejoint définitivement l’Auvergne. Le 10 mai 1977 Bob MARLEY  se prépare à donner un concert au « Pavillon » de Paris, les anciens abattoirs de La Villette. Au cours de l’après-midi, il dispute un match de football à proximité de la Tour Eiffel. Au lieu d’affronter les journalistes de la presse locale comme c’est l’habitude, il les inclut dans son équipe. C’est ainsi que Francis DORDOR « Les Inrockuptibles » joue ailier droit dans la « team » de MARLEY. Dans la biographie qu’il consacre au reggaeman il écrit : « Feintes de corps, passements de jambes, double démarrage, contrôles en mouvement, dribles et jeu de tête, il possédait tout le vocabulaire du footballeur de haut niveau ». Le journaliste nous apprend également qu’à la fin de le première mi-temps MARLEY est victime d’un tacle : « un peu appuyé ». Il est blessé : l’ongle de son gros orteil est à demi arraché. Cette blessure qui n’est que bénigne aurait du être vite oubliée, mais en juillet 1977, un médecin Londonien décèle des cellules cancéreuses sur ce pied qui ne guérit pas. C’est le début de la fin. Peu après, la partie infectée de l’orteil est sectionnée. En 1980, au cours d’un jogging au Central Park, MARLEY s’écroule. Le cancer se révèle être généralisé. Le lundi 11 mai 1981 MARLEY rend l’âme à 36 ans à l’hôpital Cedars of Lebanon à MIAMI …

Un des billets dont a bénéficié Jean-Louis … 

bob marley invitation

Billet d’entrée au concert …

marley billet 1977

La télévision Française nous rend compte en ces termes de la venue du Jamaïcain à Paris … Image de prévisualisation YouTube

Marvin GAYE quant à lui chante au « Palais des Sports » de Paris le 11 octobre 1976

marvin.jpg

Francis DORDOR le 21 mai 1997 dans « Les Inrockuptibles » écrit : « Pendant toute la première moitié de sa carrière Marvin a voulu être ça : un Franck SINATRA noir, un toucheur de ballades, un soul pleureur. Un gars qui, dès qu’il ouvre le bec, rend moite l’entrejambe des jeunes filles agglutinées au pied de la scène« . A son biographe David RITZ le chanteur US déclare : « Mon rêve était de devenir SINATRA » (…) « Je fantasmais d’avoir le même style de vie ». (…) « Mon rêve le plus cher était de pouvoir satisfaire autant de femmes que Franckie ». Au bout du compte, couvert de dettes, Marvin GAYE est assassiné par son propre père, fatigué de ses frasques le 1er avril 1984, soit la veille de son 45èeme anniversaire … Plus que la chanson Marvin aimait donc les femmes. Il devient un « prophète de la baise ». En 1983 au magazine « Actuel » il déclare : « Les putains me préservent de la passion. Les passions sont dangereuses. Elles vous font convoiter la femmes des autres ».

Ci dessous un live de la tournée 1976Image de prévisualisation YouTube

En 1977 Aretha FRANKLIN chante « La vie en rose » à ParisImage de prévisualisation YouTube

aretha 1977 paris

En 1978 MARLEY les 25 – 26 et 27 juin donne trois concerts à Paris. Il accorde une interview à Robert SCHLOKOFF où il révèle : « James BROWN était mon chanteur préféré quand j’étais gamin, j’ai toujours adoré ce qu’il faisait. Tu me demandais tout à l’heure ce qu’était le rastafarisme, eh bien il t’ordonne d’écouter James BROWN et aussi Aretha FRANKLIN. Comment résister ? ».

Bob SEGER chante au « Pavillon » de Paris le 3 novembre 1977

BOB SEGER_1977_11_03

Je n’ai pas trouvé de son de ce concert Parisien. Vous devrez vous contenter d’un live (1977/Boston) ... Image de prévisualisation YouTube

Une nouvelle fois, je me suis promené avec Jean-Louis BERGHEAUD … à la recherche du temps perdu … ce temps où je ne connaissais pas cet artiste essentiel …

***

A  suivre …

http://didierlebras.unblog.fr/5-bis-jean-louis-murat-lepoque-clara-19771980-suite/

***

Le dictionnaire …

http://didierlebras2.unblog.fr/

***

Publié dans : ||le 28 février, 2011 |37 Commentaires »

37 Commentaires Commenter.

  1. le 1 mars, 2011 à 0:15 Armelle écrit:

    ça c’est de la tenue de scène!
    merci à Guy, à toi, à tous ceux qui contribuent à faire vivre la passion JLM!
    et maintenant que j’ai de quoi écouter des vinyles, il faut que je trouve « Passions Privées »…

    Répondre

  2. le 1 mars, 2011 à 10:47 didierlebras écrit:

    Tu as raison Armelle …
    Je le trouve très mignon dans cette tenue.
    Sur la 3ème photo il dégage une énergie pas possible … Je ne suis pas certain qu’il ait vu ces photos un jour …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  3. le 6 mars, 2011 à 17:53 Five-r écrit:

    Belles pages.
    merci

    Répondre

  4. le 13 mars, 2011 à 0:31 audrey écrit:

    …trop heureuse d’en avoir appris un peu plus sur cette période ! merci bien.

    Répondre

  5. le 19 avril, 2011 à 13:24 fred binet écrit:

    ça alors + de vingt après, je découvre mon vieux pote guy star du rock, « bluffant »,
    bravo !!! ça te va comme un collant de scène !!!!

    Biz vieux 0622910987

    Répondre

  6. le 19 avril, 2011 à 13:35 didierlebras écrit:

    Salut Fred,

    Si ce blog t’a permis de redécouvrir un de tes pots … j’en suis très heureux. Pour tous renseignements tu peux me contacter au 02 90 56 41 61 ou dlebras@sfr.fr.
    Merci pour ton commentaire.

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  7. le 14 juin, 2011 à 12:46 pierrot écrit:

    beaux documents!

    Répondre

  8. le 14 juin, 2011 à 12:52 didierlebras écrit:

    Merci Pierrot,
    venant d’un expert en « muratie » celà me va droit au coeur …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  9. le 3 octobre, 2011 à 10:01 Martignat L écrit:

    Jouer à Clermont c’est pas facile !…Mais eux on jouer sur Issoire !…Bref, On était de Issoire ! Et souvent pris pour des Plouks de l’Alu !… Pourtant on c’est battu pour avoir notre salle de répète avec la commune et avec l’aide du CAUPI association universitaire ! On a réussie à monter la salle de spectacle Le BOUT DU MONDE et à faire venir beaucoup de monde Rock Folk Theatre Expo etc… AZ69, Dupond De Nemour, Vol De Nuit, sont ces premiers groupes hard rock rock new wave Blues puis d’autres sont arrivés Brake Dance, New Age, etc… J’ai fais partie de tous cela !… Le faite de venir chez nous et de voir que l’on n’était pas des Plouks a changé leur attitude aprés 1980 !… Le Bassin Minier Brassac les Mines avaient aussi de Bon groupe !… Au Tabou Du Monde on a fait venir du Monde de Partout même des punks Bilden Zone ou Les Souris Déglinguées, Parabelum, LV88, les garçons boucher etc… ! Comme la Baie des Singes à Cournon on s’en fou !…Enfin presque car la commune change de maire on change les associations et le nom de la salle qui devient l’Hélice !… Sur Issoire on a fait bouger les choses et on avait une salle de répète qui était isolée capitonnée a cause du bruit !… C’était nos années les plus belle! Même le Gatec Jazz Band et venue chez nous et j’ai fait une affiche pour eux car il n’avait pas d’affiche !…On a même payé des amendes car il fallait que les affiches soit en couleurs pas en Noir et Blanc réservé à l’administration !… Alors le groupe Clara si tu était venue à issoire tu aurais été accueillie au même titre que ceux de Clermont puis plus tard on fondée le CIRA Centre Info Rock Auvergne dont j’ai fait partie peu de temps !…Voilà une page du Rock Auvergne !…A+

    Répondre

  10. le 3 octobre, 2011 à 10:13 Martignat L écrit:

    Désolé pour les fautes et la longueur !…Je tiens à dire que je suis un Fan de Jean louis Murat l’artiste car ma famille est proche du Sancy à côté de Saint Nectaire !… Aller : fera beu para los pays lou drole ! Té… !… Lo conétsé la vatchsé !…

    Répondre

  11. le 3 octobre, 2011 à 10:19 Martignat L écrit:

    A OLLOIX proche Saint Nectaire, un autre bougnat est venue ! Le compositeur Eric SERAT !… Mais on a pas la preuve !… Même Alain Bashung etait venue proche de Issoire ! Mais on n’a pas la preuve !…l’auvergne bouge est a de bon musicien !… La Preuve Jean Louis Marat !…

    Répondre

  12. le 3 octobre, 2011 à 11:11 didierlebras écrit:

    Salut Martignat, je reconnais en toi un vrai admirateur de JLM. Ton témoignage est un + pour ce Blog … Je ne vénère pas MURAT … je trouve qu’il est différent, plein de talent … et qu’on n’a pas le droit de passer à côté d’un artiste comme ça … Mais en France on est tellement con qu’on passe encore à côté. Merci de faire connaître ce Blog à tes amis. Je n’ai qu’une seule pub … c’est le bouche à oreille. Si tu as des photos ou des articles de presse de cette période rock à Clermont et dans les encirons je suis intéressé. ce n’est pas à des fins pécuniaires. Merci pour tout.
    Didier.

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  13. le 2 février, 2013 à 17:43 José Pereira écrit:

    Je me souviens de la venue de Sheller à la salle des fêtes de la Bourboule , je faisais partie des premiers fans de Clara. J ‘ était responsable de l’ organisation des soirées à la MJ, c’ est moi qui avait demandé l’ autorisation pour que Clara joue…
    J’ ai rencontré JLM dans les années 80 à la fête de la musique sur Clermont. Le faux simple avait pris la grosse tête. Bravo l’ artiste d’ avoir vendu aux bobos de Libe et consorts , son image de type entier et nature. Le talent n’ est pas toujours reconnu, il est parfois une imposture.

    Répondre

    • le 2 février, 2013 à 19:31 didierlebras écrit:

      Salut José,
      ton témoignage m’intéresse au + haut point. Est-ce que tu pourrais me faire un récit de ton vécu avec Clara … tes impressions de concert … Ta perception du Murat de l’époque … Es-tu surpris de ce qu’il est devenu ??? de son parcours ??? Je te laisse mon adresse internet (dlebras@sfr.rf). Je voudrais insérer ton témoignage dans la page Clara à condition que tu s ois d’accord bien évidemment. Tu me parles d’imposture ??? Mais de qui ??? Merci de faire connaître ce Blog à tes amis, je ne bénéficie d’aucun référencement … si ce n’est le bouche à oreille …
      Amitiés.
      DLB

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  14. le 7 août, 2013 à 12:44 François Saillard écrit:

    Comment ça: »pas une dans le panier »? Je débutais, mais j’inventais une nouvelle manière de jouer de la basse: pas dans le temps, mais pas à contre-temps non plus.

    Répondre

    • le 7 août, 2013 à 17:57 didierlebras écrit:

      Salut François et merci de ce commentaire … que j’ai du mal à analyser …
      Si je comprends bien vous êtes de la bande à MURAT CLARA et consorts ??? Hier j’ai pu constater sur mon Blog une affluence inhabituelle sur la plage « CLARA » … C’est donc vous et vos amis. J’aimerais en savoir + Merci de votre attention … A + j’espère …
      DLB

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  15. le 27 novembre, 2013 à 9:45 Dominik CARTIER écrit:

    Bonsoir, je viens de voir, suite à une photo qu’un copain, musicien de Clermont, m’a
    envoyé à l’instant, que mon nom apparait sur un écran quand JLM a rendu hommage
    au groupe Clara au mois de juin 2013.
    J’aurais bien voulu y être invité, pourquoi pas, j’y serais surement allé, moi qui était
    sans doute le dernier bassiste de ce groupe mais, en fait, cela ne me surprend
    guère de la part de la vedette. J’ai donc eu envie de parcourir votre blog.
    J’en profite tout de même pour dire que j’ai bien connu tout ce petit monde,
    (j’ai même vu ACDC, inoubliable ») y compris les autres formations cités ci-dessus
    et que j’ai vécu à la Bourboule, joué et enregistré de multiples compositions de la
    « star », j’ai même quelques enregistrements de cette époque (K7 Démo).
    En écoutant « la débacle » sur ce blog, d’où l’envie de vous faire ce courrier, je me
    rend compte que ma ligne de basse a été simplement recopié pour en
    faire une autre version, je ne savais pas, je m’en fiche un peu, c’était il y a une
    bonne trentaine d’années maintenant, mais bon j’ai eu envie de le dire.
    J’en profite aussi pour rendre hommage à Jean François ALOS (R.I.P) un très
    bon ami qui m’a fait rencontrer toutes ces personnes et que j’appréciais beaucoup.
    Il était lui aussi bassiste dans Clara avant moi et a quitté ce groupe pour des
    raisons quasiment similaires aux miennes.
    Je tiens donc pour vos archives ou votre blog si cela vous intéresse une des
    premières versions, entre autres, qui se nomme « balle de ficelle » première mouture
    avec les musiciens d’origine (Bergheaud/Bonnefont/Hénault et moi même)
    enregistrée avec nos petits moyens de 1980 à la Bourboule aux « écuries » notre lieu de vie en communauté qui n’avait que le mot de commun et que nous avons joué sur scène
    avec nos compagnes, seulement de l’époque pour certains, qui se présentaient en
    première partie sous le nom de « Madame Atomos ».
    Je vois tout de même que contrairement à François Saillard qui se fait un peu
    gentiment massacré c’était pas si mal, donc.
    Je vais peut-être découvrir d’autres titres si je me met à écouter les chansons
    du début d’où je reconnaitrai quelques lignes de basse que j’ai écrites, ce serait
    sympa de savoir que ça au moins c’est resté.
    La musique en fait c’est le plus important.
    En tout cas félicitations pour votre travail, très sincèrement.
    Dominik CARTIER

    PS : je salue tous les protagonistes de cette période s’ils me lisent à savoir :
    Agnès/ Marie/ Françoise/ Jean/ Alain/ Christophe/ et bien sur Jean Louis.

    Répondre

  16. le 29 novembre, 2013 à 17:31 Rhiannon écrit:

    Quel beau cadeau Didier et quelle époque…je possède le vinyl de « Passions privés » un must pour moi…je ne me lasse pas …je l’écoute souvent et je rêve d’une réédition…avec Mr Alain Bonnefont que j’admire et Mr Christophe Pie…il envoie du bois lui aussi……;)

    Répondre

  17. le 29 novembre, 2013 à 19:39 Armelle R.G. écrit:

    ce qui est génial, c’est que ce blog permette de retrouver, 35 ans plus tard, les protagonistes du rock/punk auvergnat de la fin des années 70, les premiers à avoir partagé les débuts de JL Bergheaud, à avoir composé les musiques, participé aux premiers concerts… c’est extra! merci à vous pour vos témoignages!

    Répondre

  18. le 30 novembre, 2013 à 13:26 Muse écrit:

    Merci Didier pour ces compléments d’infos.
    Rigolo d’entendre des sons inédits des années de ma naissance. Ca nous rajeunit pas.

    Répondre

  19. le 1 décembre, 2013 à 0:44 ALOS - FOURNIER Caroline écrit:

    Merci à vous tous d’évoquer la mémoire de mon frère et de continuer à le faire vivre à travers vos notes de musique.
    Caroline ALOS

    Répondre

    • le 1 décembre, 2013 à 8:03 didierlebras écrit:

      Merci à vous Caroline de ces quelques mots empreints de tellement d’émotion …
      Je vous laisse mon adresse mail perso (dlebras@sfr.fr)
      Amitiés.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

    • le 4 décembre, 2013 à 3:36 Dominik écrit:

      On a roulé notre bosse ensemble dans pas mal d’endroits avec Jean François, tout a commencé au lycée…..Je tiens à signaler que la magnifique guitare, une « Dan Amstrong » by Ampeg » que JLM a sur les photos ci dessus appartenait à Jean François Alos, peut-être l’avez vous gardé, Caroline.
      R.I.P.

      Répondre

  20. le 1 décembre, 2013 à 18:57 pierrot écrit:

    http://www.surjeanlouismurat.com/article-en-direct-leger-differe-des-tuyaux-ouverts-4-43023733.html

    dans la vidéo, Murat évoque son premier concert avec son groupe, où le guitariste assez jeune casse une corde… et se met à pleurer… Il évoque aussi ses insultes au public

    Répondre

    • le 1 décembre, 2013 à 19:44 didierlebras écrit:

      Salut Pierrot,
      Sans doute que JLM ne veut pas le citer mais celui qui a cassé les cordes et s’est mis à chialer devant tout le monde c’est … Alain BONNEFONT …
      Dans une ITW écrite il le nomme en faisant état des insultes portées au public …
      Autrement cette vidéo de M6 c’est un résumé tranquille de sa carrière (jusqu’en 2000) …
      A + … Bon anniversaire pour tes 4 ans !

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  21. le 28 octobre, 2014 à 17:48 Matthieu écrit:

    Bonjour Didier,

    Petit complément 2014 à votre article : on retrouve dans les chœurs du titre d’ouverture de « Babel » un certain Christophe Adam, ex-membre des Sales Gosses, le groupe auquel appartenait Dominik Cartier.
    JLM avait joué du sax sur un titre des Sales Gosses, Adam vient faire les chœurs sur un de ses morceaux : la boucle est bouclée et le lien pas défait…

    Répondre

  22. le 28 octobre, 2014 à 17:58 didierlebras écrit:

    Salut Matthieu,
    félicitations pour la chute …
    Effectivement Christophe Adam est une bonne connaissance de Dowi comme il aime à se faire appeler. Sur son site un lien conduit au site de C.A.
    J’attends des nouvelles de D.K. qui possède quelques pépites inconnues de « Clara » …
    Amitiés à toi. Honoré que tu viennes faire un tour chez moi, toi qui fait référence dans le milieu de la « Muratie » …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  23. le 30 janvier, 2015 à 18:36 Matthieu écrit:

    Je signale que Christian Isoard, le guitariste des Sales Gosses (groupe dont il est question dans cet article), est décédé à l’âge de 54 ans, le jour de l’An. Professeur de guitare (estimé) à Clermont-Ferrand, marié et père de quatre enfants.
    Si les enfants sages sont destinés à finir au paradis, espérons que les sales gosses, eux, puissent aller où ils veulent…

    Répondre

    • le 20 février, 2015 à 19:47 DoWi écrit:

      Merci d’avoir une pensée pour MON, notre ami Christian, il nous manque, c’était et reste un grand guitariste et surtout mon Copain. On a partagé tellement de bons moments et de galères ensemble du collège à ses derniers jours de 2014.
      Tout le « rock » clermontois, pratiquement, était aux obsèques ce 7 janvier et en quittant sa dernière demeure on a tous appris avec stupeur dans l’après midi ce qui s’était passé ce fameux jour du 7 janvier 2015 à Charlie Hebdo, triste journée mémorable, double peine.
      DoWi

      Répondre

  24. le 30 janvier, 2015 à 19:23 didierlebras écrit:

    Merci de cette triste info Matthieu …
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1