- 93 quater – Jean-Louis MURAT … sa bibliothèque … (4ème partie) …

Dans le cadre de la promo de l’album « Le moujik et sa femme », dans son édition d’avril/mai 2002, « Campus Mag Musik » interroge MURAT : « Qu’est-ce qui vous intéresse aujourd’hui ? ». La réponse est édifiante : « Ce qui m’intéresse c’est de découvrir tout ce que je ne sais pas. La littérature, SPINOZA par exemple j’en ai lu beaucoup. L’an dernier, j’ai passé toute l’année à lire NIETZSCHE. J’ai jamais fait de philo, je suis un autodidacte. J’aime aussi découvrir de nouveaux peintres ». 

MURAT enchaîne et nous conduit vers d’autres musiques. NIETZSCHE a déjà été évoqué … je n’y reviendrais donc pas. Prenons le temps de découvrir SPINOZA

***

SPINOZA …

Baruch SPINOZA (24 novembre 1632 – 24 février 1677)

Spinoza

Hollandais, juif, il est exclu pour cause d’hérésie en 1656. Il ne fait pas bon à cette époque d’avoir des idées nouvelles ! Son tort ? Evoquer le plaisir en ces termes : « Et ce n’est qu’une sauvage et triste superstition qui interdit de prendre du plaisir. Car en quoi convient-il mieux d’apaiser la faim et la soif que de chasser la mélancolie ? ». Par ailleurs SPINOZA affirme que « le désir est l’essence de l’homme ». Le spinozisme est une philosophie de la joie et de la liberté. Pour SPINOZA la liberté ne s’oppose pas à la nécessité car elle est la nécessité comprise et agréée. Enfin, le contraire de la liberté n’est pas la nécessité c’est la contrainte. Je me suis attaqué à la lecture de SPINOZA, j’ai vite abandonné. La forme m’a semblé tellement aride ! Parmi les œuvres principales de SPINOZA on trouve :

  • L’éthique.

spinoza1

  • Le traité politique.

spinoza2

***

Toujours dans l’interview consacrée  à « Campus Mag Musik » le chantre Auvergnat confie : « Je suis comme un éternel étudiant, j’ai acheté des bouquins sur FAURE , puis sur DEBUSSY, SAINT SAENS. Je me cultive comme un autodidacte. J’aime bien m’intéresser à de nouvelles choses ». 

Gabriel FAURE … (1845 – 1924)

Est le fils d’un instituteur de Pamiers.  Très tôt il quitte sa famille pour étudier la musique à l’école Niedermeyer à Paris.  Il est l’élève de Camille ST SAENS. En raison d’une consommations surabondante de tabac, il a une santé fragile. Il meurt d’une pneumonie le 14 novembre 1924. Des funérailles nationales lui sont accordée en l’église de la Madeleine …

faure2

Un livre retrace la relation épistolaire entre le professeur et son maître …

faure1

***

Camille SAINT SAENS … (1835 – 1921) …

Eléve surdoué, il joue son premier concert à 11 ans. Eternel voyageur, il avoue une préférence pour l’Afrique du nord. Il meurt à Alger.

st saens

***

Claude DEBUSSY… 1862 – 1918 …

Il voulait être marin et n’aimait pas l’école. Il a toujours été un élève insolent. Il aimait les peintres et fut leur ami. Il appréciait la poésie et plus encire les poètes BAUDELAIRE et MALLARME. Sa vie n’a rien de romanesque. Elle fut entière consacrée à son œuvre.

debussy1

***

POUR la promotion de l’album « Lilith » le 10 août 2003, dans les colonnes de « Télé moustique » MURAT confie : « Ecrire c’est mon ambition ». (…) « Je m’accuse constamment de n’être pas assez doué pour ne faire que de la littérature. En musique mon héros : Bob DYLAN. Mais si je ne devais choisir qu’un nom, ce serait un écrivain. Dans ma piaule d’hôtel, il y a une guitare et du John Maxwell COTZEE« . (…) « Sa façon de trouver de la dignité là où cela ne semblait plus possible, ça fait presque pleurer« .

John Maxwell COTZEE … Sud Africain, naturalisé Australien, né au Cap le 9 février 1940. Son père est avocat, sa mère institutrice. Voilà qui peut aider ! Ses romans ont généralement pour toile de fond son pays natal. Son premier roman « Terres de crépuscule » sort en 1974. Parlant de l’apartheid il écrit en 1987 : « Dans une société de maîtres et d’esclaves, personne n’est libre. L’esclave n’est pas libre parce qu’il n’est pas son propre maître, le maître ne l’est pas parce qu’il ne peut pas se passer de l’esclave ».  

John Maxwell COETZEE …

coetzee

coetzee2

En septembre 2003, pour « Les Inrocks » (n° 470) Johanna SEBAN évoque les lectures préférées de MURAT, lequel confie : « La disgrâce » de John Maxwell COETZE. C’est un livre qui m’a rendu meilleur, plus attentif. Une extraordinaire réflexion sur la dignité de l’homme ».

disgrace

***

Le 2 octobre 2003, Jean THEFAINE pour « Ouest France » présente « Lilith » le nouvel album de Jean-Louis à ses lecteurs. THEFAINE évoque les lectures de « l’ombrageux Auvergnat » soit : « RAIMBAUD, PROUST, NABOKOV, SADE, les poètes courtois du Moyen Âge pour les textes … une galaxie très personnelle ».  

Donatien Alphonse François DE SADE  (1740 – 1814)

sade

Une part importante est accordée à l’érotisme dans son œuvre. C’est sans doute pourquoi ses livres ne se lisent qu’en cachette dans le « beau monde ». Le 20ème siècle sera celui de la réhabilitation pour SADE.  Ci-dessous, l’œuvre complète qui comprend : « Justine ou les malheurs de la vertu » ainsi que « La nouvelle Justine » …  De SADE qui ara passé 30 ans de sa vie en prison, je retiens deux citations : « Tout est bon quand il est excessif » et « Il n’y a de vrai que les sensations physiques ». Voilà qui résume bien l’énergumène pour qui, un « Tiens vaut mieux que deux tu l’auras » … 

SADE … œuvre complète …

sade2

sade3

***

On l’a vu, avec THEFAINE le chanteur d’Orcival n’oublie pas de citer « PROUST ». Comment le pourrait-il ? PROUST aura passé toute sa vie d’homme malade, souffreteux, à écrire une œuvre … Jean-Louis BERGHEAUD dit « MURAT » à la recherche du temps qui n’est plus, semble avoir une objectif similaire. Ses albums, ses écrits, doivent au bout du compte, au bout du bout, constituer une œuvre cohérente. Chez MURAT c’est là une ambition assumée. Lorsque sera venu le moment du décompte, force sera de constater que la discographie de MURAT de « Suicidez-vous ... » à plus soif en passant par « Cheyenne » et « Mockba » pour ne citer que ceux la, constitue une œuvre ! Il y a toujours une constante dans les albums de MURAT, les parfums de l’enfance et les références à ses lectures, au premier rang desquelles se place : « A la recherche du temps perdu » …

Marcel PROUST

Sur le cliché ci-dessous Marcel PROUST est conduit sur les chemins Normands par AGOSTINELLI son chauffeur, lequel décèdera quelques mois plus tard dans un accident d’avion.

Proust-Agostinelli

Le 26 août 2003 pour « Libération » MURAT déclare à Ludovic PERRIN : « J’ai toujours PROUST et MONTAIGNE à portée de main. J’ai fait tout Lilith en lisant la recherche ». On ne peut être plus clair. 

Le 1er mai 2005, dans les colonnes du magazine « Lire » Baptiste LIGER interpelle MURAT : « Qu’avez-vous lu Jean-Louis MURAT ? » Le chanteur répond : « Je crois que tous les livres ramènent à Marcel PROUST ! Il y a tout chez lui, et tous les sens sont rassasiés. J’ai d’ailleurs passé une dizaine d’années avec un de ses livres à portée de main, et une bonne partie de ma bibliothèque lui est consacrée. Je traque toujours tout ce qui touche à lui« . En clair cela veut dire que Jean-Louis BERGHEAUD collectionne tout ce qui touche de près ou de loin à Marcel PROUST

Ci-dessous l’édition complète (limitée et numérotée) « A la recherche du temps perdu » comportant des illustrations de GRAU SALA

« C’est toujours l’attachement à l’objet qui amène la mort du possesseur » (Extrait de « Le temps retrouvé »).

proust2

« L’adolescence est le seul temps où l’on ait appris quelque chose » (Extrait de « A l’ombre des jeunes filles en fleurs »).

proust3

« J’aurais du être heureux je ne l’étais pas »(Extrait « Du côte de chez Swann »).

proust4

« Swann lui, ne cherchait pas à trouver jolies les femmes avec qui il passait son temps, mais à passer son temps avec les femmes qu’il avait d’abord trouvées jolies » (Extrait « Du côté de chez Swann »).

proust5

« La permanence et la durée ne sont promises à rien, pas même à la douleur » (Extrait de « A l’ombre des jeunes filles en fleurs »).

proust7

« Le chagrin est égoïste, et ne peut recevoir de remède de ce qui ne le touche pas » (Extrait de « Albertine disparue »).

proust8

« Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination » (Extrait de « Le temps retrouvé »).

proust9

« On dit que la beauté est une promesse de bonheur. Inversement la possibilité du plaisir peut être un commencement de beauté » (Extrait de « La prisonnière »).

proust10

« Une femme qu’on aime suffit rarement à tous nos besoins et on la trompe avec une femme qu’on n’aime pas » (Extrait de « Le temps retrouvé »).

Ci dessous les trois volumes de « La Pléïade » … 

proust1

En plus d’écrire, Marcel PROUST traduit. C’est le cas pour « La bible d’Amiens » titre de John LUSKIN. Cet envoi autographe de PROUST à Henri JOUBERT à qui il écrit : « Un trop inégal échange de vos vers délicieux et tristes dont je vous remercierai longuement quand je serai un peu moins souffrant qu’en ce moment ». Il me semble que tout PROUST  est résumé dans cet autographe …

proust12

proust11

Ci-dessous, à l’occasion de la sortie du livre « Sodome et Gomorrhe » un envoi autographe de PROUST à Henri MASSIS. Ce dernier n’est autre que l’auteur du livre « Le drame de Marcel PROUST » publié en 1937. MASSIS y propose une analyse audacieuse de la relation de PROUST au vice : « Seul devant sa peur du mal depuis qu’il a perdu sa mère ».  

proust13

proust14

Le 15 octobre 2007, pour le journal « Elle » MURAT répond aux questions de Clémentine GOLDSZEAL dont celle-ci : « Les livres qu’il relit sans lassitude ? » Réponse : « PROUST ! J’ai mis cinq ans à lire toute son œuvre. J’arrive au bout et je m’apprête à tout reprendre depuis le début« .

Le 23 août 2008, pour « Le Figaro Madame » Laurent MEREU BOULCH interpelle MURAT : « Vos écrivains préférés ? ». Une seule réponse : « Marcel PROUST. Je suis un inconditionnel ». On l’aura compris …

***

MONTAIGNE

Michel DE MONTAIGNE, né en 1533 au château de Montaigne en Périgord …

montaigne chateau

Son premier précepteur, Allemand, ne lui parle qu’en latin !  A six ans il entre au collège de Guyenne à Bordeaux.

montaigne 3

En 1557 il rencontre LA BOETIE« Les Essais » sont avant tout le livre d’un grand lecteur et le fruit de la retraite intellectuelle qu’il décide de prendre en 1570. MONTAIGNE lit et prend des notes puis se met à son tour à exprimer sa pensée personnelle. MONTAIGNE part du principe qu’il faut d’abord se connaître soi-même. En 1576, il fait graver sur une médaille : « Que sais-je ? ».

MONTAIGNE a, de prime abord confiance en la nature humaine. Les guerres de religion vont le rendre suspicieux à l’égard de toute certitude. Son scepticisme débouche sur une vraie sagesse. Je retiens cette citation : « Adonne toi à l’étude des lettres pour en tirer quelque chose qui soit toute tienne ». « Les Essais » sont aussi un hommage à son ami LA BOETIE mort à 33 ans, en août 1563MONTAIGNE dit : « Philosopher, c’est apprendre à mourir ». 

« Les Essais » aux éditions Jean DE  BONNOT (1972) … 4 volumes …

montaigne5

montaigne6

montaigne7

***

Le 26 août 2003, Ludovic PERRIN pour « Libération » nous fait part des impressions de lecture de MURAT : « Les carnets de TOLSTOÏ sont surprenants. Tu y lis : « à la selle à 9 h 30 etc… » MONTAIGNE pareil. Ca paraît dingue mais il y a un lien avec une activité de création et la recherche d’un bien être physique. Les notes, les mots, les chansons sont des points de repère comme si j’étais le jardinier de mon propre corps ».

Léon TOLSTOÏ … 1828 – 1910

TOLSTOI

Fils d’une comtesse Russe, jusqu’à 8 ans Léon TOLSTOÏ vit à la campagne. Rapidement il tient un journal personnel. Le 7 juillet 1845 il écrit : « Je suis laid, gauche, malpropre et sans vernis mondain. Je suis irritable, désagréable pour les autres, prétentieux, intolérant et timide comme un enfant. Je suis ignorant. Ce que je sais, je l’ai appris par-ci, par-là, sans suite et encore si peu ! ». (…) « Mail il y a une chose que j’aime plus que le bien : c’est la gloire. Je suis ambitieux et s’il ma fallait choisir entre la gloire et la vertu, je crois que je choisis la première ».

Le 23 septembre 1862, Léon TOLSTOÏ se marie à Sophie BEHRS, de seize ans sa cadette. La veille du mariage Léon lui fait lire son journal dans lequel il relate ses défauts. Cela ne décourage pas la jeune femme. A la naissance de son troisième enfant TOLSTOÏ s’aperçoit avec effroi qu’il n’est qu’un simple mortel. Il écrit dans son journal en 1869 : « Bien que vivant ma vie s’arrêta … Je n’avais plus de désirs. Je savais qu’il n’y avait rien à désirer. La vérité est que ma vie est absurde ». 

Dans se premières publications (« Enfance » et « Adolescence ») TOLSTOÏ rapporte comment un enfant, fils de riche propriétaire terrien, il réalise lentement tout ce qui le sépare de ses petits camarades. Dès ce jeune âge il est frappé par le sentiment de l’absurdité de la vie. A la fin de sa vie, il n’aura de cesse de revenir à des choses simples. TOLSTOÏ est à la fois un chrétien « en quête de vérité », révolté par la pauvreté, la peine de mort, l’indifférence à autrui, l’esclavage, le militarisme, l’hypocrisie du clergé et cet intellectuel curieux des autres cultures. Il est l’un des précurseurs de la non violence. En atteste ce conte philosophique « Ivan le petit sot » qui démontre que non seulement il est possible de résister aux agresseurs en se passant d’armée, mais encore que cela est avantageux. 

« Ivan le petit sot » … l’histoire d’un « Moujik » … Voilà qui a pu donner des idées à Jean-Louis BERGHEAUD ???

tolstoi 10

« Les journaux et carnets’ » de TOLSTOÏ font l’objet de 3 volumes chez « La Pléiade » … 

tolstoi 1

tolstoi 2

tolstoi 3

Le roman « Guerre et paix » (1869) fait référence aux campagnes Napoléoniennes sur le sol Russe. Voilà qui n’est pas pour déplaire à Jean-Louis BERGHEAUD … Ci-dessous, l’édition trois volumes (1957) …

tolstoi5

Le 1er octobre 2007, le journaliste Philippe LANCON dans les colonnes du journal    »Libération » écrit : « En ce moment, Jean-Louis MURAT lit Anna KARENINE. C’est l’histoire d’une femme qui se jette sous un train parce qu’elle ne supporte plus de souffrir. Son amant la torture. Son sac à main rouge reste à quai. Si elle avait lu BAUDELAIRE, elle n’aurait pas fini comme ça. Une lucidité vivipare et teintée d’extase lui aurait servi de viatique ».

anna k

Le 27 mars 2007 Christophe Jacquet pour « La philosophie mag » évoque les lectures préférées de MURAT en ces termes : « Rivale d’une imposante collection de guitares, sa bibliothèque marie MONTAIGNE, RAIMBAUD, VERLAINE, et BERGSON, Louise LABE et Diogène LAËRCE« . MURAT de commenter : « Ma sensibilité m’attire vers ceux qui pensent qu’il y a plus grand que soi. Je m’inocule leur mélodie, elle dissipe les ténèbres et m’aide à bâtir un château invisible où le quotidien est viable ». Le journaliste reprend la plume pour asséner : « En Baudelairien Jean-Louis MURAT exècre les « orgueilleux », les « Attilas » estimant qu’ils seront les derniers Et de citer pêle-mêle … PLATON, SARTRE, BACHELARD, DERIDA …  » Et MURAT de conclure de façon péremptoire : « Cela s’entend dans leurs écrits, personne ne peut plus penser après eux« .

***

Henri BERGSON (1859 – 1941) …

bergson1

Fils d’un immigré juif Polonais, il enseigne tour à tour au lycée DAVID d’Angers, Plaise PASCAL de Clermont-Ferrand, puis Henri IV et Louis LE GRAND à Paris. Beau parcours d’enseignant n’est-ce pas ? Charles PEGUY dit de lui : « Il est celui qui a réintroduit la vie spirituelle dans le monde ». Paul VALERY a ce jugement : « Très haute, très pure, très supérieure figure de l’homme pensant ». BERGSON entre à l’Académie Française le 12 février 1914. Il obtient le Prix Nobel de littérature en 1927. Il est le premier philosophe « médiatique » bien malgré lui. Son apparence frêle est contrebalancée par la force de ses paroles et de sa pensée. Dans le magazine « Lire » le 11 juillet 2012 Philippe CHEVALLIER  écrit : « Ses cours au collège de France étaient une attraction Parisienne où se pressaient artistes, officiers et femmes du monde, au grand dam des étudiants indisposés par le bruit des frous-frous. Dans la salle les plus assidus s’appelaient Charles PEGUY et Georges SOREL« .

En 1932 sort son livre testament : « Les deux sources de la morale et de la religion »

bergson7

bergson8

  bergson9

bergson10

 bergson11

De BERGSON je retiens ces quelques phrases aussi simples que fortes : « L’idée de l’avenir est plus féconde que l’avenir lui-même » – « Rêver, c’est se désintéresser » -    »L’idée est un arrêt de la pensée » - « Prévoir consiste à projeter dans l’avenir ce qu’on a perçu dans le passé ».

***

Diogène LAËRCE  … poète Grec né à Laertès, en Cicilie au début du 3ème siècle avant Jésus Christ. LAËRCE a rassemblé en dix livres à peu près tout ce qu’un honnête homme à l’époque savait de l’histoire de la philosophie depuis ses origines et de la vie des philosophes les plus célèbres. Ci-dessous, une édition de 1668 de son œuvre …

laerce7

laerce4

 laerce6

***

Le 21 février 2004 Nicolas UNGEMUTH pour « La Figaro Magazine » interroge le chantre d’Orcival : « Livres ?« . Réponse : « J’achète entre 200 et 250 livres par an. Cela devient un vrai problème de place, à la fin de mes tournées, je me retrouve avec des tonnes de bagages ! Partout je fouine. Au fil des voyages, je fais les bouquinistes, les libraires d’anciens … Je choisis de la poésie, de la philosophie, de la littérature. J’achète tout ce qui touche de près ou de loin à CASANOVA, à l’entomologiste Jean-Henri FABRE et à PROUST« .

***

CASANOVA Giacomo  (1725 – 1798) …

giacomo-casanova

CASANOVA, né à Venise est tour à tour violoniste, écrivain, magicien. Il utilise plusieurs pseudonymes dont celui de  SEINGALT. En France il publie sous le nom de Jacques CASANOVA DE SEINGALT. Réputé bel homme, il aime la gente féminine qui le lui rend bien. Dans ses mémoires il nous conte ses aventures amoureuses nombreuses. Dans sa vie tout court (y compris sexuelle) CASANOVA souhaitait « faire la connaissance de tous les plaisirs ».

  • Les Mémoires de CASANOVA (3 volumes) aux éditions « La Pléïade »

casa1

  • « Mes amours à Venise »Edition 1954 avec eaux fortes de Paul Emile BECAT

casanova4

casanova5

casanova6

casanova7

  • Casanova « Correspondances inédites » 1760 – 1766 & 1767 – 1772

casanova3

  • Casanova « Mémoires » … Tome III – Edition j. RODEZ Bruxelles – 1872

casa10

casa11

casa12

casa13

casa14

casa15

casa16

  • Casanova « Mémoires » 8 volumes Edition Garnier 1910 (œuvre complète) …

casa20

De CASANOVA je ne retiendrai qu’une phrase : « L’homme qui veut s’instruire doit lire d’abord, et puis voyager pour rectifier ce qu’il a appris ».

***

Jean-Henri FABRE (1823 – 1915) …

fabre1

Humaniste, naturaliste, entomologiste, poète et écrivain, Jean-Henri FABRE est d’abord simple instituteur. Curieux de tout, il encourage l’enseignement en plein air. Il lit VIRGILE, il traduit HOMERE. Jean ROSTAND dit de lui : « Un grand savant qui pense en philosophe, voit en artiste, sent et s’exprime en poète ». Il n’est nul besoin d’en rajouter !

  • « Souvenirs entomologiques » édition définitive illustrée (1920)

fabre2

  • « Le monde merveilleux des insectes » aux éditions Jean DE BONNOT

fabre4

fabre5

  • Carte postale de J.H. FABRE (1915) … à sa table de travail … 

fabre3

Pour terminer avec Jean-Henri FABRE deux phrases qui à mon sens dénotent de sa simplicité et de son pragmatisme : « Je ne regrette rien dans le passé sauf ceux que j’ai perdus et « Agir c’est vivre, travailler c’est progresser ».  

***

 A suivre ici …

http://didierlebras.unblog.fr/93-quinto-jean-louis-murat-sa-bibliotheque-5eme-partie/

***

 

 

 

Publié dans : ||le 3 juillet, 2014 |2 Commentaires »

2 Commentaires Commenter.

  1. le 3 juillet, 2014 à 23:20 Flo Réal écrit:

    Magnifique, Didier, mais où puises-tu tous ces renseignements !? ;-) c’est fabuleux.

    Répondre

    • le 4 juillet, 2014 à 7:33 didierlebras écrit:

      Salut Flo,
      j’ai de bonnes archives … je prends un sujet … pour le cas d’espèce les lectures de JLM … je reprends sticto-sensus ce que dit MURAT … et moi aussi je fais des découvertes. Les ITW de MURAT sont d’une réelle richesse … IL y a toujours une phrase qui vous surprend … qui vous apprend une chose nouvelle …
      Amitiés.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1