- 72 – Jean-Louis MURAT … l’ami fidèle …

- 72 - Jean-Louis MURAT ... l'ami fidèle ... murat-en-foret-300x198

« FIDELE » … voilà un mot qui colle bien à MURAT. Peut-être pas « fidèle » en amour … mais en amitié sûrement. Jean-Louis BERGHEAUD malgré les turpitudes de la vie, est d’abord resté « fidèle » à ses origines. Et ça, reconnaissez que ce n’était pas gagné d’avance. Vous venez de LA BOURBOULE …  vous traînez dans les couloirs d’Europe 1 ou de RTL, vous cherchez à promotionner votre travail d’artiste, le meilleur passeport qui soit, n’est pas de clamer haut et fort : « Je suis petit fils de paysan, fils d’ouvrier fier de mes origines modestes, je n’aime pas la ville et ses certitudes, je n’aime pas les citadins ». C’est pourtant ce que fait Jean-Louis BERGHEAUD. Voilà un candidat artiste qui n’est pas fait pour se fondre dans le moule. Voilà un utopiste, un rêveur, un chieur, poète qui plus est, ne venant pas des beaux quartiers, n’ayant aucun appui extérieur, qui ose vous regarder en face et vous toiser. Voilà un bouseux qui porte sur lui le poids de ses origines, à qui l’odeur des vaches colle à la peau, qui ne baisse pas la tête, qui est prêt à vous rentrer dedans à la moindre incartade. Loin de cacher la noirceur du monde dont il est issu, Jean-Louis BERGHEAUD nous en révèle certains détails et nous assure : « Etre fier de tout ce qui l’a construit ». Belle leçon d’honnêteté et de fidélité à un monde paysan qui n’est plus, qui se meurt, qui est mort.

Le milieu du show-bizz a ses règles, ses codes. Y déroger, c’est se condamner à l’échec. Dès ses premières émissions TV les présentateurs vedettes de l’époque, Jaques MARTIN  en tête,  prédisent à ce jeune homme à la gueule d’ange, une carrière brillante dans le cinéma. C’est sans compter avec ce foutu caractère. Jean-Louis BERGHEAUD  n’aime pas être commandé. Il ne supporte pas d’attendre des heures avant que le clap de début ne résonne. Il n’est pas fait pour ça. Il s’en rend compte. Il ne sera donc jamais acteur. Un boulevard s’ouvrait devant lui, sa belle gueule aurait pu lui servir de passeport vers le succès, il n’en a cure et fait savoir à qui veut l’entendre que le métier d’acteur n’est pas fait pour lui. Voilà donc une opportunité qui s’estompe. Pire encore, invité par Thierry ARDISSON, il révèle au grand public, les ignominies auxquelles s’adonnent Eddy BARCLAY et ses convives au cours de soirées branchées sur la Côte d’Azur. Se mettre ainsi à dos, celui qui fait la pluie et le beau temps dans le milieu de la variété, c’est osé … c’est suicidaire même. Aucun cadeau ne lui sera fait. MURAT est donc « fidèle » à ses idées quoi qu’il lui en coûte. Pour le « modeste » qu’il est, il y a des règles qu’il ne faut pas bafouer, quand bien même vous êtes riche et avez pignon sur rue. Pour Jean-Louis BERGHEAUD la réussite génère avant  tout des devoirs et notamment le respect des « autres ».

Lorsque l’on se trouve confronté aux sunlight de la gloire il est des origines et des amitiés que l’on préfère taire. Cela vaut pour le plus grand nombre, pas pour notre Auvergnat. MURAT n’aura de cesse de parler  de ce grand-père : « grande gueule » et « grand cœur ». Pour un citadin, il est impossible de comprendre les bonheurs simples de la vie à la campagne. Ne pas parler pendant des heures si ce n’est dialoguer avec le taureau qui pavane au milieu des vaches, si ce n’est siffler le chien du voisin qui aboie à tue-tête s’inventant d’improbables  ennemis. « Ecouter le silence » ! Voilà une expression qui, en ville n’a aucun sens. A la campagne, le silence est réparateur, vous permet de discuter avec vous même. Le silence n’est jamais la solitude. Le silence c’est une multitude de bruits : les feuilles qui chantent au vent, l’eau de la rivière qui descend de la montagne, la neige qui craquelle sous vos pas,  la pluie qui s’écrase sur les tuiles de lauze, les jeunes veaux qui gambadent dans l’herbe sous l’œil réprobateur de mamans nourricières … Dans les champs, le silence c’est toujours un bruit de fond. Jamais MURAT ne fera d’infidélité à cette campagne, à sa montagne.  En ces lieux la simplicité est de mise. MURAT reçoit BAYON à LA BOURBOULE ? Ce sera dans une cuisine sombre, avec vue sur cour, le tout à l’étroit. MURAT se montre tel qu’il est. L’idée de changer ses habitudes, de maquiller la dure réalité de sa vie, ne lui effleure même pas l’esprit. On a l’esprit tordu ou on ne l’a pas. On est opportuniste ou on ne l’est pas. MURAT est avant tout fier de ses origines et de tout ce qui l’a construit … ce n’est pas rien. C’est un viatique pour la vie.

A la montagne on peut passer des jours à ne pas voir âme qui vive. Jusqu’à sa mort en 2007, EMILE sera le confident et le seul véritable ami de MURAT. Tous les jours, lorsqu’il est sur ses terres de Douharesse, MURAT lui rend visite. Il faut rentrer les bêtes d’Emile, il est présent pour donner un coup de main. Il n’en a jamais parlé, mais je suis certain que le vêlage d’une jeune génisse se présente mal, Jean-Louis est là pour rassurer le vieil homme et sa sœur. Si besoin est, il ne sera pas le dernier à tirer sur la corde pour extraire le jeune mâle du ventre de sa mère. Ensuite on ira boire un canon dans la cuisine qui n’est éclairée que par le triste soleil du jour.  Chaque fois qu’il écrit des chansons le poète MURAT  pense à ses amis perchés au sommet de la montagne, si près du « Col de la Croix Morand ». Pour eux, dans ses chansons il distille des mots simples, des phrases simplistes, qui s’imposent à l’évidence. Ce sont des passerelles qu’il installe entre l’artiste qu’il est et ce monde arriéré qui vit ses dernières heures. On perd là des hommes et des femmes d’une qualité exceptionnelle, qui ont su s’appuyer sur l’expérience de leurs ancêtres, sans maugréer, sans ricaner, comme si tout ce qui nous précède, ne pouvait être que baliverne, fadaise, faribole ou foutaise. Fidèle vous disais-je ? L’album « Taormina » est dédié à des « amis »  disparus dans un accident de motos. « Taormina » ??? Ce sont aussi des « amis » qui sont partis, ne supportant plus les sautes d’humeur de Jean-Louis BERGHEAUD. « Taormina » ??? Ce sont des choses qu’on a aimées et qu’on aime plus.  Il semble que pour MURAT les infidélités en amitié soient les plus difficiles à supporter. La chanson « Démariés » évoque toutes ces infidélités, ces reniements … MURAT  chante : « Pour mille et une raisons/Nous voilà démariés ». Certaines de ces raisons sont futiles, d’autres le sont moins … Durant la promo de « Taormina », lors d’une interview accordée à Manuela GIROUD le 6 octobre 2006 pour « Le Nouvelliste.Online »MURAT confie : «Je n’ai aucun ami chanteur» (..) «Je n’ose pas trop le dire, mais je crois que j’ai fait un album sur la mort.» La journaliste y ajoute ce commentaire : « Durant sa conception, Murat a été «entouré de disparitions» et a vécu des déceptions amicales ». MURAT  renchérit : «C’est aussi terrible, sinon pire, que la déception amoureuse. Parce qu’un ami, par définition, est quelqu’un qui ne vous trahit pas

L’une des plus grandes fiertés de MURAT  est d’avoir su rester l’ami des femmes qu’il a aimées et qu’il n’aime plus d’amour. Marie AUDIGIER en est le meilleur exemple. Ces deux là se sont aimés comme des fous, ils sont restés amis. Lorsque j’entends MARIE à la radio commenter la chanson « Taïga » je ne peux m’empêcher de me dire qu’elle aime encore cet homme.  Avoir su garder ce type de relation avec une femme dont on a partagé la couche est une preuve d’intelligence. On peut ne pas réussir sa vie ensemble, ne soyons pas trop « cons » réussissons à nous séparer en bonne intelligence. C’est peu souvent le cas.

Deux artistes féminins occupent une place particulière dans la vie de MURAT. Contre vents et marée il les considère comme des « amies ». Si le terme est trop fort il n’a de cesse de dire qu’il s’agit de personnes estimables qu’il apprécie quant à lui beaucoup et,  qu’il n’en a rien à faire du qu’en dira-ton. Je veux parler de Mylène FARMER et Carla BRUNI.

Commençons par Mylène. Que n’a t’on dit et écrit sur cette artiste énigmatique ??? Le principal reproche qui semble lui être fait est celui de chanter en « play back » lors de concerts qui affichent d’ailleurs complet. Il y a peu j’ai entendu le sieur NAGUI l’affirmer sur France 2. Elle ne serait pas la seule. NAGUI se garde bien de prononcer d’autres noms. Comme souvent monsieur a la mémoire sélective …  Il est vrai que la « Farmer » n’a pas bonne réputation dans le « milieu ». C’est bien pour ça que MURAT a de l’estime et plus encore pour la Canadienne. Souvent l’Auvergnat est interrogé sur cette amitié. Toujours il est resté constant dans son jugement. Voilà une position qui l’honore. Pour résumer les déclarations de MURAT sur Mylène j’ai choisi les extraits d’une interview parue dans « Voici » (n° 878 du 6 au 12 septembre 2004)

voici-2004-300x188

VOICI : « Quand vous faites un duo avec Mylène Farmer (Regrets), ce n’est pas pour toucher plus de monde ? »

JLM : « Le duo avec Mylène, c’était un truc d’amitié. Dans le business, les deux personnes les plus estimables que j’ai rencontrées, c’est Mylène et Laurent. Je les adore et les respecte infiniment. Ce sont les plus intelligents. D’une intelligence à la Warhol. Ce sont ceux qui comprennent le mieux les mécanismes de ce business, qui sont en meilleure position pour le pervertir, en tirer tous les fruits. Ils crachent dessus tout en faisant cracher le fruit. Pas mal… »

VOICI : « Ils font surtout « cracher » les fans, non ? »

JLM : « C’est le but du truc. C’est un challenge profondément immoral, intéressant. Laurent BOUTONNAT est un vrai immoraliste au sens noble du terme. »

VOICI : « Ca veut dire quoi ? Que les fans sont stupides, alors allons-y gaiement ? »

JLM : « Non… Il y a une sorte de pulsion consumériste dans la population, autant être là pour en profiter. Il vaut mieux que les gens achètent des T-shirts de Mylène plutôt que des T-shirts de la Star Ac’ ! »

VOICI : « Vous aimez ce que fait Mylène Farmer ? »

JLM : « Par rapport à Goldman, c’est du Wagner ou du Bach ! Il y a chez elle quelque chose de simple, populaire, féminin et pervers aussi. C’est très excitant sexuellement, tout ça. Et c’est parfaitement maîtrisé, dans une sorte de tradition décadente. A côté de Mylène, JENIFER on dirait un Caterpillar… »

voici-2004-1-196x300

Les questions sont sans concession, les réponses aussi …  Les photos ci dessus sont celles qui agrémentent cet article. MURAT y apparait en « femme » … voilà qui ajoute au côté provocateur …

MURAT sait très bien que ce duo lui a valu les plus sévères critiques de la part de ses admirateurs les plus fervents. Sur la DOLO, aborder le sujet, se terminait toujours par une guerre d’empoigne ou un crêpage de chignon.  Parler de ce duo était devenu tabou. Mylène était surnommée « La vilaine fermière ». C’est vous dire le niveau des intervenants … MURAT  n’est pas sans ignorer cela. Pour autant il n’a jamais changé d’avis. Moi je dis tout simplement bravo !

carla-225x300

Carla BRUNI  ??? Le cas est plus épineux encore.  MURAT apprécie la chanteuse et la femme. En 2005 MURAT écrit pour CARLA ex mannequin vedette, ex égérie people, une chanson : « Ce que tu désires ». Voici ce qu’il déclare à Stéphane DESCHAMPS pour « Les Inrocks » du 30 mars 2005 : « La première fois qu’un s’est parlé au téléphone, c’était comme si on se connaissait depuis 10 ans. On est parti sur des bases assez saines, qui ont donné par exemple la chanson ce que tu désires, que j’ai écrite pour elle. J’ai dit : « Ma chère Carla, vous êtes un prédateur, mais, sur moi, il n’y a pas écrit lapin de garenne. je suis un prédateur aussi. Si on travaille ensemble, ayons conscience que deux prédateurs vont s’affronter ». Une fois qu’on s’était dit ça, les choses étaient posées. Entre nous, on ne peut pas se bluffer, on ne peut pas se tromper, elle sait ce que je pense et elle sait que je vois ce qu’elle pense, qui je suis et qui elle est. Souvent on se dit : « Je vois ce que vous voulez dire ». Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui me le dise aussi volontiers. On est passé au dessus de l’amitié, au dessus de l’attirance sexuelle ».

A cette question : « De quoi parlez-vous ensemble ? «  MURAT  répond avec délectation : « De poésie et de philosophie, ça ne nous intéresse pas de parler d’autre chose. Je connais pas mal de chanteuses Françaises, mais Carla est la seule que je puisse appeler à 9 heures du matin pour parler de NIETSCHE ou de DANTE. L’autre fois, je lui lisais au téléphone différentes traductions d’Eugène ONEGUINE de POUCHKINE, puis Bonne journée ! Au revoir ! Ca me plaît beaucoup d’avoir une amie comme ça ».  C’est vrai que ça fait kitch ! Lui le paysan, le menuisier, lui qui bêche le jardin, qui cueille ses propres fruits et légumes, qui va au bistrot du coin discuter avec les p’tits vieux du village … lui tellement décrié dans les médias … oublié des radios et des télés … lui le p’tit gars de MURAT LE QUAIRE … qui pêchait les truites à la main dans les eaux du Vendeix  … moussaillon à la recherche du trésor d’ AYMERIGOT MARCHES … C’est lui qui discute en tête à tête avec Carla BRUNI ! Et que dire lorsque la chanteuse devient la 1ère dame de France ??? La femme à SARKO !!!. Ce dernier est honni des médias, de toute une frange bobo de la société, du petit peuple aussi il faut bien le reconnaître. Malgré tout MURAT reste imperturbable. Voici même ce qu’il déclare le 5 novembre 2011 à la journaliste Johanna SEBAN pour « Les Inrocks » : « J’ai des nouvelles indirectes. Je l’ai toujours défendue, elle est assez sensationnelle comme nana. Elle a le sens de l’humour et ça court pas les rues. Après, ce qu’elle fait, je m’en fous. »

J’aime cette constance et cette fidélité. De nos jours ce ne sont pas des comportements courants. Dans le monde du show bizz et de la musique encore moins ! Plus largement je devrais dire : « Là où il y a de l’argent à gagner »

Lors de la dernière édition « Koloko » Jean-Louis a mis en avant l’importance de la période « CLARA » dans sa vie et sa carrière. Lorsqu’il signe chez « Virgin » en solitaire, cela a du être un crève-coeur que de laisser derrière lui ses copains musiciens : Alain, Christophe, Jean-François … En Juin 2013, juste retour des choses, il chante en compagnie de BONNEFONT et de PIE 4 inédits de cette période dont « Typhon » écrit par BONNEFONT. De nos jours, rien n’est facile pour personne. Alain a repris un emploi. Faire revivre le groupe « CLARA » ??? Pourquoi pas … mais ce n’est pas gagné. J’y vois là une preuve supplémentaire de la « fidélité » de MURAT envers ses amis.

Koloko le 26 juin 2013 … avec BONNEFONT 

jlm-koloko-2013-2-300x168

Comme toujours, le mot de la fin à MURAT. En octobre 2006 pour « ISA » il répond à Florence TREDEZ : « La qualité que vous préférez chez vous » ??? Réponse : « LA FIDELITE » !!!

***

Ajout le 18 juin 2016 …

disque140

Ce jour à la Coopé  MURAT fidèle à « Koloko » depuis des années donnera le seul concert de la tournée post « Morituri » … Il se pourrait que ce soit le dernier spectacle en live  de MURAT ? Tout est possible ! Devant lui MURAT aura ses derniers fidèles, ceux qui traversent la France pour lui rendre visite. Ce n’est pas rien par les temps qui courent !  L’émotion sera grande, chacun attendant d’être rassuré.  Je ne ferai pas de pronostic. MURAT se sait attendu. « Morituri » … « Ceux qui vont mourir »  ??? Réponse peut-être ce soir ???

***

Publié dans : ||le 24 août, 2013 |10 Commentaires »

10 Commentaires Commenter.

  1. le 25 août, 2013 à 18:56 Florence L écrit:

    Merci Didier pour ce bel article et la place donnée à Mylène et surtout à Carla Bruni… en revanche, je ne te suis pas sur l’interprétation que tu donnes de la chanson « Démariés » (??) et pourquoi parles tu d’infidélité en amitié ? est-ce en relation avec ces deux amis morts en moto, j’ai cru comprendre lors du dernier koloko où Jean-louis a évoqué la mort de son ami, qu’il le regrettait et le tenait en haute estime ( ?!)…
    Flo dubitative…

    Répondre

    • le 25 août, 2013 à 20:42 didierlebras écrit:

      Salut Flo,
      Démariés est une chanson qui parle d’échec, de séparation, de gens qui se sont aimés et qui ne s’aiment plus, d’amis qui l’ont été et qui ne le sont plus … Ils sont démariés …
      Jean-François et Alex sont morts dans un accident de moto … Taormina leur est dédié …
      Par contre avant que l’album ne sorte, JLM a été marqué par le départ d’un ami ou de plusieurs amis chers … Il ne les cite pas. Il a été très marqué par cela … Par ailleurs il se désabonne de l’Equipe … la vie n’est faite que de désamour …
      http://didierlebras.unblog.fr/38-lhistoire-des-chansons-3eme-partie/
      Pour revenir à Jean-François mort en moto en 2004 je crois (???) les propos tenus (désamour) ne le concernent pas. Ils concernent plutôt Fred JIMENEZ qui en cours de fabrication de l’album serait parti pour terminer un projet personnel. Après les deux hommes se sont réconciliés.
      Sans doute que je me suis mal exprimé. Je n’ai pas voulu donner de nom, ceci explique le mélange des genres. Je vais rectifier …
      Merci à toi …
      Didier.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

      • le 25 août, 2013 à 22:21 Florence L écrit:

        Je reprends à dessein le texte entier d ela chanson:
        « Tout le long du chemin
        J’entends un dernier glou-glou
        - « Il faut cesser de vivre »
        - « Je ne peux mourir sans vous »
        Déjà le vent se lève
        Qui désenchante les bois
        Pour mille et une raisons
        Nous voilà démariés

        Au soir illuminé
        Entre les cornes des bœufs
        Jeune fille s’en va
        Dans sa pluie de flocons bleus
        Vers le dernier ravin
        Où s’aventurent les loups
        Pour mille et une raisons
        Nous voilà démariés

        Sur son visage en pleurs
        Je vois se finir la terre
        Sa bonne âme grelotte
        Sous le grésil et le gel
        Quand reverrai-je un jour
        L’aigle dans vos grands yeux
        Pour mille et une raisons
        Nous voilà démariés

        Tous vos spectres lointains
        Me donnent encore le frisson
        Mais berger dans la plaine
        Me semble un triste horizon
        Tous les enfants s’ennuient
        La pluie rit sur le chemin
        Pour mille et une raisons
        Nous voilà démariés

        Petit poisson d’avril
        Nous allons manquer de pain
        Les âmes sombres s’allument
        Oui c’est la nuit qui s’en vient
        Âme fraîche du vent
        Rejoins mes rêves d’enfant
        Pour mille et une raisons
        Nous voilà démariés »

        Didier,je regrette mais j’ai lu la partie de ton article l’histoire des chansons relative à cette chanson Démariés et sauf à me donner de plus amples explications, je ne suis toujours pas convaincue. Regarde le nombre de fois où l’on cite une jeune fille, des pleurs, cette chanson parle d’amour et de contrariété, de fin d’un amour mais pas d’échec ni d’amitié. Je suis désolée mais je ne suis pas d’accord ;-)

        Répondre

        • le 25 août, 2013 à 22:41 didierlebras écrit:

          Re salut Flo,
          je te félicite pour ton amicale pugnacité. « Pour mille et une raisons/Nous voilà démariés ». Par ces propos MURAT englobe tous les sujets de discordent qui font qu’on se sépare d’un ami, d’une femme, d’une passion ou d’une habitude qu’on avait (en l’occurence lire le journal « L’Equipe » dont il s’est désabonné) … « Pour mille et une raisons/Nous voilà démariés ». Ce mille et une raison englobe tout ce qui contrarie MURAT dans cette période de vie où beaucoup de choses ne vont pas … Dans une autre ITW il parle du mauvais coup que lui a fait Fred JIMENEZ lequel en plein enregistrement s’est barré et les a laissés en plan … Je rechercherai + avant … Je n’ai pas voulu citer ce fat précis … mais il est englobé dans cette formule : «  »Pour mille et une raisons/Nous voilà démariés ». …
          J’espère vivement avoir emporté ta conviction et je me promets d’aller chercher + avant pour emporter cette foi ton adhésion pleine et entière …
          Amitiés.
          Didier.

          Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

          Répondre

          • le 25 août, 2013 à 23:05 didierlebras écrit:

            C’est encore moi,
            article rédigé par Manuela GIROUD pour « La nouvelleliste.online » qui dit é »voquant « Taormina » :  » Durant sa conception, Murat a été «entouré de disparitions» et a vécu des déceptions amicales –

            Elle y ajoute ce commentaire de MURAT …

            «C’est aussi terrible, sinon pire, que la déception amoureuse. Parce qu’un ami, par définition, est quelqu’un qui ne vous trahit pas.»

            Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

          • le 25 août, 2013 à 23:29 didierlebras écrit:

            C’est encore moi Flo,
            J’ai donc rajouté page 72 ces quelques éléments …
            Je vais continuer à chercher puisqu’il y a une autre ITW où il est + explicite avec ce qu’il estime être la trahison d’un ami … De façon + directe il fait le rapport avec « Démariés » … « Pour mille et une raisons » … mélangeant ce qui est grave (la trahison d’un ami) … ce qui ne l’est pas (le désamour d’un journal sportif) … une façon de dire on se sépare de ceci ou de cela pour « mille et une raisons » ….
            Salut.
            DLB

            Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

  2. le 26 août, 2013 à 20:06 Florence L écrit:

    Je te suis reconnaissante Didier de tout ce déploiement d’explications afin de remporter mon adhésion.J’en ai le rose aux joues ;-) …Je dirais, que tu l’as à moitié, cette adhésion …je suis complètement d’accord avec toi que la formule « pour 1001 raisons nous voilà démariés » s’applique parfaitement à la déception en amitié, au désamour, de celà , je suis convaincue.
    mais il subsiste cependant des termes très troublants
    Il faut cesser de vivre »
    - « Je ne peux mourir sans vous »
    Jeune fille s’en va
    Dans sa pluie de flocons bleus
    Sur son visage en pleurs
    Quand reverrai-je un jour
    L’aigle dans vos grands yeux
    Petit poisson d’avril
    Nous allons manquer de pain… »
    sont tout de même des vocables qui s’appliquent à une femme voire à un enfant… plus qu’à un ami bassiste et encore moins à un journal pour cause de désamour du foot !
    je suis au courant pour Jean-François et Alex,mais je ne les « sens  » pas au travers de cette chanson alors que dans Taormina ils explosent… je suis aussi au courant de la désaffection de Fred Jimenez et là, je reconnais que le terme « démariés » peut s’appliquer aussi dans la la grande largeur de spectre des termes muratiens mais …je n’en démords pas, l’Auvergnat a plus d’un tour dans son sac et celà signifie aussi autre chose qui a plus de rapports avec le… féminin. Un partout, la balle au centre, non, c’est pas comme ça qu’on dit au foot ! notre ami prend plaisir à nous donner des rébus en semant des indices un peu partout afin que nous les déchiffrions ( ou pas)… ce n’est jamais tout blanc ou tout noir avec lui, es-tu d’accord avec celà ?
    bien amicalement,

    Répondre

    • le 26 août, 2013 à 20:30 didierlebras écrit:

      Salut Flo,
      je suis ok avec toi … Ce titre hors la phrase « pour 1001 … » contient bien d’autres choses que ce qu’a bien voulu en dire JLM …
      Pour ce qui me concerne, je ne donne jamais ou quasi jamais de vision perso … Je n’avance une thèse qu’après avoir lu les propos de JLM … Je vais retrouver cette autre ITW où il est + explicite encore … Les chansons de MURAT ont plusieurs portes … moi je ne pousse que celles entr’ouvertes d’une manière ou d’une autre par l’Auvergnat …
      Amitiés et à bientôt …
      Didier.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

      • le 27 août, 2013 à 0:09 didierlebras écrit:

        Re bonsoir Flo,
        je reviens vers toi avec un peu + de précisions …
        1 – Fred JIMENEZ a quitté (provisoirement) MURAT pour aller jouer avec Peter VAN POEHL.
        2 – Véronique MORTAIGNE dans « Le Monde.web » du 28 8 2006 écrit ! « Lassé des médias, désabonné aprè des décennies de quotidiens, hebdo … » « Déjà le vent se lève qui désenchante les bois, Pour mille et une raisons, Nous voilà démariés ».
        3 – Pour le gratuit « 20 minutes » du 29 8 2006 JLM déclare : « J’ai composé cet album dans le noir le plus complet. Je venais de perdre l’un de mes meilleurs amis, je baignais dans la mort, et en même temps, étant à nouveau papa, dans les cris de bébé. La dessus, se sont greffés des trahisons de vieux copains. J’étais en fin de contrat avec ma maison de disques et pour certains c’est comme une maladie contagieuse. J’en ai écrit une chanson … Je me sentais abandonné, victime d’une illusion ».
        4 – Comme toujours c’est à jean THEFAINE qu’il réserve ses confidences. A Jean il fait état du départ de Fred et de la trahison de supposés amis … Il ne s’agit donc pas de Fred … Il révèle qu’au cours de l’année 2005 son voisin Emile a manqué perdre la vie … etc … etc … Il (JLM) termine par ces mots : « J’ai une certaine idée de l’amitié et des rapports humains … L’amitié conçue comme un passe temps, je ne marche pas dans la combine : je me « démarie« .

        Voilà je crois avoir fait le tour. Je ne cherche pas à avoir raison à tout prix … Ce n’est vraiment pas mon genre … Je t’embrasse.
        Didier.

        Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

        Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1