- 7 bis – Jean Louis MURAT … en concert … ses tournées … (suite) …

 - Tournée BABEL – Hiver/Printemps 2015 -

.

concerts2015

.

En ce 29 janvier 2015 Jean-Louis MURAT est en concert à Saint Malo salle de « La Nouvelle Vague ». Moi qui ne supporte que le survêtement et les chaussures de sport, je n’ai d’autre choix que d’enfiler escarpins et pantalon de ville ! J’ai beau faire le tour du personnage, ainsi, je me sens mal fagoté. Enfant, j’ai connu la même situation lorsqu’il a fallu troquer les habits des champs contre ceux de l’école …

Il est vingt heures. Me voilà sur place.  Ce n’est pas la foule. C’est avec bonheur que je retrouve NELLY et son beau sourire. Le pseudo de « Forbane Elle » lui va si bien. S’y est glissé le mot « Forban » !  Se rendre à un concert de MURAT pour qui fait preuve d’un minimum de curiosité, c’est la certitude de faire des rencontres intéressantes, enrichissantes. NELLY me donne à connaître : SEVERINE une jeune maman Brestoise accompagnée de son frère. SEVERINE est une habituée des concerts de J.L.M. Son frérot découvre. La casquette en arrière, vissée sur la tête, Jean-François ressemble à Fausto COPPI. Je lui en fais la remarque. Avec raison il accepte le compliment. Jean-François demeure le centre Bretagne. Il est accompagné de son épouse ou amie. Tous deux sont férus de MURAT et de son œuvre. Nous échangeons nos adresses.

21 heuresJean-Louis entre en scène sans crier gare. Il est accompagné de Stéphane, Chris et Gaël. Le Brenoï arbore un sourire malin. Il respire la forme. On devine l’homme qui tous les jours s’oblige à faire un minimum de sport.  Sa voix est légèrement voilée. Je n’ai pas reconnu le timbre habituel. Il me semble que MURAT a profité de cette petite difficulté pour donner une autre tonalité à ce concert. Rassurez-vous, c’était superbe ! Stéphane est vêtu tout de noir, il est très élégant. Il présente le profil d’une jeune homme. Gaël prend place derrière son clavier. Beau gosse, il nous semble tout frais sorti de Polytechnique. Il a tout d’une premier de la classe. Chris le bassiste détonne. Il est aussi dodu qu’il a le sourire généreux. Je n’aimerais pas devoir me frotter à lui. L’ensemble est magnifique : deux jeunes que Stéphane couve de l’œil. C’était leur première, il y a déjà une vraie complicité entre eux.

Jean-Louis a peu parlé. On le devine serein, heureux d’être là. Les seize titres de « Babel » défilent à une vitesse grand « V ». Le titre « Vallée des merveilles » aura été pour moi le sommet de ce concert Malouin. De « La chèvre Alpestre » MURAT nous fait un « must ». J’ai beau chercher, je ne trouve aucun temps faible. « Tout m’attire » a des airs de tube, n’en déplaise à son auteur et interprète. MURAT siffle, la salle suspend son souffle. On voudrait, je voudrais tellement qu’il ne s’arrête pas. Ce chanteur est un  homme magnifique. Il nous conte son pays, la mort de son père, les difficultés de son enfance … Les mots sonnent à mon oreille, tel ou tel me rappelle les heures passées à chercher le pourquoi du comment … Ils sont rares les artistes à pouvoir nous chanter tous les aspects de la vie, du plus cruel au plus intime, sans qu’à aucun moment l’ennui ne s’invite …

C’est déjà fini. Je n’ai pas regardé l’heure. Un seul rappel. C’était magique, c’était magnifique ! Je sais, on peut dire de moi que je ne suis pas le plus impartial. Pendant 1h 30 j’ai tout oublié des évènements récents. MURAT n’en a touché mot. C’est très bien ainsi. Il est tellement dommage qu’un tel artiste ne soit pas davantage reconnu. Ce soir, à l’issue du concert, MURAT reçoit son monde. La bonne humeur se lit sur son visage. Les femmes amoureuses, ayant peine à dissimuler un état de transe défilent devant lui. Il s’en amuse. Je me trouve en fin de colonne. J’ai donc tout loisir de pouvoir scruter ce petit monde. C’est un bonheur que de pouvoir serrer la main de MURAT et de le regarder droit dans les yeux. Je ne veux pas l’importuner. Je lui pose tout de go deux questions qui me brûlent les lèvres depuis des lustres :

Quel est le titre du livre relatant le vie d’un taureau à Mexico destiné à l’abattoir ??? Un petit enfant fait tout pour le sauver.  MURAT avait 5 ans (peut-être plus ?) … cette lecture l’a rendu malade …

-  Jean-Louis sourit. Il revoit les images, m’en fait un rapide descriptif et m’avoue l’impossibilité de répondre à cette question : « C’était en noir et blanc, ce taureau à Mexico … »

 -  Etes vous l’auteur ou le co-auteur du titre « Epines de l’enfance » attribué à Marie MOOR ???

-  La réponse est formelle. C’est « oui » ! Il ajoute : « On a bidouillé ensemble ». Il termine : « Marie est une fille de la ville ». Sous entendu : « Pour écrire un tel texte on doit être de la campagne ». C’est exactement ce que je pense. Je suis assez content, ayant eu à subir sur ce sujet précis les foudres de quelques Ayatollahs de la « Muratie ».   

Il est 23 heures, peut être plus. Je fais signer à Jean-Louis le triple vinyle acheté auprès de Jocelyne toujours aussi accueillante …

DSC01766

Ah, j’ai oublié de vous dire, le frère de SEVERINE qui ne connaissait rien de MURAT a : « beaucoup aimé » !

Il est 23 heures 30, je quitte Saint Malo sous un déluge de grêlons. J’allume la radio. Je me paye d’entrée BRUEL … Je change de station, je tombe sur BENABAR ! Non merci pour moi … Je roule à vitesse réduite vers Rennes, dehors il tombe de la neige, moi : « J’ai de la pluie dans les yeux » … A 1 heures, j’ai rejoint le bercail, il me semble avoir : « fréquenté la beauté » …

Allez voir MURAT et son tout nouveau « Babel »,  vous ne serez pas déçus.

***

MURAT est un habitué du festival « Mythos ». Hier, 22 h30, la salle de « l’Aire libre » commune de St Jacques de la lande affichait complet. Ce sera encore le cas ce soir (dixit Jocelyne ravie).

Première surprise et non des moindres : plus d’hommes que de femmes. Je ne connaissais personne. Sans difficulté j’ai pu accéder au 2ème rang des places qui sont assises. Je suis entouré de deux messieurs, la quarantaine bien sonnée. Celui à ma gauche, disert, celui à ma droite muet comme une carpe. Du début à la fin MURAT aura été remarquable. Pas une seule anicroche. Agréable, peu bavard, on le sent heureux d’être là. Je ne suis pas un spécialiste de la musique je dirais pourtant que le concert sonne « rock ». Bien qu’assis MURAT nous donne envie de nous bouger le cul. Tour à tour MURAT se fait « femme » se passant à maintes reprises les doigts dans les cheveux (longs), se déhanchant à l’envie, se serrant les fesses comme une midinette … puis « enfant » : s’amusant avec sa guitare, échangeant des sourires complices avec ses musiciens. Je l’ai même surpris à rire, rire … le corps penché en avant pour tenter de dissimuler cet état d’hilarité …  Avec MURAT on sent que l’on est toujours au bord du précipice, sur la corde raide. Un rien peut entraîner son courroux. Pour ce concert je le sens totalement détendu. Rien ne peut lui arriver.

La set-list ne présente aucune nouveauté. Les titres de « Babel » réorchestrés, travaillés à l’envie, sont repris par Jean-Louis et ses acolytes.

MURAT st jacques 8-4-2015 (1)

Deux sommets dans ce concert : « La chèvre alpestre » et « Vallée des merveilles ». Un titre que j’apprécie beaucoup : « Tout m’attire ». MURAT chante pendant près de deux heures des titres allongés à l’envies. Je me dis qu’ils ont travaillé comme des « fous ». Un rappel énergique de la salle nous donne à entendre une version magique du titre : « Qu’est ce qu’au fond du cœur ». MURAT s’amuse avec les mots, avec sa langue, pour nous conduire jusqu’à l’extase. Quel artiste ! Quel talent ! Faut y qu’on soit « cons » pour qu’en France si peu le reconnaissent !!!

Au cours de la séance de dédicaces  MURAT s’attarde avec chacun. Il est souriant à souhait, loin tellement loin de « l’image » qu’on lui prête. Il est une heure, je rentre chez moi sans faire de bruit. J’ai six ans, je suis un enfant … je m’endors, je suis heureux ! Merci pour tout monsieur Jean-Louis MURAT … et déjà je me dis : « Mais quand reviendras-tu ??? ». Le temps reprend toujours son cours, le temps est assassin … 

Un dernier mot : les plus belles notes de musique, MURAT nous les délivre lorsqu’il siffle, c’est un ravissement. Ce que faisant, il redevient le petit garçon qu’il était, celui qui surveillait les vaches, courait dans les champs accompagnant son grand-père. Siffler pour un enfant c’est déjà être un homme. Les années passant, cette musique, sortie de votre ventre n’est rien moins qu’un retour vers l’enfance … où tout était si bien ! Le temps est assassin !

***

- Tournée « BABEL » – Automne 2015 -

concerts2015

En couverture de cette tournée MURAT est en résidence à GRASSE ( ). C’est l’occasion pour Jean-Louis de donner un concert intimiste le 30 septembre 2015

grasse

Le 1er concert de cette nouvelle tournée aura pour cadre le parc du château de Mouans Sartoux dans le Sud de la France …

photo-chateau-de-mouans-sartoux-292

Le 8 octobre 2015 MURAT est à BRUZ localité proche de Rennes …

grand-logis

Oui, c’était REMARQUABLE, il n’y a pas d’autre mot. Je suis mauvais juge, mais tout le monde vous le dira …

MATT LOW a ouvert le bal. Tout en l’écoutant, je me dis que les mots choisis par MURAT habillent la musique de Matthieu. Ces mots sont simples, voire simplistes, syncopés … ils s’adaptent à la mélodie. Ils s’égrènent les uns après les autres. A l’inverse lorsque MURAT écrit pour lui c’est la musique qui les habille … « Banzaï » ??? En live j’ai aimé. On sent poindre un vrai personnage.

Je n’ai pas regardé l’heure. Il doit être 21 heures, le Brenoï et ses trois musiciens entrent en scène. Toutes les chansons sont réorchestrées magnifiquement. Chaque fois il me faut quelques secondes pour deviner le titre chanté. Toujours je suis surpris, je dirais même émerveillé. Et je me dis : « Mais bien sûr ! ». Au cours de cette soirée combien de fois me suis-je dit me parlant à moi-même de MURAT : « Mais quel mec ! ». Il est beau, il transpire la sincérité. Il est entier. Il est fragile. A tout instant vous sentez que ça peut basculer vers le pire. Hier il n’a donné que le meilleur. Pas une seule fausse note, une seule anicroche.  La salle affiche complet. Je pense qu’il a été surpris de l’accueil qui lui a été réservé par le public Breton. Il s’est pris au jeu. Il était parti pour se la jouer bougon, il nous la fera avec le sourire au coin des lèvres. Il n’en a pas trop fait. Il a été remarquable de bout en bout.

DSC_0014

« Les Ronces », « Vallée des merveilles » et « Long John » extraits de « Babel » sont sublimés. Les inédits sont superbes à souhait. Le son est jazzy. Un titre a retenu mon attention : « J’ai le cafard ». Les mots y sont choisis avec précision. Ils reflètent une planète ou tout va de travers. Le ton est grave. L’expression : « de guingois » y est utilisée. Voilà qui fait tilt à mon oreille. Le concert terminé, après une longue attente j’indique à J.L.M. qu’il s’est servi d’un mot de la langue Française pour la 1ère fois. Etonné il me demande : « Lequel ? ». Fièrement je décline ce « de guingois ». Il acquiesce. Cette chanson est magnifiquement belle. Les mots y sont beaux, tristes, lucides, sans concession. Ils disent un monde ou rien ne va.

http://didierlebras2.unblog.fr/2011/09/02/jean-louis-murat-dictionnaire-muratien/

Au cours de ce concert MURAT nous l’a joué « Ranchero ». Le moment est magique. Profitant d’un intermède, seul, il nous fredonne durant plus d’une minute  : « Se soigner les boules à la Bourboule » ponctué de « Boule boule boule … » à l’infini. C’est dire combien il était heureux le bougre. Il nous annonce également que le prochain album sortira en Mars. La salle applaudit. MURAT nous gratifie d’un rappel.

Il est 23 heures, peut-être plus (?). Le concert terminé MURAT accompagné de Matthieu est plus d’une heure durant resté avec ses admirateurs. Patiemment j’ai attendu mon tour. J’ai regardé vivre ce petit monde qui n’avait d’yeux que pour Jean-Louis. Quel bonheur que de pouvoir échanger ne serait-ce que deux minutes avec le jeune homme. Matthieu me glisse dans l’oreille : « C’est un OVNI ». Il a raison. Je n’avais aucune question précise à lui poser. Je n’avais qu’un mot à la bouche : « REMARQUABLE ». MURAT a très bonne mémoire. Lors du 1er concert « Mythos » (2014) à Rennes je lui avais posé une question sur un livre de jeunesse, ce fameux taureau Sud Américain que l’on conduit à la boucherie. Faisant référence à cette question pour laquelle il n’avait pu me donner de réponse, il me dit : « Cet été, un taureau Salers s’est invité chez nous, avec GASPARD avec force geste nous lui avons fait quitter la parcelle ». Si ce ne sont pas les mots exacts, ça y ressemble. Que MURAT me parle ainsi de son garçon est un cadeau du ciel. MURAT me confie : « J’en ai fait une chanson qui sera dans le prochain album ». En attendant je suis toujours à la recherche de ce taureau (Mexicain je crois) … Il y a peu j’ai cru avoir déniché l’oiseau rare. Il s’agissait d’un livre édité en 1961 : « Raphaël et le taureau ». Ce n’était pas le bon puisque de nationalité Espagnole. 

Raphaël 1

Trois heures durant j’ai baigné en « Muratie ». J’ai tout oublié de SARKO à HOLLANDE, de MORANO  à MARINE, des migrants, du chômage, de ma mère qui va mal … Entendant siffler MURAT je me suis dit que c’est François qui lui a appris. A la campagne savoir siffler c’est devenir homme. Aujourd’hui, la soixantaine passée Jean-Louis siffle, il redevient enfant. Sa guitare est belle, le sifflement qui sort de sa bouche plus encore. Tôt ce matin, j’ai eu du mal à m’endormir. Mon épouse m’a demandé : « C’était comment ? » Je lui ai répondu : « REMARQUABLE ! ». Ce matin, je n’ai pas allumé la télé. Je n’ai pas écouté BOURDIN. Je voulais rester en « Muratie »

***

Ajout le 20 juin 2016 …

Le 15 avril 2016 « Morituri » que l’on peut traduire par : « Celui qui va mourir » est dans les bacs. D’emblée le chantre Auvergnat nous prévient que cet opus ne sera suivi d’aucune tournée. Pour expliquer cette situation MURAT invoque des motifs économiques. Dans « Metronews » le 15 avril 2016, répondant aux questions de Romain BURREL le « Berger de Chamablanc » déclame : « C’est la crise, les salles prennent moins de risque et préfèrent programmer des gros cons comme RENAUD ou POLNAREFF » … Voilà qui va faire le buzz mais qui dessert avant tout celui qui lance ce genre de quolibets.

Le 18 juin 2016 MURAT est à la Coopé pour le concert « Koloko » au profit d’une œuvre humanitaire …

koloko 2016 billet

Chacun de s’interroger sur la suite … MURAT n’en dira pas mot. Voilà qui est plutôt rassurant ! Certaines indiscrétions laissent espérer une mini-tournée à l’automne ?! La set list  fait la part belle au dernier opus … « Ceux qui vont mourir » …   Parmi ces titres : « Frankie »

Image de prévisualisation YouTube

En seconde partie MURAT fait cadeau à la salle de titres anciens qui semblent avoir été spécialement choisis pour l’occasion …

koloko 2016 setlist

« Et le désert avance »

(…)

  »Avant puis arrière/ Voilà le chemin/ Oh Dieu des poussières/ Voilà donc le destin/… Et le désert avance »

(…)

« L’amour qui passe »

« Oh oh oh v’là l’amour qui passe/Les magnifiques chevaux/Non c’est l’amour qui passe/Au galop »

(…)

Le chroniqueur Pierre ANDRIEU nous met à disposition sur « Youtube » cette superbe chanson agrémentée de ce commentaire de MURAT : « C’est peut-être bien ma chanson préférée ça, j’ai un mal fou à la chanter, mais je vais essayer quand même … ».

Image de prévisualisation YouTube

MURAT enchaîne avec le titre  …

« Comme un incendie »

« Inutile de me chercher/Parmi les morts/Inutile de m’adorer/L’âge de pierre/Au royaume/Où tout fabrique/Du faux/Âmes sombres/Jours funèbres/Que le cœur me paraît/Pauvre/Le cours ordinaire/Des choses/Me va/Comme un incendie ».

(…) 

Je ne saurai terminer cet ajout sans rendre hommage aux fans qui traversent la France pour rencontrer leur chanteur favori … Par les temps qui coutent ce n’est pas rien …

kolo2016 1

Mon ami Gilbert est présent. Il a pu faire la connaissance de certains « Muratiens » de longue date … (voir ci-dessus) … Pour Gilbert c’est son 1er « Koloko » … Il a beaucoup aimé notamment le titre :  »Si je devais manquer de toi » qui clôt ce concert …  Est-ce qu’il faut y voir un signe ??? Nul ne le saura … Es-ce que MURAT lui-même le sait ???

Gilbert a pu faire dédicacer l’album : « Les songes de Léo » par la belle Morgane

les songes 11

Quant à « Morituri » au recto la dédicace est signée de MURAT , au verso c’est l’ami fidèle : Stéphane … qui s’ est collé.

  mori00

moritrui0

Et moi de chantonner … MURAT …  : « Dis … quand reviendras-tu ? Dis, au moins le sais tu ? »

***

 

 

 

Publié dans : ||le 30 janvier, 2015 |38 Commentaires »

38 Commentaires Commenter.

  1. le 30 janvier, 2015 à 16:14 cachardl écrit:

    Les ayatollahs de la Muratie… ça fait bien longtemps que vous devriez ne plus en tenir compte: votre travail sur JLM et vos compte-rendus de concerts sont les seuls que je lis. Merci.

    Répondre

    • le 30 janvier, 2015 à 16:21 didierlebras écrit:

      Vous avez bien raison Monsieur CACHARD … mais ces braves gens … imbus de leur savoir … se voulant les gardiens du temple … ne pensant qu’à eux … se sont à présents tus. Ils se dissimulent dans la masse. Ils agissent (toute proportion gardée) comme les terroristes … Merci Monsieur CACHARD …

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

    • le 9 octobre, 2015 à 14:04 jean marc écrit:

      Merci pour ce très sensible compte- rendu d’un concert ou il fallait être de toute évidence. Je me dis que forcément il reviendra.
      Les inédits étaient nombreux…bon signe.

      Répondre

  2. le 30 janvier, 2015 à 17:05 Gilbert écrit:

    Je partage ton émotion car j’ai la même à chaque concert.On ne dira jamais assez le talent de Jean Louis. Quand aux ayatollahs, ne perd plus ton temps avec eux, tu es bien au dessus de ça et surement loin devant, donc ne te retourne plus.

    Répondre

  3. le 30 janvier, 2015 à 17:14 didierlebras écrit:

    Salut Gilbert, merci à Toi …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  4. le 30 janvier, 2015 à 17:33 Rhiannon écrit:

    Je t’imagine mon Didier avec un peu d’appréhension dans la queue préparant mentalement sans te tromper les questions que tu vas lui poser….extra ton compte rendu…je ne sais si j’irai le voir sur cette deuxième partie de tournée….Mr Laurent Cachard a bien raison …..n’en déplaise à ces ayatollahs de la Muratie….ton travail est bien plus intéressant et il y a tellement d’humanité dans ce que tu écris….c’est un réel plaisir de te lire….j’ai tellement appris sur le personnage…merci mon Didier

    Répondre

  5. le 30 janvier, 2015 à 17:42 didierlebras écrit:

    Thank’s Rhia.

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  6. le 30 janvier, 2015 à 17:42 Martial Decoster écrit:

    Merci Didier pour ce très beau CR . j’ai hâte d’être à dimanche pour voir et entendre ce que donnent les titres de « Babel » avec d’autres musiciens que Les Délanos ! ;-)
    Quant aux ayatollahs !  » Arrête d’y penser…… »

    Répondre

  7. le 30 janvier, 2015 à 18:20 Matthieu écrit:

    J’apprécie le contenu de votre parenthèse, cher DLB : « Ils agissent (toute proportion gardée) comme les terroristes ». Oui, en effet, « toute proportion gardée »…
    N’ayant jamais eu l’honneur pour ma part de croiser d’ »ayatollahs » de la Muratie, je me contenterai d’une petite observation : en ce moment, d’aucuns donnent des leçons aux pratiquants d’une certaine religion en leur reprochant de manquer d’humour ou d’être trop susceptibles. Mais quand on voit la réaction que nous pouvons avoir parfois, nous autres, dans des débats qui ne concernent pas un Dieu, ni même son prophète, mais un simple chanteur (le nôtre, en l’occurrence, n’ayant rien de « simple »…), on peut se dire que la susceptibilité est un travers largement partagé et que personne n’en a – hélas ! – le monopole…

    Cette remarque géopoliticomuratienne étant évacuée, je vous dis merci, Didier, pour ce CR du premier concert de la troisième partie de tournée. Pas « impartial » en effet, mais vivant et amoureux, avec les petits à-côtés en charmante compagnie ou bien au volant de la voiture. Et les escarpins vous vont bien !

    Merci encore et bonne continuation…

    Répondre

  8. le 30 janvier, 2015 à 19:30 Armelle R.G. écrit:

    Merci Didier de nous conter ta soirée malouine. Quel courage de reprendre la route aussitôt et par ce vilain temps! Quelques « fans » ont-elles/ils osé susurrer un « bon anniversaire » à l’encontre de notre talentueux chanteur préféré? Celui-ci va encore faire des heureuses(x) dans les heures et jours à venir.

    Répondre

  9. le 30 janvier, 2015 à 19:34 didierlebras écrit:

    Perso j’y ai pensé Armelle, mais je n’ai pas osé … Personne n’a osé …
    Amitiés.
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

    • le 2 mars, 2015 à 16:29 Traum écrit:

      Ben si, Didier, j’ai osé !!

      Ce qui m’a valu un double bisou…. et je ne m’en plains pas !!

      Répondre

  10. le 30 janvier, 2015 à 21:38 phil d angers écrit:

    merci didier pour ce contre rendu
    peut etre au plaisir de se recontrer a rennes en avril?
    merci pour votre travail sur jlm
    toujours un plaisir de vous lire

    Répondre

  11. le 30 janvier, 2015 à 22:02 Josephine March écrit:

    Bonsoir, Je découvre votre blog grâce à Pierrot. Merci BEAUCOUP pour le compte-rendu du concert à St Malo (une p’tite coquille : 29 « février » au lieu de janvier ! L’émotion, sans aucun doute…) J’avais hâte de lire quelques mots sur cette nouvelle tournée. En ce qui me concerne, ça sera à Strasbourg, le 6 février et je suis tellement impatiente…. Je ne compte plus les concerts, et aucun jamais ne m’a déçue. Muratienne depuis « Suicidez-vous » et 1er concert sur la tournée « Cheyenne Autumn » à Annecy, j’ai retrouvé avec Babel l’émotion des débuts. Merci pour votre blog que je vais explorer avec gourmandise et reconnaissance !

    Répondre

  12. le 30 janvier, 2015 à 22:38 Jean- François écrit:

    Je vois que tu t’es pris le même « coup de chien » que nous sur le retour. Nous avons bravé les inquiétants tourbillons de grêle molle. J’aime à penser que nos traces marquaient ce périple depuis les « Nouvelles vagues » malouines et que nous pourrions aisément retrouver notre route pour un prochain concert juste en suivant ces lignes noires sur l’asphalte.(le chemin des poneys?). Juste deux mots pour dire ma frustration de savoir ma platine vinyle en rade et le travail de patience à chaque regard vers cette triple galette en attente, comme deux autres merveilles de Brian Eno reçues ce noël. Du mp3 donc (a donf!)en guise de merle alors que « chacun vendrait des grives ».
    Un moment inoubliable… Précieux!
    Prochaine fois je viendrai à vélo.

    Fausti Coppo.

    Répondre

  13. le 30 janvier, 2015 à 22:43 didierlebras écrit:

    Bravo Fausto … Je dois avoir le sens du raccourci …
    A bientôt. J’espère que tu trouveras ta route sur ce Blog qui n’est consacré qu’à Murat … Si tu recherches des inédits (les faces par exemple) et que je peux t’aider n’hésite pas …
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  14. le 31 janvier, 2015 à 10:12 Muse écrit:

    Bien contente que tu aies passé un bon moment au concert et que tu aies eu les réponses à tes questions.
    Si la nouvelle équipe de musiciens est sympa, tant mieux aussi. Ca promet de jolis concerts.

    Le mauvais temps sévit aussi ici. Jeudi soir tempête qui a jeté beaucoup de branches et de tuiles par terre et ça se prolonge ce matin avec de la pluie en rafales et de la neige plus haut en montagne (ils ont dû fermer les stations tellement il avait neigé en très peu d’heures). Je ne sais si ça nous prépare février en lion mais on peut dire que sur toute la façade atlantique c’est le grand branlebas. Une élève hier soir me disait que chez ses parents, à Hendaye, les vagues de l’océan montaient à dix mètres avant de s’écraser violemment…ça promet de gros dégâts.
    Va falloir se tenir fort!
    Bizz Didier et merci pour ton CR.

    Répondre

  15. le 31 janvier, 2015 à 16:37 didierlebras écrit:

    Courage MUSE …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

    • le 31 janvier, 2015 à 20:06 didierlebras écrit:

      Re salut Muse,
      j’en profite pour te demander si ça ne te dit rien ce livre pour enfants : l’histoire d’un taureau à Mexico, promis à l’abattoir … un enfant fait tout pour le sauver … Jean-Louis à lu, à pleuré, pleuré … il a fallu faire venir le médecin …

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  16. le 31 janvier, 2015 à 22:53 Muse écrit:

    Coucou Didier,

    Les livres pour enfants sur les taureaux à l’époque de JLM, c’est:

    L’histoire de Ferdinand de Munro Leaf (mais ça se passe en Espagne).
    Le torero de Cordoue de René Guillot (mais ça se passe en Espagne aussi).
    Et puis peut-être mais là j’ai juste le titre, un bouquin aux éditions belges du Lombard: Raphaël et le taureau. Je n’en sais pas plus ni sur l’auteur ni sur l’histoire. Je te mets juste l’image de la couverture avec l’illustration. Au besoin, fais-en une impression et montre ça à JLM à un prochain concert:
    http://www.culturestaurines.com/sites/default/files/images/Rapha%C3%ABl.JPG
    Ca lui fera peut-être tilt ou pas…
    Sinon, faut te renseigner sur le livre aux éditions du Lombard. Ils doivent avoir au moins un archiviste qui pourrait te renseigner sur le dit bouquin.

    Neige et pluie cet après-midi, grosses bourrasques de vent. Ca s’est calmé un peu ce soir mais j’ai l’impression que ça va recommencer demain.

    Bises Didier et bonne soirée!

    Répondre

  17. le 9 avril, 2015 à 12:31 Gilbert écrit:

    Je vois que tu as passé un joyeux anniversaire, mais tu ne nous parle pas de tes échanges avec Jean Louis après le concert. Je pense qu’ils ont été très chaleureux comme d’habitude avec Jean Louis.
    Samedi, c’est mon tour je penserai à toi.
    Bonne journée

    Répondre

    • le 9 avril, 2015 à 13:56 didierlebras écrit:

      Et moi qui ait oublié de te souhaiter « Bon anniversaire Gilbert » ! Voilà qui est fait. L’après ? Deux questions : qui conduisait la voiture le 21 juillet 1984 ??? Réponse : Jean-Louis. Deuxième question : l’inscription « Verdier 1865″ dans le film « MURAT EN PLEIN AIR » … Quel sens lui donner ??? C’était une ferme Auvergnate tenue par un vieil homme vivant à l’ancienne … sans +
      Je suis resté très discret … j’ai surtout parlé avec Stéphane qui buvait une bière à l’extérieur … Stéphane ? Un super mec ! Bon concert à toi Gilbert …

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  18. le 9 octobre, 2015 à 11:52 Traum écrit:

    Bravo, Didier pour ce compte-rendu, fidèle et sensible ! Le lire réactive toutes les émotions ressenties lors de cette soirée : chacun, sur scène comme dans la salle, était heureux d’être là et ne cachait pas sa joie !
    « Vallée des merveilles » et « Long John » ont été sublimées comme tu le dis fort justement; j’y ajouterai « Les Ronces » qui d’emblée m’ont laissée augurer le meilleur des moments à venir !

    Répondre

  19. le 9 octobre, 2015 à 11:59 didierlebras écrit:

    Tu as raison pour « Les ronces » … je fais un p’tit rajout.
    Amitiés sincères.
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  20. le 9 octobre, 2015 à 12:08 Amparo écrit:

    Merci Didier , tu nous fais revivre ces moments magiques à travers tes mots . Je devine ton émotion ! Je ressens la même chose à chaque fois qu’il est devant moi sur scène , il est unique , généreux ! Hier soir Jean-Louis savait que dans la salle un public fidèle l’attendait !Je suis émue …merci !

    Répondre

    • le 9 octobre, 2015 à 12:12 didierlebras écrit:

      Salut Amparo,
      Nelly te ressemble beaucoup. La même simplicité. La même classe. Le discernement, le sens de la réserve, j’y ajoute l’intelligence. Voilà un résumé de votre portrait.
      Amitiés sincères.
      D

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  21. le 9 octobre, 2015 à 12:50 Amparo écrit:

    Tu as raison cher Didier ! Avec Nelly nous sommes un peu jumelles … amitiés

    Répondre

  22. le 9 octobre, 2015 à 19:05 Traum écrit:

    Waouh, les amis ! Vos douceurs vont « égratigner » un peu ma réserve naturelle !!!!… Plus sérieusement, sachez que j’en ai tout autant à votre égard; ça m’est un grand plaisir à chaque fois de vous retrouver au fil des concerts de Jean-Louis ! A bientôt sur d’autres dates !

    Répondre

  23. le 17 octobre, 2015 à 9:31 Muse écrit:

    Coucou Didier

    Contente que tu aies passé un bon moment au concert.
    Matt Low, musicalement et vocalement, c’est pas mal mais côté texte, honnêtement, je trouve ça très mauvais. JLM apparemment n’a fait que des traductions françaises de textes anglais pondus par le jeune homme. C’est loin d’être une réussite.

    De guingois, un mot que j’ai appris par un disque 45 tours vers 7 ans sur l’histoire de Casse-Noisette et qui m’a donné envie d’aller vérifier le sens dans le dictionnaire familial. Un mot oublié par beaucoup dans la langue française. C’est bien que JLM l’utilise dans une nouvelle chanson.

    Désolée que le livre de Raphaël et le taureau ne soit pas le bon…Fallait au moins essayer.

    J’ai appris à siffler très jeune. Je siffle de temps en temps pour Maïa et ça la fait rire. Comme quoi, c’est pas forcément un truc de garçon ni d’homme. Ou alors je ne suis pas une « vraie » femme ;-) )

    Répondre

  24. le 6 septembre, 2016 à 22:02 Armelle R.G. écrit:

    J’ai du retard dans la lecture de tes articles Didier mais c’est un grand plaisir de découvrir des pages qui m’ont échappées ou de relire des choses que j’avais oubliées… contente de découvrir que tu t’es bien rattrapé concernant ta participation aux concerts de JLM. Une fois qu’on est tombé dedans, on y retourne; ça te ferait pareil si tu allais sur ses traces en Auvergne.
    Comme tu le sais peut-être, le dernier concert était pour moi à Guéret le 13 novembre dernier (date fatidique et veille du dernier de la tournée) où j’ai partagé cette belle soirée avec une amie (dont le mari est creusois d’origine) qui découvrit JLM à cette occasion ; j’y ai rencontré Armand venu du proche Limousin et avec qui nous échangeons depuis ce jour… il existe ainsi des gens précieux en amitié et en partage. A la sortie c’est Matthieu venu de Clermont (il fait lui aussi partie de ces rares gens précieux) qui me dit la surprise de sa présence avant de m’apprendre la triste nouvelle de ce qui se passait sur Paris. Mais pour en revenir au concert qui s’est merveilleusement bien déroulé, je ne crois pas t’avoir parlé de la connexion que Jean-Louis a créée avec son public en lui disant : « Le Puy-de-Dôme salue la Creuse, vous allez bien voisins? » ni de sa version spéciale de « Qu’est-ce qu’au fond du coeur » où la Creuse et la Dordogne se sont côtoyées pour l’occasion : « Qu’est ce qu’au fond de l’eau de la Creuse la bas, qu’est ce qu’au fond de l’eau de la Dordogne… aaaouhh! » une prestation magnifique de près d’un quart d’heure sur laquelle il a présenté ses musiciens en chantant, un public qui n’a cessé de battre des mains pendant tout ce temps, un final avec des « merci beaucoup » répétés au moins 5 fois et un « bonsoir Limousiiiiiiiiin » qui concluait l’avant rappel…

    Répondre

  25. le 6 septembre, 2016 à 22:43 didierlebras écrit:

    Merci Armelle de ce partage …

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1