- 28 – Jean-Louis MURAT … et la religion …

Jean Louis MURAT  aime les églises, les chapelles, pour autant que pense-t’il de la religion et plus particulièrement de la nôtre, celle que l’on dit Chrétienne ?

En 1989, pour « Les Inrockuptibles », Christian FEVRET lui pose la question : « As-tu eu une éducation religieuse ? ». Il répond : « Non, mais alors pas du tout. Je viens d’un milieu de mécréants. Je n’ai jamais été séduit. J’avais une grand-mère qui, à vingts ans, a fait six cents kilomètres à pied, dans les bois parce qu’elle s’était sauvée d’un couvent où l’avaient placée ses parents lorsqu’elle était gamine. Autant dire que dans la famille, il ne fallait pas nous parler des curés et de la religion. Même maintenant, je ne suis pas du tout tenté. Que l’idée de Dieu puisse me turlupiner c’est évident. AL GREEN a changé dans ses chansons tous ses noms de femmes, car c’était un baiseur fou : au lieu de dire Lucette, Sidonie ou Paulette, il met Dieu, et toutes ses chansons fonctionnent. Dieu est une idée de plaisir, il cherche la communication, la baise avec Dieu. J’aime beaucoup ça, baise avec Dieu tendance AL GREEN ».  

Chaque fois que MURAT  cite le nom d’un artiste … chaque fois c’est une bonne pioche. Né en 1946 AL GREEN  chanteur de « soul » est au summum de sa popularité dans les années 1970. Fils d’un modeste métayer, c’est le Gospel qui l’amène à la chanson. En 1974, il est victime d’une agression … l’auteur se donne la mort. Choqué, il se convertit au christianisme. Il se fait même ordonner pasteur. Il abandonne le R&B pour ne plus faire que du gospel jusqu’en 1988.

                                     Al Green en concert en 2006

400pxalgreen.jpg

« Let’s stay together »

http://www.dailymotion.com/video/x6f22n

 En 1992 Laurent BOYER se déplace à ORCIVAL pour un « Fréquenstar »sur les terres et dans les montagnes enneigées du Brenoï. Une partie du reportage a pour cadre l’église d’Orcival. MURAT y apparaît avec le curé du village. Ni l’un ni l’autre ne sont à l’aise. MURAT le mécréant nous parle de son amour des chapelles et de son goût pour ce qui est « sacré » …

Sur le site de l’Express.fr le 26 septembre 1996, on peut lire ceci : « Car ce mécréant collectionne les crucifix, achète des chasubles et passe des heures au fond des chapelles : »Pendant mon adolescence, je me suis complu dans GIDE, que je tiens aujourd’hui pour néfaste. Il m’a appris le cynisme ».  

Le chasuble est un vêtement sacerdotal à deux pans et sans manche, avec une ouverture pour la tête, que le prêtre revêt par dessus l’aube et l’étole pour célébrer la messe.

                           Un exemplaire d’une chasuble baroque …

chasublebaroque.jpg

Au Moyen Âge, on plaçait des croix de pierre ou de métal au sommet des édifices religieux, sur les chemins, à l’entrée des villages et dans les cimetières. L’image du Christ n’a été suspendue à la croix que vers le VI ou VIIème siècle.

 La croix a été depuis longtemps, et le reste encore, la seule signature que les « humbles » sachent faire. Dans son ordonnance sur les Eaux et Forêts de 1663, Louis XIV assigne à la croix un véritable rôle de balise : « Ordonnons que, dans les angles ou coins de place, croisées, qui se rencontrent en grandes routes et chemins royaux des forêts, nos officiers des maîtrises feront planter des croix (…) avec inscription et marques apparentes du lieu où ce chemin conduit » …

En Auvergne, les croix et crucifix font partie du paysage. Dans cette région les hommes d’église ont longtemps joué un rôle déterminant.

                       Croix de pierre …                                                  

 07.jpg

                      Croix de fer  …

25.jpg

 … Si je mens … je vais en enfer … papillon … 

En  2002 Jean THEFAINE  pour le compte de « CHORUS »  rend visite à MURAT dans son antre de Douharesse … Au cours de leur visite l’attention du maître des lieux est attirée par une croix de granit posée à même le sol. Il s’exclame : « Elle est spé non ! Je vais l’installer au dessus de chez moi, au dessus de la butte, où je suis en train de planter des trucs tout rouge ». Ainsi, une croix de granit doit à présent surplomber la propriété de Jean-Louis …

En 2006, dans le cadre de la promotion de l’album « Taormina » il déclare : « Je ne suis pas contre l’idée de Dieu mais contre les establishments religieux et athés ».

En 2008 il participe à un tchat organisé par « Télérama ». Il est amené à répondre à cette question : « Tes derniers albums sont aussi remplis de références religieuses, l’heure du berger, l’évangile et même des croix sur la pochette de Tristan. Que doit-on en penser ? ».  Réponse de Murat : « J’aime beaucoup la poésie, donc j’aime le sacré. Il ne faut pas confondre sacré et religiosité ».

En 1999, Murat se rend aux Etats-Unis. Il y séjourne 4 mois.   »MUSTANGO »  succède à « DOLORES« . L’homme a changé.  Pourquoi ? Comment ? La réponse à ces questions nous la trouvons dans un article du journal « 24 H »de Lausanne intitulé : « MURAT crève L’ABC » … Il y révèle : « Le bouddhisme m’a appris l’indulgence avec moi-même. Avant je me mettais la torture« . Sur le site de « Libération.fr » le 23 aout 1999 on peut lire : « Murat s’est mis au boudhisme. Sur son site internet presque toute allusion à l’Auvergne a disparu. Des citations du Dalaï lama remplacent les photos de vaches et les recettes de crapoutche d’autrefois  : « Le vainqueur engendre la haine, le vaindu gît, étendu dans la détresse ».

Murat n’est pas devenu Bouddhiste pour autant. Il s’inspire de l’esprit de Bouddha. Il adopte une positive attitude. Notre Auvergnat n’est pas homme à s’alliéner à quelque doctrine. Peu de chance donc,  de le voir devenir moine comme Léonard COHEN …  en 1996.

… L’ange déchu … 

« Fais de mon âme une branche

De mon corps un talus

Mais Dieu apaise l’ange

L’ange déchu … » 

(…)

***

… Déjà deux siècles 89 …

  « J’ai dans mon sang

Le vin de messe »

(…)

***

… Col de la Croix Morand …

  « Je te prie de sauver

Mon âme de berger

Je suis innocent »

(…)

***

… Cours dire …

« Cours dire aux hommes faibles comme moi

Que son nom n’est pas amour

Que Dieu ne nous garde pas ».

(…)

***

… Le lien défait …

« Comme l’ange blond

Noyé dans la Durance

Comme un démon

Tu déferas le lien ».

(…)

***

 … Rouge est mon sommeil …

 « Rouge est le ciboire

Que nous aimions croire« 

(…)

***

… Fort Alamo …

« Ami voilà ma prière

Voilà mes péchés« 

(…)

***

… Sentiment nouveau …

 « Depuis ma tristesse

Est un monde ancien

Un monastère Tibétain« .

(…)

***

 … L’infidèle …

« A l’heure ou l‘âme se grise

Quand mon corps épouse le tien

Je cogne aux entrailles vives

Comme aux portes du ciel le païen« .

(…)

***

 … Perce-neige …

« Si un jour béni

Qu’à Dieu ne plaise

Devait voir cesser nos misères

Votre assomption mon adorée

Nous aura plongé en enfer ».

(…)

***

… Prière pour M …

« Dieu des fleurs du pont levis

Dieu du rêve Dieu de l’ortie

Dieu des jeunes gens fugueurs

Amateur … »

(…)

***

… Le coup de Jarnac …

« Ce soir un peuple

Seul à la table

Eprouve un désir très Chrétien … »

(…)

***

… Parfim d’acacia au jardin …

« Oh, Dieu, pourquoi pas ma pomme

Un parfum d’acacia au jardin ».

(…)

***

… Et le désert avance …

« Oh Dieu des poussières

Voilà donc le destin

… Et le désert avance ».

(…)

***

 « Ton pire ennemi …

« Sous son apparence bleu, des fois

Tu lui donnerais , le bon Dieu ma foi ».

(…)

***

 … Accueille-moi paysage » …

« Dernière prière

Au grand Dieu de la santé ».

(…)

***

… Au dedans de moi …

« Au dedans de moi de mon mieux

Au dedans de moi Petit Dieu« .

(…)

***

 … Taormina …

« Je suis trempé

Trempé de mort

Et de Dieu

Sous la pluie fine

Quel est ce sens

La mort est

Dégueulasse ».

(…)

« En gabardine

Dieu mesure

A la tasse

Mon chagrin ».

(…)

***

… Marlène …

« Dieu quelle sainte face

Viendras-tu m’annoncer l’Evangile« 

(…)

« Dieu quelle est ta sentence

Viendras-tu dire que tu ne m’aimes pas ».

(…)

***

… Le cours ordinaire des choses …

« Satan voilé »

(…)

Vierges utiles

(…)

Le bras de Dieu

(…)

« Le cours ordinaire des choses me va

Comme un

Incendie ».

(…)

 … Falling in love again …

« Par la fonte des Dieux

De la grande vie

Je ne vois que le feu ».

(…)

***

… Chanter est ma façon d’errer …

« Aucun fauve ne reviendra

C’est un royaume de l’oubli

C’est une construction privée

Qu’on réserve aux Dieux interdits ».

(…)

***

… Lady of Orcival …

« VirginMary« 

(…)

« Blesses virgins everywhere

Alleluïa

Rising Christ everywhere

Alleluïa« 

(…)

***

… Taïga …

« Aux jours de carême

Nous avons prié« .

(…)

***

… Maudits …

(…)

« As-tu un bras si long

Qu’il chatouillera Dieu ? ».

(…)

« La Vierge au pressoir

Vit dans un sang de paroles

Aimer l’Eternel et son beau-frère

Et sa bonne.

Vont la proie des ronces tous les cieux ébranlés

L’extrémité du ciel

Est toujours un brasier ».

(…)

« Maudits

Peuples maudits

Que les temps sont mauvais ! ».

Allez y … pour ceux qui ne l’ont pas une petite surprise …

7.Maudits

***

… Dieu n’a pas trouvé mieux …

(…)

« Mieux que d’écouter une chansonnette

Que la biographie de Dieu

Que le serpent à sonnette

Que le plaisir malicieux

Que ton plaisir silencieux »

(…)

« Non Dieu n’a pas trouvé mieux ».

(…)

***

… Saint Amant…

(…)

« A Tamburello
Alors misère prions Saint-Amant »

(…)

« Prions Saint-Amant »

*

Un inédit de Jean-Louis MURAT symbolise cette page. Il s’agit de « La prière ». J’ai du mal à croire que les mots choisis sont ceux d’un non croyant …

… La prière …

(…)

“Que Dieu me garde d’être triste

j’ai du  temps

Que Dieu vienne choyer ton enfant

Que Dieu veuille agréer

Je l’dis pour ma fille aînée

Que Dieu vienne choyer mon enfant

Par la volonté des hommes”

(…)

***

… Que Dieu me garde de vieillir …

(…)

« Que Dieu me garde de vieillir ».

(…)

« Que Dieu me garde de souffrir ».

(…)

« Que Dieu me garde de trahir ».

(…)  

***

… Dieu des amours …

(…)

« Ô mon amour

Dieu des amours

Ô mon amour aide-moi ».

(…)

***

… J’ai un cœur trop laid …

(…)

« Par Dieu écoutez,

Ne soyez pas

Envers moi si dure.

J’attends la clarté,

J’attends la lumière,

Dame très sage, très chère ».

***

… Pauline à cheval …

(…)

« Pauline à cheval est un Dieu discret,

Pauline à cheval est un Dieu passé.

(…)

***

… Sur mes lèvres …

(…)

« Pour sortir du néant

Dieu veuillez l’écouter ».

(…)

« Sur mes lèvres

Son Dieu se courbe enfin ».

(…)

***

… Over and over …

(…)

« Qui sauver de ce naufrage
Quand la dernière chose au monde
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

« L’infini n’est jamais là
Et ton grand Dieu ce bêta
Perdu en instants mousseux
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

« Assis sur les bords de Loire
Où je relis notre histoire
Dans ce vieil abstrait cruel
La façon dont je me démène
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

« Le ciel est insaisissable
C’est l’infini d’un visage
Notre pauvre âme insensée
À sa peur d’être écrasée
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

« Sur le siège du cocher
Près de la terre à planer

Hurlant au manteau d’amour
Comme le chien dangereux
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

« À l’impatience éternelle
Me voilà l’homme poubelle
La douleur qui m’ensorcelle
N’a plus rien de Dieu« 

(…)

***

… Le chat noir …

(…)

« Le chat noir  pris dans le vent

Passe son âme  passe son âme« 

(…)

« Cher amour  prises dans le vent

Passent nos âmes  passent nos âmes« 

(…)

***

… Agnus Dei Babe …

(…)

« Agnus Dei Babe

Je chante au  matin

Agnus Dei Babe

Tout me revient »

« Agnus Dei Babe

Trop noble pour  moi

Ta légende Babe

Je n’en veux pas »

(…)

« Agnus Dei Babe

Si mon ciel est  clos

Agnus Dei Babe

C’est ta peau »

 

« Agnus Dei Babe

Alors petit chat

Agnus Dei Babe

Rien ne va »

(…)

« La guerre engage le corps

Au diable au  diable« 

 

« Agnus Dei Babe

Au sang de mon  cœur

Agnus Dei Babe

T’es la  meilleure »

 

« Agnus Dei Babe

Ce dont nous  souffrons

Agnus Dei Babe

Vient de ton nom »

 

« Agnus Dei Babe ».

***

… Extraordinaire Voodoo …

(…)

« J’ai plus besoin de ce style

De l’ivrogne et  du gueux

Belle amie la  carmagnole

Transfuse-moi  ton Dieu« .

(…)

« Au neverland  pauvre chose

Le bel ange est  passé ».

(…)

***

… J’ai tué parce que je m’ennuyais …

(…)

« A force de  tout voir partir

Je suis le pire  ennemi de Dieu

Qu’il cesse  enfin ce petit jeu

Qu’il cesse de déposer ses œufs

Petit chaton ce  n’est pas mieux

Voudrais-tu bien  baisser les yeux

Le tout

Jusqu’à  l’éternité« .

(…)

***

… Passé le pont Mirabeau …

(…)

« Passé le pont Mirabeau

Comment faire appel à Dieu ? ».

(…)

« Passé le pont Mirabeau

Vers quelle religion

Se rend-on ? ».

(…)

***

… Vendre les prés …

(…)

« Dieu veuille m’excuser,

La lumière est mourante,

Il faut vendre la terre

Il faut vendre les prés ».

(…)

« Misère, nom de Dieu,

Il faut vendre la terre

Il faut vendre les prés ».

(…)

***

… Loï en 14 …

(…)

« Quelle bile amère du Seigneur Loï ».

(…)

« Mystique hantise que Dieu te crève ».

(…)

« Amen« 

(…)

***

… Michigan …

(…)

« Je vois dans la lumière du Carême

Venir le deuil, Amen« .

(…)

***

Soit un total de 41 titres, dans la discographie de MURAT qui font référence à « DIEU ». Pour un mécréant ce n’est pas rien ! Pour les 12 premiers titres listés, je n’ai pas grand mérite puisque l’excellent site  « Entre Tulière et Sanadoire » les mentionnait dans une étude similaire. Pour le reste ce ne sont que des recherches personnelles.

Le mot de la fin,  je le laisse à MURAT qui,  pour « Libération.fr »,  répondant aux questions d’Eric DAHAN  le 15 avril 1995 déclare : « Dieu est un jouisseur fasciné par sa perfection, au point d’organiser sa propre perte ». Il poursuit et assène : « Il surveillait SARAJEVO  ? Il surveillait DACHAU ? (…) Il se permet ça parce que la peur de la mort deviendra après, aussi dérisoire que la peur du noir et du vide. Que ce qu’on vit n’est qu’un passage initiatique … ».

En 1991 (Inrockuptibles n° 31 – Mon âme de berger) il répond à cette question de Christian FEVRET  :

C.F.  : L’âme, les anges, la grâce, la foi : ce sont juste des mots vaporeux ou correspondent-ils à une réalité plus palpable ?

JLM : Assez souvent, je crois. Ce serait une belle réussite de pouvoir attraper ce genre de virus, si une petite flammèche, quelque chose comme le Saint Esprit, pouvait me tomber dessus. Donc c’est assez sincère, ce n’est pas une commodité, c’est ancré assez profondément en moi. Mais une foi rurale, campagnarde, primaire. Je crois en Dieu un peu comme je crois en les cerisiers, les fourmis ou les bêtes à bon Dieu, pas toi ? (rires). En Auvergne, c’est l’intercesseur privilégié entre la terre et le ciel pour les enfants. Ce sont des petites bêtes qui ont une ligne directe avec le ciel, c’est extra. Ça et la marguerite, quand tu enlèves les pétales, un à un.

                                   La coccinelle … bête à bon Dieu …

coccinelle.jpg

L’Almanach du familistère de 1927 nous conte la légende de la coccinelle, justifiant son appellation de « bête à bon Dieu »

« Au moyen âge, un homme fut accusé d’un crime qu’il n’avais pas commis. Il n’en fut pas moins condamné à être décapité. Au moment ou le malheureux posa sa tête sur le billot, il aperçu une coccinelle et, craignant de l’écraser, il la saisit délicatement pour l’éloigner de l’instrument de supplice.  Les juges qui étaient présents virent ce geste. Ils se regardèrent avec étonnement et, d’un commun accord, décidèrent qu’un homme qui faisait preuve d’un coeur aussi sensible ne pouvait être un criminel. L’innocent fut gracié séance tenante et, les spectateurs, convaincus que le Très Haut avait envoyé la bestiole pour sauver le condamné, donnèrent spontanément à l’insecte le nom de bête à bon Dieu ».

C’est dans un article du journal Belge « Le Soir »que MURAT nous donne le 2 octobre 1996 la meilleure réponse à nos interrogations : « Dieu, les anges, j’aime bien, c’est joli. » (…) « Les poètes mystiques, c’est super, ce n’est que de la poésie de cul. Ils prient Dieu pour avoir un rapport sexuel avec lui, tu vois. Ça m’inspire.  Je mets Dieu dans un texte comme respiration, comme dans un cantique. A la maison je suis entouré de bondieuseries alors que je ne suis pas croyant. J’ai des statuettes, des croix en  pierre, des recueils, des missels … J’aime la poésie liée à la religion ». 

Dans les colonnes de la revue « Grand Seigneur » (fin 2012) MURAT  répond à cette question du journaliste Olivier MALNUIT  : « Vous êtes croyant ? ». Réponse de l’Auvergnat : « Hélas non. Les gens croyants que je connais ont souvent beaucoup moins peur de la mort. Et je les envie beaucoup. J’aimerais bien que l’effet secondaire de la vie à trépas ne soit pas une catastrophe. Que je n’ai pas autant peur de ne plus pouvoir casser la croûte, de cesser d’être une créature terrestre et de pouvoir manger un morceau de fromage ». 

 ***

 

L’album « Toboggan » est dans les bac fin mars 2013. La mort est maintes fois évoquée, le nom de « Dieu » souvent suggéré ou prononcé … Il est même une chanson qui s’intitule « Agnus Deï babe »(Agneau de Dieu) … voilà une formule connue de tous les enfants de chœur … Sur cet album cinq titres évoquent « Dieu » ! Dans une interview accordée à « Libération » le 25 mars 2013,  MURAT est interrogé par BAYON : « Ces insanités de Dieu (ciel, vaudpi …) que tu invoques en litanie , c’est Quoi ? Toi ? ». La réponse ne se fait pas attendre : « Dieu est le mot le plus commode  pour parler de l’inconnu et de l’inexplicable, c’est une facilité de langage, comme « zut », comme « flûte ».

***

Ajout le 13 novembre 2014 …

Depuis le 13 octobre 2014 « Babel » est dans les bacs. En 2013 MURAT a été confronté de façon cruelle à la « mort » : celle de son père, celle d’Agnès la petite sœur de MARIE. Le titre « Mujade ribe » est un hommage à ce père qui s’en va, qui n’est plus. MURAT s’interroge : « Où vont les morts ? ». A cette question pas de réponse. Dans les textes de ce double album il est fait peu référence à Dieu. Il en va de même dans les interviews. Pour « Focus/Le Vif » MURAT déclare à Philippe CORNET : « J’ai été  davantage élevé dans la superstition que dans la religion ».

… Blues du cygne …

(…)

« Tous se pensent en Christ amoché« .

(…)

***

… Dans la direction du Crest …

(…)

« Le siège de l’âme c’est la forêt »

(…)

« Pour notre Sabbat au Veillis »

(…)

Par « Sabbat » MURAT entend le « jour de repos/le jour du Seigneur ». C’est le dimanche. Dans les bonnes familles on va à l’église. Chez les BERGHEAUD on ne s’approche de l’église que les jours d’enterrement. Lorsque l’on ne travaille pas et qu’il fait beau, on va pique niquer dans la prairie du « Veillis » déjà évoquée dans le titre « Tremplin ». Faute d’agriculteurs, de cette prairie il ne reste plus rien. Elle a été mangée par la végétation. Jean-Louis n’oublie pas les instants heureux qu’il a vécus en cet endroit. Lorsque les morts s’en vont, souvent on ne garde que les belles images. C’est heureux qu’il en soit ainsi …

***

… Vallée des merveilles …

(…)

« Retire un peu la tétine/Fais gaffe l’essence est divine« .

(…)

« Prendre pitié est indigne de toi/Rien pour l’arracher à cette croix« .

(…)

***

… Col de Diane …

(…)

« Au Pont de la Mort /Trouver son âme« 

(…)

***

… Chagrin violette …

(…)

« J’oublie mes prières/Tout est froid ».

(…)

***

… Passions tristes …

(…)

« Je ne sais pas inviter/Le curé« .

(…)

***

A suivre …

http://didierlebras.unblog.fr/28-bis-jean-louis-murat-et-la-religion-suite/

***

Publié dans : ||le 2 juillet, 2011 |6 Commentaires »

6 Commentaires Commenter.

  1. le 12 juillet, 2011 à 9:31 Muse écrit:

    Il manque je crois quelques chansons à ta liste

    Il manque déjà Maudits, chanson tirée de l’album Taormina.
    Qui est une chanson contre l’intégrisme religieux et que j’avais beaucoup appréciée.

    La Vierge au pressoir vit dans un sang de paroles.
    Aimer l’Eternel puis son beau-frère et sa bonne.
    Vont la proie des ronces, tous les cieux ébranlés
    L’extrémité du ciel est toujours un brasier.

    Dieu n’a pas trouvé mieux! Album Dolorès.

    Ginette Ramade sur le CODC avec le prêcheur en bande son qui harangue les auditeurs sur Dieu.

    Et je suis sûre qu’il y en a d’autres parce que généralement, sur chaque album, il y a au moins une ou deux chansons qui met en scène Dieu.

    C’est un thème qui revient de plus en plus même.

    Répondre

  2. le 16 août, 2014 à 7:08 didierlebras écrit:

    Salut Muse,
    je suis souvent pris par le temps … relisant tes commentaires, je me suis aperçu une nouvelle fois qu’ils étaient d’une extrême pertinence …
    Sincères amitiés.
    Didier.

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  3. le 16 août, 2014 à 20:38 Gilbert écrit:

    Salut Didier

    Il me semble que tu oublies dans les inédits

    « J’ai un coeur trop laid » et surtout  » La prière  »

    “Que Dieu me garde d’être triste
    j’ai du temps
    Que Dieu vienne choyer ton enfant
    Que Dieu veuille agréer
    Je l’dis pour ma fille aînée
    Que Dieu vienne choyer mon enfant
    Par la volonté des hommes”
    Extrait de ton blog page 10 l’histoire des chansons.

    Comme Muse je pense que l’on en oublie d’autres avec tout ses inédits

    Répondre

  4. le 17 août, 2014 à 0:23 Armelle R.G. écrit:

    « Misère nom de Dieu » : « Vendre les Prés »
    « Dieu des Amours »
    « Dieu me garde de vieillir »
    « Pauline à cheval est un dieu passé » : Pauline à cheval
    « Mystique hautain que Dieu te crève » : « Loï en 14″
    « Comment faire appel à Dieu » : « Passé le pont Mirabeau »
    « Grand Dieu qu’allais tu faire au Michigan ? » : « Michigan »
    « Il marche comme les dieux », « Il est le dieu d’une île », »Je chante sa prière », « Dieu veuillez l’écouter »
    « Son dieu se courbe enfin » : « Sur mes lèvres »
    … je crois qu’on pourrait en trouver des pages au final!

    Sans oublier l’enregistrement de « Murat en plein air » à la Chapelle Roche-Charles, du « Cours Ordinaire des Choses » dans une ancienne église devenue studio…

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1