Jean-Louis MURAT … « Toboggan » … 2013 …

Jean-Louis MURAT  ...

Avant que de procéder à une étude plus fouillée des articles parus dans la presse de l’album « Toboggan »,  par ce matin de printemps pluvieux, je vous livre mon « perçu » du dernier opus du « Berger de Chamablanc » …. Certains diront que c’est prétentieux de ma part … Qu’importe les mauvaises langues …

L’album « Toboggan », ce sont dix chansons qui n’en constituent qu’une seule. Ce sont les paroles d’un papa nostalgique, mélancolique, d’un monde qui n’est plus … ne sera plus … et s’interrogeant sur  … DEMAIN ???

« Il neige », le silence entoure la campagne endormie. Il est 7 heures, les enfants dorment encore. Jean-Louis se revoit petit garçon, traînant dans les jupes de sa grand-mère. Dans la maison aux murs gris personne ne parle. François grommelle dans son coin. La vie était rude mais au moins on était heureux ! Il fallait travailler dur, mais on avait du travail ! Dehors le chien aboie … Aujourd’hui la vie n’est faite que du bruit assourdissant de nos écrans de télévision. Parole de journaliste est vérité toute faite. Rumeur colportée sur BFMTV est condamnation assurée. Plus personne n’entend aboyer les chiens, ni encore moins miauler les chats. Pis encore, les paysans n’en sont plus. S’ils ne peuvent accéder au statut d’industriel, ils meurent un à un. Ils se mettent la corde au cou … Jean-Louis met le nez à la fenêtre … « Tiens le renard a traîné par là » … Derrière les murs on devine, le froid, le vent, la glace qui vous saisit le corps. Il se revoit « petit », dans la nuit noire, accompagnant François, pour aller casser la glace de l’hiver et permettre aux vaches de se désaltérer … En ce temps là les « vivants » pensaient plus aux animaux qu’à eux-mêmes. Le bien être des hommes de la ferme, passait d’abord par celui de leurs animaux. Qui aime son chien, ne maudit pas son voisin … Passent les saisons, nous voici au cœur du printemps. Perce-neige et jonquilles ont déjà flétri. Nous sommes en Avril, dans les arbres les pies font leur nid  … merles et grives chantent à tue-tête. Les jeunes veaux et « génisses » gambadent dans les champs. François rentre de la forge. Il y a bu un coup, deux  puis trois  … Il va falloir qu’il passe son courroux sur quelqu’un.  Jean-Louis s’est retiré dans l’atelier du grand-père.  C’est vrai, la vie n’était pas toujours rose, mais au moins nous étions heureux !

Ca y est … il est huit heures ! Gaspard et Justine sont  à présent debout. Laure couve ses rejetons du regard. Une maman a l’œil a tout. Jean-Louis, regarde vivre ce petit monde. Il conseille : « Apprends à t’orienter de nuit/Apprends à t’orienter de jour »Gaspard n’écoute pas. Il se moque de sa sœur. Voilà qui va se terminer par une dispute. Les enfants qui s’aiment, dans une famille qui s’aime, ont plaisir à se quereller … « Amour n’est pas querelle » (…) « Aimer c’est être aimé ». Dehors le « chat noir » traverse la cour, sans s’occuper de l’air du temps. Le chat semble insensible à tout.  Le temps ne semble pas avoir de prise sur lui. Le p’tit Jean-Louis est reparti dans ses rêves. Il revoit « l’œil du cochon qu’on abat » et chante : « L’œil de la bête m’a regardé/L’animal est abandonné/Le tout/Jusqu’à l’éternité ». A la campagne … la mort est familière. C’est le petit veau mort-né … ce sont les larmes dans les yeux de grand-père … c’est de « quoi vivre » … qui s’en va … Tuer le cochon c’est donner à manger à la famille. En ce temps là, point de circuit parallèle vous trompant sur la qualité des produits mis dans votre assiette.  A la campagne vous mangez rien moins que le fruit de votre travail.  Toute la famille en vit. C’est la fierté du paysan.  On ne mange que ce qu’on a. On ne vit pas à crédit. On ne dépense que l’argent en sa possession. On ne vit pas sur le dos des générations futures.  Parfois donc, la pitance est maigre. Un morceau de quignon, un bout de lardon … ce s’ra tout pour aller au lit, pour passer la nuit. Le matin c’est bol de lait, tout juste soutiré du pis de la vache, tout chaud … François ne dit mot. Il pense à la vieille vache qu’il faut vendre … Le chien du voisin aboie encore, aboie toujours  …

Retour au présent, les enfants sont partis avec leur mère à l’école …  Il neige dru … « La nature alentour s’est enterrée »« Dans sa bergerie rêve/Le berger endormi ».

Ce « Toboggan » est un pont entre générations … ceux qui vont partir et le savent (nous les vieux) … ceux qui ne s’en soucient pas (eux les jeunes)  … C’est aussi un grand point d’interrogation : « De quoi demain sera fait ? Qu’allons nous laisser à nos enfants ? ».  Jean-Louis MURAT vous êtes bien le seul artiste de renom à avoir ces préoccupations et à en faire le sujet principal d’un album. Certains railleurs disent que vous êtes trop « triste » trop « chiant ». Ils n’ont pas compris que vous étiez « grave ». Il y a quelques jours au Trianon, chantant vos petites chansons, c’est à ça que vous pensiez … « ce monde qui n’est plus » et plus grave encore « ne sera jamais plus » ! Certains trouvent que vous n’avez pas assez parlé, commenté … que vous n’avez pas écouté leur demande de rappel … Certains en ont même écrit des ignominies. Ils n’ont pas compris qui est Jean-Louis MURAT … un papa soucieux de « demain » … plume légère et belle … à la voix rocailleuse et cristalline qui porte en elle le roulis de … : « l’eau de la rivière » …  où enfant, il allait pêcher la truite à main nue …

Merci Monsieur Jean-Louis MURAT  de ce merveilleux « Toboggan » … Je me suis introduit chez vous. Je n’ai pas fait de bruit. Je n’ai dérangé personne. Loin de l’Auvergne, le petit Breton, fils de paysan que je suis, se nourrit de vos mots … En écoutant ce « Toboggan » je n’ai pu m’empêcher d’avoir une pensée très forte pour Jean-THEFAINE autre Breton qui savait si bien parler des mots de Jean-Louis BERGHEAUD

***

« Toboggan » bénéficie d’une production classique , agrémentée de celle de « Toboggan spécial »

  • CD 10 titres « Pias » n° 5 414939 399320 date de sortie le 25 mars 2013.

Listing : 1 – Il neige  2 – Amour n’est pas querelle  3 – Over and over  4 – Le chat noir  5 – Belle  6 – Robinson  7 – Agnus Deï babe  8 – Extraordinaire Voodoo  9 – Voodoo simple  10 – J’ai tué parce que je m’ennuyais.

  • Double CD digipack (édition limitée) « Pias » n° 5 414939 389429.

listing CD 1 : idem à ci dessus.

Listing CD 2 :  1 Mousse noire (live)  2 – Yes Sir (live)  3 – Jim (extrait/live).

  • 33 tours  « Pias » n° 5 414939 389214.

Face A1 Il neige  2 Amour n’est pas querelle  3 – Over and over  4 – Le chat noir  5 Belle. 

Face B1 Robinson  2 – Agnus Dei babe  3 – Extraordinaire Voodoo  4 – Voodoo simple   5 –  J’ai tué parce que je m’ennuyais.

  • CD hors commerce « Amour n’est pas querelle » production (n°903) « Les Inrockuptibles ». Ref. LI  13 229. Date de sortie le 13 mars 2013.

TOBO1A

  • CD hors commerce – Acétate « Amour n’est pas querelle ».

TOBO2A

  • CD hors commerce « Over and over » (3’54). Edition limitée, réservée aux médias. « Pias » pas de numéro.

TOBO3A

  • CD hors commerce « Le chat noir » (2’51). Edition limitée réservée aux médias. « Pias » pas de numéro.

TOBO4A

  • CD hors commerce 10 titres (Edition très limitée). « Pias » n° 942 A865 220.

DSC00896

  • CD hors commerce vidéo « Over and over » (2’47). « Pias » pas de numéro.

DSC00883

  • 45 tours (sortie le 20 avril 2013) à 350 exemplaires comportant 2 titres : 1 Over & over  2 Il neige. « Pias » n° 5 414939 393914

d-day-300x300

  • Double CD (sortie le 15 novembre 2013) « Toboggan spécial » comportant 5 inédits live … « Pias » n° 414939579523

toboggan-special2-300x300

  • Exemplaire scellé avec publicités diverses (recto)…

to spe

  • CD 5 titres hors commerce (n° 192/200) … recto … rondelle … verso …

special1

special2

special3

 

  • Single (hors commerce) « L’eau de la rivière » …

jlm l'eau

 

***

L’album « Toboggan » semble s’inscrire dans une suite et constituer le 3ème volet d’un triptyque. En effet « Le cours ordinaire des choses » (2009) nous parle d’un « aujourd’hui » ou Jean-Louis BERGHEAUD ne trouve pas sa place. Avec « Grand lièvre » (2011) MURAT rend hommage à ses aïeux qui ont défendu la terre de leurs ancêtres et celle de leurs enfants.  Cet album « aux grandes oreilles »  est un vrai retour aux racines, on y retrouve comme jamais le p’tit BERGHEAUD … celui de la fanfare municipale … « Toboggan » (2013) constitue la suite logique des deux précédents albums. MURAT s’interroge sur l’air du temps. Que sera demain ? Quelles perspectives donnons nous à nos enfants ? Pire encore quel monde allons nous leur laisser ? Trois albums … ou nous cheminons d’aujourd’hui à demain en passant par hier …

Dans le cadre de la promo le 22 mars 2013 dans un communiqué « AFP » on peut lire : « De nombreux titres de l’album parlent de religiosité, de culpabilité, d’un renversement des valeurs dans lequel dit-il :  « On trouve des excuses aux coupables et on cherche des noizes à l’innocence ». MURAT poursuit : « Je trouve qu’il y a une faillite morale dans laquelle on s’enfonce. Je suis toujours resté sur cette idée en faisant le disque ». Ces propos sont tenus bien avant que n’éclate l’affaire « CAHUZAC » … C’est dire la pertinence des propos de MURAT … MURAT a toujours raison, a souvent raison … Mais où sont donc passés ces « donneurs de leçon » :  les NOAH BENABAR  … qui péroraient sur les podiums de ceux promis à la Présidence ???

Dans les colonnes de « Magic » (avril 2013) Renaud PAULIK interviewe MURAT  : « Toboggan un album sur les sentiments ? ». Réponse de l’Auvergnat : « Je n’aime pas trop m’apesentir là-dessus. Je l’ai beaucoup fait avec Dolorès (1996). Je préfère monter le niveau à chaque fois et rester sur les désaccords entre nous et notre nature, nous et nos idéaux. Le couple est devenu une sorte de bombe  à retardement dont on augmente tous les jours la charge explosive avec des problèmes  non réglés supplémentaires, des problèmes qu’on a avec nous même, la famille, les parents, l’endroit où l’on vit, notre langue, nos idées surnaturelles ». PAULIK  enchaîne : « Aujourd’hui, s’agirait-il d’une difficulté de s’aimer soi-même ? ». La réponse fuse : « Oui, j’en suis plus là. J’ai un tel égo qu’après m’être ainsi divisé entre MURAT  et BERGHEAUD, j’en suis à comprendre pourquoi je n’arrive pas à marier les deux. Le mariage pour tous m’aidera peut-être. En attendant, j’ai un peu de difficulté ».

Triptyque vous disais-je ??? Oui … Où suis-je ? (2009)D’où je viens ? (2011) et Ou vais-je ? (2013). MURAT esthète des mots, troubadour des temps modernes, paysan sans terre … est tout sauf un chanteur comme les autres.

Merci à vous Monsieur Jean-Louis MURAT d’être fidèle au p’tit BERGHEAUD que vous aimez beaucoup malgré vos dénégations. Vous voyez vous ne dites pas le contraire … Si si le p’tit BERGHEAUD … celui qui jouait dans la fanfare … qui accompagnait François au bistrot … qui parlait aux vaches … qui aimait Françoise … et l’aime toujours un peu … N’est-il pas ??? Merci Monsieur Jean-Louis MURAT (vous le poète ignoré)  de nous dresser à chaque nouvel album un portrait sans concession de notre société … où décidément tout va à veau l’eau … Hélas pour nos propres enfants ! Un jour viendra  où l’on reconnaîtra les qualités de visionnaires qui son les vôtres …

Il me tarde d’être au 14 mai … jour de concert à Rennes … et je vous dirai droit dans les yeux : « Merci … vous êtes un mec bien ! » Je n’ai rien d’autre à vous dire …

***

 

 

 

 

Publié dans : Non classé |le 9 avril, 2013 |22 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

22 Commentaires Commenter.

  1. le 9 avril, 2013 à 18:31 Armelle écrit:

    L’impression d’y être, de vivre toutes les sensations d’une journée d’hiver près du Mont-Dore, avec la famille Bergheaud.
    et je pense aussi à Monsieur Jean qui aurait tant aimé ce Toboggan…

    Répondre

  2. le 9 avril, 2013 à 23:22 Florence L écrit:

    Hmmmmmmmmmmmm, quel beau texte, on entend ruisseler l’eau du dégel dehors et aboyer le chien, on sent l’odeur du café et la croûte du pain qu’on casse …merci de ce témoi-hommage à notre « berger » Didier ;-)
    Florence

    Répondre

  3. le 9 avril, 2013 à 23:53 Muse écrit:

    Coucou Didier,

    En effet certaines paroles et surtout certains bruitages animaliers qui font penser aussi à l’album Cheyenne Autumn font état de journées hivernales auvergnates.
    Personnellement, j’y vois plus un symbole d’hiver de sa vie et de cette dégringolade qu’il expérimente arrivé à ce stade d’existence.
    Le monde paysan à l’ancienne revient depuis quelques années avec les modes de cultures agricoles bio et de décroissance. Les néo-ruraux renouent avec un mode de vie ancien et des cultures à l’ancienne.
    Et comme de moins en moins de gens ont les moyens de vivre décemment, beaucoup revivent des situations de misère paysanne comme en vivaient certains il y a cinquante ou soixante ans.
    JLM dirait sans doute que la paysannerie s’est boboïsée avec les néo-ruraux. Mais je crois aussi qu’elle a retrouvé une légitimité qu’elle avait perdue avec la mode des seventies et de la politique agricole intensive, politique qui vit ses dernières années.
    De plus en plus de gens y compris des agriculteurs comprennent la nocivité des semences OGM, des engrais chimiques. Beaucoup de ceux qui se lancent au plan agricole, viticole, avicole, élevage, ont envie de bio, de culture hors sol, de traitements naturels, etc.
    Même si peut-être cela mettra du temps, je pense que l’agriculture ancienne reviendra. C’est le cas dans de plus en plus de pays…parce qu’ainsi seulement, il y a moyen d’assurer son autonomie alimentaire.
    Autonomie que nous avons perdue en s’appuyant trop sur l’industrie et pas assez sur les petits producteurs de qualité.

    Répondre

  4. le 11 avril, 2013 à 12:38 cachard.l écrit:

    Article remarquable et pertinent. Merci.

    Répondre

    • le 11 avril, 2013 à 14:35 didierlebras écrit:

      Je n’ai jamais ouvert ce Blog pour recevoir des félicitations … Je n’idolâtre pas … J’aime MURAT : sa voix, ses textes, ses musiques, son personnage, ce qu’il représente de vérité et d’anti conformisme … Cet artiste est ESSENTIEL dans un monde ou tout fout le camp ! Je n’avais et je n’ai toujours d’autre ambition que de donner à aimer MURAT … Alors que dire sur votre commentaire ??? Qu’il me comble d’aise ??? Bien sur ! Je ne serai jamais qu’un modeste et je le sais. Que vous soyez toujours plus nombreux à ouvrir cette porte me rend heureux … Puissions nous demain être plus nombreux également à aller voir, aller écouter MURAT dans les salles … Merci M. CACHAFRD de votre compliment.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  5. le 12 avril, 2013 à 10:53 Rhiannon écrit:

    Merci Didier…j’avais l’impression d’y etre…je me revois chez ma grand mère en train de poser nos pieds sur la gazinière pour se réchauffer après une rude journée d’hiver…il y a l’odeur des tartines grillées sur le fourneau…j’entends les poules qui caquettent et le chien qui aboie….la meme atmosphère …la vie était dure mais si réconfortante…

    Répondre

    • le 12 avril, 2013 à 11:23 didierlebras écrit:

      Salut Rhia,
      j’ai laissé un p’tit mot sur le Blog de Pierrot ainsi que sur le forum concernant ton C.R. de concert … j’ai lu …j’ai lu … Je me demandais qui j’allais trouver au bout … et voilà que c’tait Rhia ! Sublime ! Vraiment !
      Didier.

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  6. le 26 avril, 2013 à 15:44 phanie écrit:

    désolée, je ne vous suis pas… « Article remarquable etc… » j’ai déjà visité ce blog très fouillé et pertinent, mais là je n’aime pas :
    l’incursion chez la famille Bergheaud, « les qualités de visionnaires »…et le texte cucu la praline. JLM un grand artiste (c’est rien de le dire), un être HUMAIN sensible, lucide, intelligent mais pas « visionnaire » et tout le tralala. j’ai pas aimé ; « t’en a trop fais » Didier.

    Répondre

    • le 26 avril, 2013 à 16:07 didierlebras écrit:

      BONJOUR PHANIE et merci de ce commentaire.
      Je retiens « BLOG TRES FOUILLE ET PERTINENT » … et je comprends qu’on puisse ne pas aimer. LORSQUE JE DONNE MON AVIS SUR L ALBUM TOBOGGAN … j’essaye de donner uniquement mon perçu. Je n’ai pas pour objectif d’en faire des tonnes. Murat n’a pas besoin de ça. Il n’en a d’ailleurs rien à foutre !
      Une critique négative est toujours constructive, lorsque qu’il n’y a pas de relents de méchanceté derrière. Et là c’est e cas. Je te remercie de ton attention. Sincères amitiés Muratiennes.
      DLB

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

      • le 26 avril, 2013 à 16:26 phanie écrit:

        pas de méchanceté du tout, j’y es été peut-être un peu fort vu ta réaction. sincèrement bien à toi.

        Répondre

        • le 26 avril, 2013 à 16:49 didierlebras écrit:

          Re-salut Phanie,
          Que je t’explique … La « Muratie » est un monde bien compliqué. Je n’y suis venu que fort tard. Les « nouveaux comme moi ne sont pas toujours acceptés par les « caciques » surtout ceux de la 1ère heure. J’en ai donc pris plein la gueule en certains endroits … NOTAMMENT parce que je voulais « partager » … Maintenant ils me laissent tranquilles. Je ne sais pas si tu connais le Blog des inédits … http://didierlebras1.unblog.fr/2011/07/05/1-jean-louis-murat-ses-inedits/ Tu pourras y trouver quelques pépites … Si par hasard tu cherches quelque chose et que je peux t’aider ça s’ra avec plaisir.
          Amitiés Muratiennes.
          DLB

          Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

          Répondre

  7. le 12 mai, 2013 à 16:02 Traum écrit:

    Magnifique voyage en Muratie, Didier, empreint d’une si douce poésie !

    Tu n’as dérangé personne. Tu n’as ouvert qu’une seule porte : celle de ton coeur ! Joli et courageux !!!

    J’espère t’entendre dire mardi à Jean-Louis « Merci…. Vous êtes un mec bien ! »
    Merci à toi aussi !!

    Répondre

  8. le 2 septembre, 2013 à 20:43 Nath écrit:

    Bonsoir Didier,

    à mon tour de vous remercier pour avoir été ‘le lien, jusqu’à ce bel article…

    Comme je le dis souvent, j’aime les mots et ceux qui les font vivre, même si parfois les maux sont aussi de la partie. Je me suis laisser porter par l’histoire, car je suis comme les petits, j’aime les écouter et les lire… j’ai laissé glisser entre les virgules mes souvenirs d’enfance, les senteurs, les sourires, les sons, les cris, la couleur du jour, les sentiments et surtout les questions… si Jean-Louis n’est jamais très loin de moâ, musicalement parlant évidemment, c’est avant tout parce qu’il y a toujours’souvent, ce fil transparent de la pensée qui revient à intervalles réguliers.

    Merci, je reviendrai… juste pour le détail, le 14 mai c’était mon anniversaire ;-)

    Répondre

    • le 2 septembre, 2013 à 21:03 didierlebras écrit:

      Bonsoir chère amie dont je ne connais pas le prénom …
      Bravo pour votre belle écriture … j’apprécie + particulièrement la partie de phrase avec les « virgules » … Lorsque l’on parle de JLM le meilleur hommage qu’on puisse lui rendre est de respecter la langue française …
      Amitiés « Muratiennes » … A bientôt de vous lire … Si vous écrivez à nouveau sur JLM n’hésitez pas à me le faire savoir de la façon qui vous plaira …

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

  9. le 3 septembre, 2013 à 20:47 Nath écrit:

    Merci…

    Nathalie ;)

    Répondre

  10. le 9 février, 2015 à 20:09 lise martin écrit:

    jean louis on t’adore.

    Répondre

Répondre à Muse Annuler la réponse.

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1