Jean Louis MURAT … « A bird on a poire » … 2004 …

Faisant fi de toutes les considérations commerciales, moins de six mois après « Parfum d’acacia au jardin » MURAT  nous offre son nouvel opus au goût pop : « A bird on a poire ». L’Auvergnat se contentant d’écrire les paroles des douze chansons de cet album, laissant le soin à Fred JIMENEZ d’écrire toutes les musiques.

 

Pour les « Inrockuptibles » le 23 avril 2004 sous la plume de « T.B. » il déclare : « J’étais en retrait, je tirais les ficelles, ce qui m’intéressait était que Fred fasse les choses à sa façon, qu’il aille au bout de ses idées. Un travail main dans la main, un truc amical, deux amis qui décident de faire quelque chose ensemble, on est tous deux collectionneurs de vinyles, très fans de 45 tours des années 60. On passe notre temps à en chercher, à se faire des compils ».

 

Quant à la sensuelle Jennifer CHARLES, chanteuse d’Elysian FIELDS venue prêter sa voix MURAT  raconte : « Elle a adoré chanter en Français, elle et son mari Oren apprennent la langue, ils aiment Paris et la France, qui le leur rend bien d’ailleurs. Un petit snowbisme New-Yorkais ».

 

***

Ce nouvel album bénéficie d’une production variée :

… A bird on a poire …

abird.jpg

  • CD boîtier cristal Lables/Virgin n° 47383427- 12 titres – date de sortie : le 31 08 2004.

Tracklisting : 1 Monsieur Mirabeau (3’02) – 2 Monsieur craindrait les demoiselles (3’35) – 3 Le temps qu’il ferait (3’55) – 4 A bird on a poire (3’01) – 5 Mahpotétisés (3’14) – 6 Gagner l’aéroport (3’40) – 7 French kissing (3’20) – 8 Une orgie de sainteté (3’10) – 9 Tu n’auras pas le temps (2’26) – 10 Elle était venue de Californie (3’40) – 11 Petite luge (2’49) – 12 L’anéantissement d’un coeur (3’40)

  • 33 tours Labels/Virginn° 72434738341 – 10 titres – Face A : 1 Monsieur Mirabeau – 2 Monsieur craindrait les demoiselles – 3 Le temps qu’il ferait – 4 A bird on a poire – 5Mashpotétisés. – Face B : 1 Gagner l’aéroport – 2 French kissing – 3 Tu n’auras pas le temps – 4 Elle était venue de Californie – 5 L’anéantissement d’un coeur. Deux titres manquent donc à l’appel : « Une orgie de sainteté » et « Petite luge ». (Ce produit a rapidement été retiré de la vente) !!!
  • CD promo hors commerce – Labels/Virgin (pas de n° de référence) pochette papier – 12 titres.

1er single : Mashpotétisés

  • CD maxi Labels/Virgin n° 81679227 – carton – 4 titres : 1 Mashpotétisés (3’14) – 2 Vu de trois quart (3’13) – 3 Samedi soir à Paris (3’34) – Peu me chaut (3’26) – les 3 derniers titres sont inédits.
  • CD promo – hors commerce -  Labels/Virgin n° 07243816791 2 – mono-titre « Mashpotétisés » (3’14)
  • CD promo – hors commerce – Acétate – mono-titre « Mashpotétisés » (3’14)
  • 1 DVD promo avec le clip vidéo « Mashpotétisés ».
  • 1 clip

2ème single : Le temps qu’il ferait

  • CD promo Labels/Virgin – format papier – sans référence -  mono-titre (3’55)
  • CD promo Labels/Virgin – acétate – mono-titre (3’55)

***

 

Chaque promo est l’occasion pour MURAT de nous faire découvrir un facette nouvelle de son caractère. Le plus souvent c’est le côté bougon qui est mis en exergue. Chacun sait combien le Brenoï  exècre ces périodes de promotion. Dans cette interview d’Anthony  AUGENDRE  en Juillet 2004, MURAT nous dévoile et il le dit lui même : « son côté primitif ». C’est pour cette raison que j’ai choisi les extraits ci-après :

 

A. A.  : Le duo avec Jennifer est vécu comme une sorte de jeu de séduction, parfois même d’érotisme assez crû ?

JLM : Ah non ! Nous sommes très adultes et amis avec Jennifer, alors nous sommes très largement au dessus de ça.

A.A.  : Ce jeu est pourtant bien présent dans « A bird on a poire » ?

JLM : Disons que j’aime beaucoup foutre par l’oreille. Donc j’ai toujours fait une musique qui aille dans ce sens. C’est un peu ce qui s’est passé avec le collaboration de Jennifer mais pas plus que d’habitude.

A.A.  : Benjamin PERRET  a publié en 1919 des poèmes pornographiques interdits à l’époque. La magie de son style d’écriture avait rendu ses écrits poétiques. As-tu recherché cet effet ?

JLM : Je pense que la pornographie réussie est poétique. « Mignonne allons voir si la rose » c’est pornographique. Pour le comprendre il faut être très cultivé. Par exemple, j’ai toujours trouvé archi-nul « Annie aime les sucettes à l’anis » – c’est vraiment dans le style de « je rougis de me faire rougir », une sorte d’auto-érotisme de faire dire des cochonneries aux filles. Je n’ai jamais trouvé ça érotique. Ou alors on reste dans le cercle strict de l’intimité d’un couple et on n’en fait pas des chansons. Si tu bascules dans les chansons, le sexe c’est qu’il y a de plus émouvant. Une partie sexuelle est réussie si la fille et le mec ont une forte dimension poétique. A mon avis, deux esprits matérialistes doivent avoir beaucoup de mal à atteindre des orgasmes efficaces. L’orgasme est fait pour des esprits poétiques. Les matérialistes baisent bêtement comme des lapins ».

A.A.  : Tu es assez rock’n roll dans l’âme mais cela ne se manifeste pas forcément de façon évidente. On a le sentiment que la rébellion et le caractère d’éternel adolescent bouillonnent en toi et ne demandent qu’à s’exprimer.

JLM : Je suis double. J’ai un vernis de culture plaqué sur une mentalité de hooligan. Je suis très primitif et vulgaire.Une sorte d’animal. J’adore être sale. Je ne suis pas du tout civilisé dans ce sens là. Mais j’adore alterner l’extrême vulgarité avec l’extrême sophistication. Je peux montrer ma bite aux passants en récitant des vers de SHAKESPEARE  (rires).

A.A.  : Le jour où tu en auras marre de communiquer avec les autres, arrêteras-tu la musique pour te consacrer pleinement à la peinture, une discipline plus introspective ?

JLM : Mais je n’en aurais jamais marre. J’écris des chansons pour trouver ma voix (V.O.I.X.). Je travaille sur ma voix intérieure pour trouver un timbre apaisant qui soit efficace sur mon système nerveux. J’écris des chansons, je chante, je m’entends chanter en studio. Et d’un seul coup j’écoute la voix intérieure qui me dirige, qui est la voix du sain, du salopard, du flic et de la nonne. Pour mes chansons, avec le casque sur les oreilles, j’essaie de domestiquer cette voie au forceps de chansons en chansons. Je lui donne une forme humaine et civilisée. J’écris des chansons et je chante pour me civiliser.

A.A.  : Celà rejoint beaucoup l’idée d’une thérapie ?

JLM : Mais ce n’est que ça ! Tu penses bien que Jennifer écrit des chansons et chante pour faire sa propre thérapie. Tous les cinq, nous ne sommes pas dupes, nous sommes complètement frappadingue. Jennifer est frappée, Raphaël il a du bobo en lui. Moi je sais bien que je suis largué. Il y a une dimension comme ça.  Et sûrement que toi aussi tu peux dire ça de toi. Comment veux-tu que nous ne soyons pas affectés par ce monde de fous !

A.A.  : Pourquoi dis-tu que tu écris des petites chansons ?

JLM : Parce que c’est plus facile à retenir.

A.A.  : Mais tu déprécies ton travail en disant ça ?

JLM : Je ne dis pas « petite chanson » dans le sens « petit boulot », « petite vie », « petite femme ».

 

***

 

 

 

 

 

 

Publié dans : Non classé |le 22 décembre, 2010 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 29 mai, 2011 à 12:25 Muse écrit:

    Un album au départ déroutant mais que j’écoute très souvent pour le côté pulsion de vie profonde et d’amour et de joie de vivre qu’il dégage. Rien à voir avec le viagra, tout à voir avec l’élan, la pulsion amoureuse, l’été, la passion…

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1