- 151 – Hommage à ces admirateurs de l’ombre … Parmi eux, j’ai nommé : Rémi VALET …

Né pour être anonyme, anonyme suis resté, anonyme demeurerai et très certainement mourrai. C’est le cas du plus grand nombre. De condition modeste suis né, cette condition ai conservée ma vie durant. C’est sans doute pourquoi j’aime à parler des « petits » des « sans grade » ceux qu’on ne remarque jamais mais aussi donner la parole « aux autres » dont on ne parle guère. Jamais je n’ai considéré ce blog consacré à MURAT comme un moyen de me mettre en avant, de sortir de l’ombre. Celle-ci me va trop bien … La seule chose qui m’anime c’est l’envie folle de donner à connaître ce personnage singulier qu’est Jean-Louis BERGHEAUD dit MURAT puis à partager son œuvre qui est admirable …

Ce blog va vers les six ans. Sans doute que l’heure de fermer les volets approche. La porte restera toujours ouverte pour qui veut bien. Je ne sais ce que fera MURAT demain, le sait il lui même ? Moi je retournerai à mes « petits footballeurs » tant que le plaisir sera au rendez-vous. Ce blog restera disponible sur le net … Il vivra sa propre vie, recevra de nouveaux visiteurs ou tombera en désuétude. Pour ma part je suis certain qu’un jour l’œuvre de Jean-Louis MURAT sera reconnue à sa juste valeur. Ce n’est qu’une question de temps. « Le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants ». Comme quoi RENAUD ne dit pas que des conneries, n’en déplaise à Jean-Louis MURAT !

Lorsque j’ai ouvert ce blog j’utilisais le nom d’emprunt : « Didier 143″. Page 2 j’y expliquais pourquoi j’aimais le sieur MURAT. Cela m’a valu sur le champ  un libellé incendiaire et anonyme signé : « Didier 144″ où je me faisais tailler en pièce. Je cite de mémoire : « de la prose à deux balles » … et des insinuations du genre : « pour qui il se prend celui-là ? » … J’étais voué aux gémonies. Je regrette aujourd’hui de n’avoir pas conservé ce torchon derrière lequel se cachait un collectif de gens bien intentionnés. Ils étaient une dizaine membre de la « Liliste » … S’ils traînent encore entre ces murs ils se reconnaîtront. L’anonymat leur va bien. Il y a peu encore, sur la « Dolores liste » ou j’avais posté une page consacrée au titre : « La pharmacienne d’Yvetot » l’un de ces poncifs  m’avait gratifié d’un commentaire : « Sans intérêt ». La franchise n’étant pas le fort de ce monsieur, ce commentaire a été enlevé quasiment sur le champ. Décidément, il est des gens qui portent sur eux une vraie détestation. Il n’est point besoin de les connaître, cela se perçoit, se sent … Les apparences peuvent être trompeuses, mais par expérience, la méchanceté se perçoit assez facilement dans le regard (faux  fuyant) et le sourire (lorsqu’il existe) qui n’est que sarcasme …   

Voilà, certains me reprocheront gentiment ce retour en arrière, bien inutile j’en conviens. Mais le Breton est ainsi fait, il a la rancune tenace.

Hier 10 août 2016, c’est un anonyme qui m’a contacté sur mon blog. Son nom ? Rémi VALET … Normand pure souche. Ses grands parents sont paysans. La quarantaine bien sonnée, le jeune homme m’indique s’être passionné durant son temps d’adolescence pour la lecture de bandes dessinées. Voilà qui lui a donné le goût des mots et de l’écriture … Rémi me confesse : « Enfant, j’ai beaucoup lu, j’avais besoin de fuir la réalité ».  Vous trouverez ci-dessus ses lectures préférées …

Original du n° 1 …  »Ric Hochet » …  année 1963

ric 13

Original « Ric Hochet » et dédicace du dessinateur TIBET

 ric 11 ric 12

Original de la BD « Les 4 as » … année 1964

les 4 as 1

Bande dessinée « Quick et Flupke » …

quick 1

Original n° 1 « Tif et tondu » …

tif 1

Original n° 1 « La patrouille des castors » …

la patrouille 1

Rémi s’installe sur la commune d’Isigny le Buat, département de la Manche, non loin du Mont St Michel. Il y fait bon vivre …

isigny1

Après des études universitaires, notre jeune homme s’engage dans la vie active. Des hauts des bas comme tout le monde. Le voici ouvrier dans une usine. L’homme est travailleur, il aime l’effort. Pas étonnant donc que la course à pied  fasse partie de ses loisirs …

remi valet 11

Rémi qui aime également le théâtre, féru de Léo FERRE, découvre MURAT alors qu’il a 20 ans. Nous sommes au début des années 1990. Il a assisté à trois concerts de l’Auvergnat dont celui de la Route du Rock à St Malo … Rémi nous décrit  : « Une représentation chaotique« . MURAT y lance : « On ne fait pas trop musique de chambre au milieu de tous ces Rosbeefs ? ».

Autre passion du jeune homme : l’astrologie « conditionaliste » popularisée par Françoise HARDY. Nous sommes en 2005, Rémi s’est entiché des mots de MURAT, bénévolement, pour faire vivre une revue : « Ariana » il nous dresse le portrait fidèle du chantre Auvergnat … In extenso je vous livre ce portrait astrologique dressé par Rémi du « Berger de Chamablanc » … J’ignore tout de l’astrologie, je n’en suis que plus admiratif du travail produit par Rémi. Je vous laisse apprécier …

« Au début, je n’aimais pas Murat, je préférais Manset… puis j’ai écouté « cheyenne autumn », puis le « manteau de pluie » et j’ai été envoûté… Pus tard, j’ai même écrit un article dans une revue d’astrologie à son propos. Voici cette modeste analyse : « Jean-Louis Murat, le Fier amant Verseau de la terre« 

« N’oublie pas qu’ici, mon vrai nom, c’est bercail » (Montagne, sur l’album Vénus). Jean-Louis Murat est né le 28/01/52, à 6h30 HO, à Clermont-Ferrand. De son vrai nom, Bergheaud, il a passé son enfance dans un trou perdu de l’Auvergne, Murat-le-Caire, qui lui inspirera plus tard son nom de scène. A ses débuts, il signa d’ailleurs une chanson-baptême de « Murat », qui résumait déjà les dualités du personnage : « C’est un peu une habitude, un jeu, qui devient dangereux, du feu braqué sur les yeux. Avant d’être pris pour un grand, vous trouviez ça charmant qu’il soit déjà agaçant ».

À droite : Thème d’écliptique ; à gauche : Thème de domitude.

Murat_e_cliptique_domitude

Vénus, l’étoile du Bergheaud

« Murat, c’est le héros d’un cinéma où la caissière se barre, personne n’entrera ». Murat n’est pas Bergeaud. Il a souvent expliqué l’écart absolu qui réside entre le [personnage public, le « Mister Hyde-Murat » et le « Docteur Jeckyll-Bergheaud ». Le premier fait le beau à la télévision, chante avec Mylène Farmer le temps d’un duo opportuniste, séduit autant qu’il énerve, aligne les tubes sans pour autant jamais « casser la baraque ». Le second est l’être sensible et profondément intelligent qui compose des chansons uniques sur le tourment amoureux et qui redonne au mot « romantisme » son vrai sens (parler d’amour sans autant passer pour un doux rêveur ou un dragueur de midinettes, par exemple…). Le vénusien Murat parle le langage de l’amour comme on devrait tous le parler : comme un paysan auvergnat.

« L’ange déchu »

Le thème de Murat est dominé par le niveau « e » (Vénus-Mars-Neptune dominants), ce qui n’a rien d’étonnant pour cet artiste épidermique, dont la susceptibilité et la réputation d’écorché vif sont légendaires. L’art de Murat se nourrit exclusivement de ses états d’âme subjectifs et fluctuants, bousculés au gré de ses humeurs d’amours en haines aussi irrépressibles qu’injustifiables. Le revers de cette sensibilité tient dans la difficulté qu’il rencontre à émousser ses affects pour les adapter au monde qui l’entoure : le niveau « e » est en conflit direct avec deux planètes de niveau « r ». S’identifiant totalement à ce qu’il ressent (force du niveau « e » en référentiel Sujet), il ne cherche pas plus que ça à s’adapter aux autres, au regard d’autrui, à l’avis d’un quelconque public. Uranien contrarié, Murat désamorce le jugement d’autrui par une attitude cassante, tranchante, non-diplomate. Il n’obéit qu’aux règles dictées par son bon vouloir et s’impose à plaisir la dictature de ses propres émotions. Comme un gamin chagrin et capricieux, Murat est dans la vie un personnage aussi attachant qu’insupportable, aussi fragile qu’orgueilleux. Orgueil certainement renforcé par la dissonance « aveugle » de son thème, l’opposition Lune-Pluton, qui le porte à se prendre pour l’exclu métaphysique absolu, le vilain petit canard rejeté par tous et qu’on aimera de toutes façons jamais assez : « Vois, je vis de rêves chaque jour, et je reste des nuits l’éternel amant », dans Le venin. « Tous ces amours de courte haleine embellissaient nos vies »

Angulaire à l’ascendant, la Vénus Capricorne de Murat-Bergheaud est opposée à Uranus, mais reliée harmoniquement à Mars-Scorpion. La sentimentalité du bon-homme est complexe, torturée, exigeante, capricieuse. Mais elle est constamment ancrée dans une réalité qui la structure, la vivifie, la gonfle de chair : « le fructose, le glucose, haut-les-cœurs, v’la la vie » (« Mustang »). Les textes de Murat sont à la fois délicats et rustauds, affectés et rugueux. L’amour, chez Murat, ne correspond pas à l’évocation d’un monde éthéré, désincarné, il se vit au présent, dans l’immédiateté d’un Mars organique et sanguin qui grogne, qui gémit, toutes veines saillantes, comme un enfant qui pleure ses caprices. Le paysan Murat ne dissocie jamais le cœur et le corps, la fleur et son terreau, le cerveau et le sexe. Nostalgique perpétuel de sa montagne natale, il préfère le froid rigoureux des hivers auvergnats à la chaleur faussée des projecteurs parisiens. Murat est un troubadour d’un autre âge qui parle des fleurs tout en épandant le fumier, qui adore la femme autant qu’il vénère les vaches de son troupeau. Mars-Scorpion est toujours là qui veille à tout ramener au concret, aux origines terrestres de toutes choses. Engagé dans une quête exigeante qui le pousse à toujours chercher le bon équilibre entre l’amour qui fait tomber (amoureux, par exemple : « Cours dire aux hommes faibles comme moi »…) et l’amour que l’on veut dominer (Vénus versus Uranus : « Tous vos désirs me dominent »…), Murat se réfugie sans cesse dans un retour perpétuel à sa source : la terre, la nature sauvage indomptée, et les animaux : « Contraint je vomis toujours plus loin de la vie, mais j’ai autant de désir qu’un vampire, qu’un yak, j’ai le désir intact » ; « A la jeunesse on envie l’irruption brutale du désir animal » ; « Moi, le fumier du monde où tu veux me planter » ; « J’ai dans les yeux le bleu de l’eau des montagnes » ; « Quand l’éclat mauve délétère n’éclaire plus ma vie, je vais dormir dans la bruyère, au Mont-Sans-Souci » ; « J’ai pour toi, la tendresse d’un poney », etc, etc.

Le paradis terrestre et L’ange déchu

On le voit, l’univers de Murat est un univers peuplé, vivant, grouillant, complexe en ce qu’il relève d’une sensibilité « e » : la conjonction Saturne-Neptune en dissonance à Mars inscrit les limites d’un cercle fou au-delà duquel Murat se perd, s’enfonce, se noie. A partir du réel tangiblement préhensible de Mars, Saturne et Neptune créent par leur mouvement en direction ou en provenance du niveau « T », un tourbillon échevelé et vertigineux de vents fous qui se nourrit de la réalité pour mieux l’ébouriffer. Cette éruption permanente de sentiments, de sensations inexprimables mais prégnantes, irrépressibles, donne le ton de l’univers de Murat : un monde où le sublime côtoie le sordide, où l’agréable gît dans l’écorchure, où les cœurs sont tantôt grugés par la main perfide de Satan, tantôt guidés par la « paluche de Dieu » ; une vallée de larmes dans laquelle le saturnien Murat se vautre à l’envi. Les dissonances urano-jupitériennes qui assaillent ce volcan inextinguible tentent comme elles le peuvent d’imprimer un ordre, un contrôle, un feedback surmoïque à ce brasier anarchique de sentiments qui brûlent dans l’enfer d’un Éden qui s’auto-consume. D’où les multiples références de Murat dans ses chansons à un mythique paradis perdu, à une religiosité qui lui permettrait d’imprimer une marque mystique à ses amours. Qu’il croie ou non à l’existence de Dieu, il ne peut se résoudre à ne voir dans les tourments de son âme que l’agitation stérile d’un feu provoqué par un crépitement d’hormones. De même, le romantisme que l’on associe couramment au style de Murat relève plus directement de Saturne que de Vénus. A l’hédonisme béant du jouisseur vénusien qui ne cherche qu’à satisfaire ses désirs, répond le questionnement inquiet du saturnien pour qui l’existence pose toujours problème puisqu’elle semble prendre un constant malin plaisir à contrarier le mouvement de nos humeurs. « Vas, je déteste la vie de ses bâtisseurs d’empire, de ces voleurs de prairie, où tu trouveras ta place. Je partirai cette nuit, sous un ciel peuplé d’étoiles, je ne connais qu’une envie, je veux retrouver mon âme » ([Le troupeau]).

« Puis il y eut, ce sentiment nouveau… » : Verseau malgré tout

En marge de son côté désengagé, apathique, morose, bouquetin grognon (Capricorne dominant), le Verseau Murat est aussi un pur idéaliste, un réactif attentif à réveiller les esprits engourdis. Le carré de Mars-Scorpion à ce Soleil-Verseau lui vaut de ne jamais sombrer toutefois dans la naïveté : le terrien critique l’emporte toujours sur le sentimental candide. L’auditeur scrupuleux peut déceler dans sa discographie de remarquables petites piques agressives à l’égard d’un monde que la connerie endort à petit feu : « De Salman as-tu des nouvelles ? »… « Quel étrange nom Arkan… Réfugié à Crémone, sucé à Washington, ai perdu tous mes amis… Belgrade ta gueule »… « Mais voilà tu nous cherches, Mégret serre les fesses, voilà les gonzesses et les pédés »… et sur la B.O. d’un film encore à ce jour inédit, « Mademoiselle Personne », à propos des Turcs : « Quel peuple d’enfoirés, ils ont niqué les Arméniens, ils vont niquer les Kurdes… » D’un autre côté, Murat idolâtre les purs, les naïfs, les simples d’esprit, les innocents que les vrais idiots prennent pour des imbéciles : Murat adore pêle-mêle Bourvil, Bernard Hinault, les enfants, et encore les vaches, tous ces êtres qui sont restés en accord avec leur nature profonde, marsienne, non civilisée (Jupiter dissoné). La part du Verseau est également à chercher dans le constant renouvellement musical de Murat. Il peut passer d’un dénuement acoustique absolu (l’album Vénus) à une extrême complexité de production (l’album Dolorès). La diversité des couleurs de la palette artistique du musicien Murat est un signe de son ouverture à la modernité et de son éveil aux courants et techniques de son temps (à bientôt 50 ans, Murat reste plus que jamais en phase avec l’évolution musicale de son époque, sans que cette adéquation ne puisse être taxée d’opportunisme ou de concession à quelque mode que ce soit).

L’apparente langueur du bonhomme ne doit pas masquer le côté mercurien, l’humour à froid de ce personnage surprenant et pince-sans-rire (qui se révèle une fois qu’on a percé la glace qui recouvre la carapace de ce clown triste). « Dans le fond, je suis un curieux avant tout. J’aime tenter des expériences. Et pour la musique c’est pareil ». « Je suis un Johnny Frenchman »

Plus drôle et déconneur qu’un Manset, plus incarné et hédoniste qu’un Bashung, le décrié Murat reste prisonnier d’une mauvaise image auprès du public (arrogant, froid, hautain, méprisant, désespéré, somnifère, etc…) qu’il a pourtant volontairement forgé. Indépendamment de cette image, on peut aussi le considérer comme ce « Môme éternel » qui nous ressemble dans nos qualités, nos défauts, et comme celui qui a su le mieux traduire la grandeur comme la faiblesse de nos sentiments. Au-delà des aspects irritants du personnage Murat, il faut découvrir il faut découvrir le compositeur, le poète, l’écrivain des âmes et des cœurs en exil sur cette terre, qu’est Jean-Louis Bergheaud, et qui lui, fait l’unanimité des auditeurs avisés ».

Beau portrait, belle plume. Aucune faute, les liaisons sont appropriés, les mots variés, voilà ce que nous donnait l’école de la République il y a encore peu de temps, pour peu qu’on veuille bien travailler, lire, écouter … Voilà des valeurs campagnardes bafouées, moquées, vilipendées, c’est bien dommage !

Rémi est actuellement en vacances, il profite de son beau pays, la Normandie … Sur sa page « FB » je lui ai emprunté ces trois magnifiques clichés …

rv1

rv2

rv3

Demain, il retournera à l’usine. Décidément j’aime les gens simples. Il n’y a qu’avec eux que je sois à l’aise …

***

Publié dans : ||le 11 août, 2016 |Pas de Commentaires »

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1