- 150 – Marie MOÖR … DE Barney WILEN … à … CHRISTOPHE … en passant par … Jean-Louis MURAT …

Ce jour 4 août 2016, il m’a été donné de lire et d’entendre peut-être la plus belle chanson qui soit … Rarement, et pourtant Dieu sait combien j’aime les textes de Jean-Louis MURAT, rarement donc, et jamais en définitive, un poème écrit et chanté ne m’aura autant mis en extase, en émerveillement … L’écoutant, le réécoutant, le lisant, le relisant je me disais mais bien sur, quelle trouvaille ! Tout y est simple, tout y est pur … Il n’y a pas un mot de trop. On y respire la vie/la mort … les rires/les larmes … les choses futiles … celles plus graciles … C’est tout simplement une pure beautée, que je vous propose d’abord de lire et de relire encore  … avant de l’écouter …

-

Je veux

-

« Je veux une armée rien qu’à moi

Je veux Syracuse

Je veux des harems des haras

Le sourire des muses

Je veux un grand palais de marbre rose

Plein d’escaliers pour mes nuits blanches

Je veux des jardins suspendus

Au dessus du temps

Où se rejoindraient les amants

Fantômes et vivants

Je veux un amour pur et sans défaut

Mordre au citron de l’idéal

Je veux retrouver mon étoile

Puisque mon cœur …

Je veux quelque chose de nouveau

Je veux des robes une nouvelle peau

Je veux repartir à zéro

Je veux des nuits

Des nuits bleu Klein

Je veux le début sans la fin

Je veux le plus beau des fourreaux

Une vie taillée à même la peau

Dans du satin rouge ».

[...]

« Je veux que ça bouge

Je veux le vin je veux la fête

Je veux du feu et des conquêtes

Vivre tous les états seconds

Les paradis les vrais les faux

Je veux des fleurs d’admirateur

Je veux revoir Monté Carlo

Je veux …

Mon cœur …

Je veux quelque chose de nouveau

Je veux un porte avion et ses matelots

Je veux hisser haut le drapeau

Et vous mener tous en bateau

Tracer une ligne dans le bleu

Je veux le ciel

La mer à boire

La forêt noire dans un mouchoir

L’Himalaya sur un plateau

Je veux avaler la planète

Je veux le pouvoir au poète

Je veux une armure en dollars

Faire de ma vie une œuvre d’art

Tous les fruits l’odeur de la pluie ».

[...]

« Je veux un cœur multicolore

Je veux passer mon permi

Pour m’en aller fendre la nuit

Partir seule très vite et très loin

Tuer le mal garder la rage

Je veux la vérité sauvage

Je veux tout

Je veux le chaos

Je suis à bout et j’en fais trop

Je veux saisir le dessous des choses

Du velours de la soie des roses

Revoir mes copains sous la terre

Je veux …

Demeurer comme ça

Paupières mi closes

Rêver ma vie

Ma vie de rêve

Je veux une trêve

Je veux une pause

Je veux quelque chose

Je veux quelque chose

Je veux quelque chose de nouveau … ».

aigre_douce_album_cover

J’étais là à retranscrire ce poème, je m’imprégnais de tous ces mots qui étaient autant d’images qui m’illuminaient  le visage, partout je voulais mettre des virgules, pour essayer vainement de suspendre le temps, mais je n’y suis pas arrivé … Ce poème c’est toute une vie : ceux qui sont partis, qui sont sous la terre, c’est avoir le permis pour qui se fait toujours conduire, c’est pouvoir voler comme un papillon, dormir comme un loir … c’est être libre, ne pas dépendre des autres et savoir pouvoir compter sur eux … Seules les belles Dames, dotées qui plus est dune belle âme peuvent espérer de telles choses. Hélas quand bien même vous êtes belle et attirante, il vous manque toujours quelque chose.  Au bout du compte, c’est heureux qu’il en soit ainsi … En effet, si tout vous est donné sur un claquement de doigt, exit le désir et ce serait bien dommage ! 

Voici donc Marie MÖÖR qui nous chante : « Je veux »

Image de prévisualisation YouTube

Lorsque Marie MÖÖR écrit ce poème, nous sommes en 1998 soit deux ans après le mort de Barney WILEN le célèbre saxophoniste Franco-Américain. Le couple vivait ensemble depuis 13 -14 ans … Evoquant cette période Marie MÖÖR aura ces mots : « J’étais vraiment à l’Ouest ».  

Marie MÖÖR a fait la connaissance de Barney WILEN à la fin des années 1970. Punk, elle veut vivre le phénomène au plus près, en direct live. Elle se rend donc à Londres, vit dans des squatts et, la nuit, pour se faire un peu d’argent sert comme barmaid dans des boîtes de nuit ou autres lieux de jouissance. Elle y fait la connaissance de Barney. De 30 ans son aîné, il tombe amoureux de la jeune fille et la prend sous sa coupe. Ils s’installent à Nice. Barney associe son égérie à son travail musical. En 1980  sort le fruit de leur première collaboration  …

45 tours …

moko

En 1983 Marie MÖÖR sort son 1er album en solo : « Pretty Day »

pretty day 1982u

Elle écrit ses textes elle-même, sa plume est belle, incisive et rebelle. En 1984 sort son second opus le 45 tours : « Falling in love again »

falling in love again 1983

Hélas le succès n’est pas au rendez vous. En 1988 la chanteuse donne dans le suggestifs avec le titre : « Prends-moi, prends moi. »

Marie_Moor prends moi

En 1992 sort « Aigre douce » un 12 titres qui ne trouve pas plus d’écho auprès du public Français.

Marie MÖÖR peint également. Ses aquarelles, ses dessins vont agrémenter les albums de Barney WILEN. C’est le cas sur l’album ci-dessous. La pochette de ce « Santuary » (1991) est l’œuvre de Marie MÖÖR ainsi que les dessins en pochette intérieure …

barney_Sanctuary 1991

barney_Marie_moor_aquarelle2

C’est également le cas en 1992 sur l’album « Dream time »

barney4Dreamtime 1992

Puis en 1993 sur cet album « Talisman »

barneyTalisman_wilen 93

Puis 1994 avec l’album « Osaka »  …

barney osaka 1994

Marie MÖÖR a su redonner le goût de vivre à Barney. Elle le suit partout. Lorsque ce ne sont pas ses dessins, ce sont les photos de Marie MÖÖR qui figurent sur les pochettes de ses albums …

« Starbust Forever » … 1993

barney_wilen_starbust 1991

« New Romance » … 1994

barney_New_York_Romance_japan 1994

A la mort de Barney, perdue, minée par le chagrin, l’égérie du saxophoniste cesse de peindre.  Pour autant elle n’a d’autre choix que de se battre et de voler de ses propres ailes. Bruno BAYON de « Libération » sera le premier critique de renom, qui plus est faisant autorité dans le milieu, à évoquer le talent de Marie MÖÖR. Déjà en 1988 BAYON lui avait consacré un article. Contre vents et marées BAYON sera l’ardent supporter de la belle Dame. J’en veux pour preuve plusieurs « papiers » dont celui du 13 mai 2003 intitulé : « La vie en MÖÖR » puis le 29 janvier 2007 : « Une preuve de MÖÖR ».

Il est probable que BAYON  ait indiqué à son ami Jean-Louis BERGHEAUD qu’il y avait là un vrai talent. A l’invitation du journaliste Marie MÖÖR adresse des textes de chansons à MURAT pour mise en musique. Nous sommes en 1998 le projet « SVOBODA » est sur les rails, il ne verra jamais le jour. CLAVAIZOLLE et BONNEFONT font également partie de l’aventure. Il semblerait qu’aucune maison de disques n’ait voulu prendre le risque de sortir cet album qui à ce jour, est resté à l’état d’inédit. Des démos circulent sous cape. Ce disque est une petite merveille. Le premier titre de l’album est écrit par MURAT qui veut sans doute redonner goût à la vie à cette belle ingénue …

Extrait … « C’est pour le bonheur »« SVOBODA »1998 …

(…)

« Oui, c’est pour le bonheur que je suis née/Au bonheur promise et mariée

C’est pour le bonheur que je suis née/Et tes larmes n’y pourront rien changer ».

(…)

Photos d’un bonheur passé …

mm1

Marie MÖÖR est l’auteur du texte qui suit : « La promesse » … Elle s’adresse à Barney avec  des mots simples et émouvants … La douleur est toujours aussi présente …

Extrait … « La promesse » « SVOBODA » 1998

(…)

« Pourquoi vivre à la fin ?

Si j’n'avais pas fait promesse

Je m’en passerais bien ».

(…)

« Moi qui n’attends plus rien

On m’a fait trop de bien

J’ai eu trop de chagrin ».

(…)

« Non je n’attends plus rien

Vaut mieux rire à la fin ».

En 1987 Barney WILEN a sorti l’album intitulé : « La note bleue«  … Ce sera le dernier grand succès de Barney qui aura en définitive connu une carrière en dents de scie … Ces périodes de trou noir étant le plus souvent dues à des addictions …

barney la note bleue

C’est très certainement en souvenir de cet album qu’un des titres de l’album « Svoboda » a pour nom : « La note bleue«  … On croirait à un dialogue entre Marie MÖÖR et Barney

Extrait … « La note bleue »« Svoboda « 1998

« Je la sens venir parfois

Le soir, la musique monte en moi

Tu dis : « Chaque sir, je joue pour toi »

Je suis favorite du roi ».

(…)

« Je me ferai prier pour toi

Et mon cœur est heureux

C’est la note bleue

Et mon cœur est amoureux

C’est la note bleue ».

(…)

Le titre chanté par Marie MÖÖR (extrait de sa page Facebook) …

Image de prévisualisation YouTube

Un medley de l’album de Barney WILEN

Image de prévisualisation YouTube

En 2001 Marie MÖÖR signe deux titres pour le chanteur CHRISTOPHE dont l’un  : « La Man » reprend des phrases choisies du poème chanté : « Je veux » de MARIE MÖÖR. Le 1er single est même intitulé : « Tout/Elle veut le chaos ». La voix de CHRISTOPHE y est prenante mais on n’y retrouve pas la douleur ni l’émotion de la version originale. Pourtant Dieu sait si les critiques ont loué l’album de CHRISTOPHE. En 2008 Marie MÖÖR écrit deux nouveaux textes pour l’homme aux cheveux d’argent. De CHRISTOPHE elle dit : « J’aime la chanson. Elle est un art qui sous une forme légère peur toucher profondément. Petite, j’écoutais CHRSITOPHE, l’oreille collée au transistor ».    

En 2001 Marie MÖÖR rencontre Laurent CHAMBERT avec qui elle forme le projet : « Rose et Noire ». Un premier album sort en 2003 – un second en 2006 : « Tracé dans le bleu » salué par la presse spécialisée. 

rose et noiretracé dans le bleu

En 2007 leur collaboration se poursuit sous le nom : « The Others Colors ». En 2008 sort l’album « 361″ – en 2012 : « Up up up » et en 2013 : « OR ».

361up up upor

Le 12 décembre 2012 le label « TRICATEL » organise une vente des dessins de Marie MÖÖR : « Si la terre ne s’est pas retournée le 12.12.12, le collectif Baldanders organisera une vente de dessins de Marie Möör, du 13 au 16 décembre 26, rue Charles Baudelaire 75012 Paris.  La galerie sera ouverte chaque jour de 17h30 à 20h30.  Il n’y aura pas de vernissage mais chaque soir sera l’occasion de se rencontrer.  Selon l’expression consacrée, tous les bénéfices de cette vente seront définitivement versés à Möör. Le carnet sera posé sur une table. Chaque dessin choisi sera détaché du carnet par Möör elle-même et signé sur place.  Un prix unique mais pas inique : 450 euros.  A côté du carnet sera posé une pile de petits dessins (de format 10×15) réalisés à la même période.  Ces dessins ont été créés lorsque Marie Möör vivait avec Barney Wilen ». BAYON en fera état dans le journal « Libération ».

Voilà, c’est fini, il se fait tard …et moi … « Je veux repartir à zéro » (…) « Je veux le ciel/La mer à boire » (…) « Je veux le pouvoir au poète » (…) « Je veux tout/Je veux le chaos » (…) « Je veux une trêve/Je veux une pause ».

Merci à vous Marie MÖÖR … vous êtes une belle personne …

***

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans : ||le 5 août, 2016 |3 Commentaires »

3 Commentaires Commenter.

  1. le 18 septembre, 2016 à 18:01 Muse écrit:

    Coucou Didier

    Oui, cette chanson « Je veux » est magnifique. Je l’avais découverte via Christophe en 2005, qui en donne sa version masculine, qui diffère de celle de Marie, beaucoup plus radicale. Mais néanmoins, l’esprit de la chanson reste.
    Et elle est un formidable credo de femme qui ne se veut plus objet mais sujet.
    En tant que femme, je reçois cette chanson comme un acte profondément politique au sens d’une affirmation de pouvoir. Ce qui répond en écho aux différentes luttes féministes, mais aussi au mouvement punk où cette affirmation constitue finalement la base de toute action, de tout projet créatif.
    Là où le propos de Marie est très intéressant, c’est que tu t’aperçois qu’elle veut tout et son contraire.
    Et c’est cette dualité, cette complexité que nous avons si présente en nous qui fait de cette chanson un coup de maître. Parce que, si tu regardes bien les chansons d’affirmation la plupart du temps, elles illustrent une volonté de pouvoir toujours donnée dans le même sens (l’amour à la machine, utile, fais comme l’oiseau, aimer est plus fort que d’être aimé, c’est ta chance, frappe avec ta tête).
    La grande originalité de « Je veux », c’est que cette volonté part dans tous les sens jusqu’au chaos.
    Qui aurait pu dire cela si ce n’est une femme?
    Car hélas, je dis bien hélas, peu d’hommes assumeront de vouloir tout et son contraire en même temps.
    Même s’ils montrent par leur vie, leur façon d’agir exactement cette dualité et cette confusion.
    Assumer cette contradiction semble plus compliqué pour bien des hommes que des femmes.
    D’où peut-être une parole beaucoup plus libre chez les femmes chanteuses que les hommes.
    Et tu retrouves ça aussi chez les écrivains femmes, chez les peintres femmes, chez les danseuses et chorégraphes femmes.
    Si tu regardes bien leur travail, elles vont souvent beaucoup plus loin que les hommes en terme d’acte créatif, de ton. D’autant plus facilement dans la période contemporaine.

    Alors du coup, si tu reprends la version de Christophe, tu te dis que finalement, qu’il ait cautionné cette chanson montre quand même un certain degré d’ouverture.

    Répondre

  2. le 18 septembre, 2016 à 18:10 didierlebras écrit:

    Salut Muse content de t’avoir au bout du fil … Je n’ai pu m’empêcher de répondre à « M » qi avait été sarcastique à l’égard de certains … Voir l’ajout en fin de cette page … http://didierlebras.unblog.fr/138-jean-louis-murat-le-provocateur/

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  3. le 18 septembre, 2016 à 22:40 Muse écrit:

    Je viens de lire votre discussion intéressante. Je partage assez le point de vue de Matthieu. C’est d’ailleurs toute l’ambiguïté de JLM.
    Tu vois, la différence avec Marie Möör, c’est qu’elle a du mal à percer sauf via son ex alors qu’elle n’était pas contre une médiatisation. Ce qui est un peu le même souci pour une majeure partie de la chanson française.
    Si tu vas voir le catalogue de Nos Enchanteurs, tu vas trouver des milliers de JLM qui ont du mal à vivre de leur art parce que trop peu médiatisés. Et qui ne sont pas contre la médiatisation. Mais qui ne l’ont pas.

    JLM l’a eue mais il l’a en quelque sorte gâchée.
    Ce qui est quand même vraiment dommage…

    Tiens, au fait, je voulais te signaler une découverte toute récente qui fait écho au travail de JLM sur la guerre 14-18, il s’agit du musicien Olivier Longre.
    Un artiste qui a sorti en janvier dernier un album sur les lettres de ses arrières-grands-parents durant la première guerre mondiale. Un très beau travail, très émouvant. Je te mets le lien. La démarche est bouleversante et le gars très intéressant:

    http://jeanneetfrancis.tumblr.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1