- 132 – MURAT … persiste et signe !

Le 18 avril 2016 sur les ondes de « France Inter » Jean-Louis MURAT déclare : « Je ne veux pas monter sur scène pour défendre un de mes disques. C’est niet, niet ! » (…) « Le retour de tous les vieux grigous de la chanson Française fait que moi, en tant que moyennement vieux de la chanson Française et faible vendeur, à faible audience, et bien du coup, ça nous coupe l’herbe sous le pied, ça fout tout le monde dans la merde ». (…) « Et bien merci les gros cons« . Voilà qui est clair et net. Voilà qui confirme s’il en était besoin les propos tenus quelques jours au préalable dans « Euronews ».  Dire que l’on arrête les tournées c’est une chose. Prendre appui sur « des gros cons » qui ont pignon sur rue, les médias à leur botte pour justifier que l’album « Morituri » ne bénéficie d’aucune tournée est autre chose. Le faisant MURAT prend tout le monde à témoin et plus seulement ses « fans ». Il n’en veut aucunement à RENAUD ou POLNAREFF, il critique un système, qui n’a soif que d’argent ou : « Tout est d’indigence/De fausseté ». Qu’importe le talent supposé de tel ou tel, s’il n’y a pas d’argent au bout, il ne sert à rien de s’échiner, ni encore moins de prendre des risques. Il est vrai que la couverture médiatique accordée à certains retours sur scène est véritablement éhontée. On peut aimer RENAUD et POLNAREFF moi je l’ai fait et aujourd’hui encore je suis le premier à dire que : « Mistral gagnant » chanté par le « Parigot » ou « Lettre à France » écrite par l’homme qui aura été le premier à montrer ses fesses sont des titres d’une rare qualité. Ces chansons ont déjà atteint la postérité et c’est heureux. Mais qu’aujourd’hui il n’y ait personne pour  dire ni encore moins écrire le peu de qualité, voire la médiocrité de « Toujours debout » est un comble. Quant à POLNAREFF qui retarde une nouvelle fois  la sortie de son nouvel opus pour n’être pas en concurrence avec RENAUD voilà qui est révélateur de biens des calculs faits par les maisons de disques. Cela prouve le pouvoir de l’argent.  Vous rentrez à la FNAC aujourd’hui, que ce soit à Rennes ou ailleurs certaines nouveautés sont surexposées (et c’est peu de le dire) d’autres sont à peine visibles voire pas du tout. Il y a là une différence de traitement qui condamne de fait la liberté de choix (pour l’acheteur) et la possibilité de créer pour l’artiste, tuant dans l’œuf  la « nouveauté », l’originalité, la différence …

Dans « Euronews » MURAT incrimine la défaillance de son tourneur. Le chantre Auvergnant est un pragmatique. Il ne fait ou ne dit rien sur des coups de tête. Ce qui est dit est pensé. Il sait qu’il a plus à perdre à le dire mais ne peut s’empêcher de le faire. C’est aussi un homme de bon sens. Lorsqu’il se rend compte qu’il ne faut pas insister il sait se rendre à l’évidence. C’est vrai, ce n’est pas la première fois qu’il menace d’arrêter de chanter, il l’a toujours fait pourrait on dire ! Jamais il n’a mis ses menaces à exécution. MURAT ne sait qu’écrire et chanter. Dans ce cas pourquoi s’inquiéter ? Le contexte était totalement différent.  Lors de la sortie de « Mustango » par exemple (échec commercial durement ressenti par le chanteur), MURAT savait malgré tout qu’il y avait encore du grain à moudre. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Nous vivons dans un contexte économique difficile. Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises je le crains. Cela aussi MURAT n’a de cesse de nous le dire, y compris dans ses chansons. Au French lynx il prête ces propos : « Je crois qu’il ne nous reste/que la peau sur les os/Dans la vie d’ici » ! Voilà des paroles que le petit peuple ne veut pas entendre. Le peuple de France préfère danser au rythme de : « Tout va très bien Madame la Marquise » ou bien encore : « Faut rigoler … avant que le ciel nous tombe sur la tête ». En 2010 la chanteuse ZAZ nous susurrait : « Je veux du soleil ». Voilà ce que le peuple de France veut entendre. ZAZ en a vendu des camions. C’est heureux pour elle. Aujourd’hui ? Les spectacles financés par les municipalités ferment les uns après les autres. En témoigne cet « avis de décès » paru ce jour sur le blog : « Le doigt dans l’œil » qui nous annonce l’annulation de près de 150 manifestations artistiques sur tout le territoire national. Et ce n’est pas fini …

cimetiere

Il y a peu, évoquant la possible absence de tournée pour le nouvel album, sur mon blog une amie m’écrivait : « Personnellement, je n’ai pas du tout d’appréhension. Ca fait déjà un peu plus d’un an que Jean-Louis  prépare le terrain, parle d’écriture et d’envie de publier des choses plus importantes en volume et en portée que des chansons. Donc il continuera à créer. Je suis persuadée que si on lui faisait passer le médecin de TURLANDE, comme dans le conte auvergnat de Charlotte MERAVILLE, la résurrection du métier avec toutes les possibilités médiatiques et créatives ne lui conviendrait aucunement, il serait capable de dire que bon, il a déjà engagé des démarches ailleurs et donc, l’un dans l’autre … Comme il a des enfants en âge d’études, nul doute qu’il ne lâche pas la proie pour l’ombre, mais en sachant bien ce qu’il fait et en étant sûr que ça lui rapportera sinon mieux, du moins tout autant. je ne connais pas un auvergnat, même artiste, qui soit vraiment bohème. L’auvergnat a le sens des réalités premières très ancrées en lui. C’est comme en Bretagne. Sur des territoires qui ont connu les grandes misères par le passé, les gens ont tendance à être très pragmatiques ».

Effectivement MURAT est pragmatique et pas homme à s’entêter ou à foncer dans le mur sachant qu’il n’y a d’autre choix que de s’y écraser. MURAT invoque deux raisons pour ne pas entamer une nouvelle tournée :

  • L’impossibilité pour ses musiciens actuels de l’accompagner.

  • Le marché musical phagocyté par le retour  de « vieux cons » et la place exorbitante  qui leur est accordée dans les médias

Il nous faut être lucide. MURAT l’est. Il n’ignore pas que les maisons de disques boudent de plus en plus des artistes de son acabit avec  lesquels il y a peu à gagner. A l’inverse, elles peuvent se faire des « couilles en or » avec les « vieux cons ».  Ceux-ci ont un public tout acquis à leur cause et bénéficient d’une couverture médiatique complaisante et large à souhait. C’est le combat du pot de terre  contre le pot de fer. MURAT n’a rien d’un DON QUICHOTTE. Il préfère donc temporairement plier casaque. Pour autant et c’est heureux, nul doute que le « Berger de Chamablanc » continuera d’écrire et de créer. Seul dans sa montagne il continuera de chanter pour nous. Est-ce qu’il redescendra dans la plaine ? Je ne sais ! A l’initiative d’Amparo une pétition est en cours pour tenter d’inverser le cours des choses. Je me suis empressé de la signer, je souscris à cette initiative. Pour autant il faut être convaincu que personne ne forcera la main de Jean-Louis MURAT. Lui seul décidera de quoi demain sera fait. Je pense qu’il faut respecter son choix et tenter de le comprendre. Vous verrez, il nous surprendra encore. Laissons lui un peu de temps. Je suis certain qu’il est déjà dans la réflexion pour mieux rebondir. MURAT est une exception dans la chanson Française. Il n’y a pas de plume qui lui arrive à la cheville. Cela lui vaut la fidélité d’un public relativement large. Le temps n’y fera rien, ce public lui restera fidèle. MURAT c’est une œuvre ! Le dernier opus : « Morituri » scintille de joyaux qui ne demandent qu’écoute et attention. Cet album que d’aucun prédisait mineur recèle des merveilles : « Franckie » … « Le Cafard » …

 

 Extrait de : « Le cafard »« Morituri »(2016)

(…)

« J’ai eu le cafard/Tête musicale/N’ai pas su tenir »

(…)

« J’ai eu le cafard/C’te beauté fatale »

(…)

« Face caméra/Coupez ».

Je fais un vœux que cet album ait le succès qu’il mérite. Cela dépend un peu de nous …

Ajout le 7 juin 2016 …

« Morituri » est en vente depuis près de deux mois. Force est de reconnaître que malgré des critiques une nouvelle fois élogieuses, ce nouvel album n’a pas atteint les « cimes » au niveau des ventes. Peu de visibilité dans les médias TV, une concurrence féroce … et le constat est là : « Morituri » n’a pas décollé ! Pas de tournée, voilà qui n’arrange rien ! MURAT en est réduit au silence. Il semble le prendre avec philosophie. Dans les colonnes du « Soir » belge il répond à cette question de Philippe MANCHE : « Quid de la suite ? du prochain disque ? ». Fidèle à son image MURAT n’élude pas la question : « Je ne vais pas tourner avec ce disque parce que pour que ce soit économiquement viable, je devrais payer mes musiciens au lance-pierre et il est hors de question de les sous payer parce qu’on doit réduire nos revenus d’un tiers. Et même si je tourne sans cachet, ça ne compensera pas les pertes. Quant au prochain disque, je ne pense pas qu’il y en aura encore un autre. Ca fait un bout de temps que je n’ai pas écrit de chanson pour tout dire. J’ai envie de faire autre chose. Je peins, je prends des photos, je fais des collages … J’en ai un peu marre. Je ne vais pas continuer à faire des interviews où l’on ne parle jamais de musique et où tes collègues pensent que Van MORISSON est une marque de bagnole ». Voilà qui est sans équivoque et ne laisse planer aucun doute. Avec MURAT on ne sait jamais ?! L’homme est pragmatique. Ce n’est pas maintenant qu’il va se prostituer pour : « Etre dans l’air du temps » … 

J’aime MURAT comme il n’est pas permis. Bien sur que je suis triste. Mais je suis lucide aussi. On ne peut forcer la main aux gens. L’heure n’est qu’aux faux semblants, aux artifices, aux mensonges, aux hypocrites … MURAT n’a pas sa place dans ce paysage là. L’artiste nous tire donc sa révérence ? Je n’ai aucune certitude. Je n’ai qu’un profond pressentiment. J’aimerais tant me tromper ! Il est passé 23 heures, la Bretagne a été épargnée par les inondations. L’été y pointe le bout du nez … Pour autant, ce soir : « J’ai le cafard » ... 

*** 

Ajout le 19 juin 2016 …

Le 18 juin MURAT est en concert à la Coopé de Clermont au profit d’une œuvre caritative : le rendez-vous annuel de « Koloko » ! Je n’y étais pas. Mais plusieurs amis présents m’ont indiqué que MURAT était de parfaite humeur. Il n’a pas été question de dernier concert ou de fin de carrière. En public MURAT n’a pas évoqué le sujet. Je suis certain pourtant que dans la tête de chacun la question était présente … Le chroniqueur Pierre ANDRIEU nous met à disposition le titre « Le cafard » chanté lors de ce concert … C’est beau et triste à pleurer !

  Image de prévisualisation YouTube

***

  

Publié dans : ||le 19 avril, 2016 |3 Commentaires »

3 Commentaires Commenter.

  1. le 19 avril, 2016 à 18:24 Jéôme écrit:

    Bonjour, j’ai entendu l’interview hier : il a parlé des vieux « grigous » de la chanson française, des vieux avares, si vous préférez.

    Répondre

  2. le 20 avril, 2016 à 14:58 Manetti Patrice écrit:

    Salut,si BABEL a,paraît il dépassé les 20 000 ventes « physiques »seulement, c’est inquiétant pour Morituri ,
    peut être moins « facile » pour le grand public et surtout sans tournée ! Dommage car Morituri est un bel et agréable album.Que faire…offrir des « Morituri »en cadeau « pédagogique » à nos amis?(je plaisante à peine)
    nous ,les »Amateurs » de JLM,nous sentons toujours un peu plus désappointés de cet état de chose!!

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1