- 117 – Morgane IMBEAUD … « Les songes de Léo » …

J’ai eu la chance de pouvoir me procurer le CD hors commerce  « Les songes de Léo » bien avant la sortie effective de l’album prévue pour le 6 novembre

les songes de leo1

Voilà qui m’a valu une belle remontée de bretelles par Morgane elle-même. Effectivement ce marché parallèle ne profite qu’aux gens peu scrupuleux. Il ne faudrait pas que des « naïfs » de mon espèce pour ne pas dire des « imbéciles » se portent acheteurs. Je le sais, mais je ne peux m’empêcher. Voilà une addiction au moins qui n’est pas mortelle. Je vous rassure, cela ne m’empêchera pas d’acheter l’original et la BD qui va avec. Je vous le dis tout de go cet album est un délice. La musique, les mots de MURAT, la voix de Morgane, constituent un ravissement. Morgane me confie que sur les 13 titres : « Six ont été écrits par MURAT ».

L’album ouvre sur cette douce musique …

« Léo » ? C’est l’histoire d’un petit garçon solitaire. Il est curieux du monde qui l’entoure. Il n’a qu’une oreille. Cela ne l’empêche d’entendre les bruits de la forêt où il vit. « Léo marche jusqu’à l’aube » (…) Il « se promène en « nuit noire » et au bout du compte : Il « n’a plus peur ».

Dans les colonnes du journal « La Montagne » du 11 octobre 2015 Morgane IMBEAUD nous conte « Léo » et ses rêves …

morgane1

J’aurais pu m’arrêter là mais j’ai voulu en savoir plus. Moi le « quidam » via le net, je suis allé frapper à la porte de Morgane. Ce que faisant, dans un coin de ma tête je pensais à son papa : Philippe IMBEAUD saltimbanque qui en son temps (1981) nous chantait « La petite fille » (…) « Les heures de lycée » et « La vieille maîtresse »

IMBEAUD

Désireux avant tout de ne pas importuner, conscient de la chance inouïe que j’avais, à Morgane je n’ai posé qu’une seule question : « Le papa est fier de sa fille, je l’imagine … que vous a apporté ce papa qui était chanteur, qui vendait des 45 tours, qui fredonnait des belles chansons en Français, qui les écrivait et s’accompagnait à la guitare ? ». La réponse la voici : « Ce que mon père m’a apporté … C’est une bonne question ! En fait c’est un tout, j’ai un papa musicien, une grand mère qui était violoniste et une mère passionnée donc ils m ont tous inspiré je dois dire. J’ai forcément été influencée par mon père et j’ai hérité de son caractère car il fait toujours énormément de choses,  pense que rien n’est impossible et j’aime cet élan qu’ il m a transmis. J’ai été très influencée par ma mère aussi qui m’a toujours encouragée, poussée à aller au delà de mes limites. Elle m’a transmis sa profonde sensibilité. Elle m’a poussé à avoir confiance en moi, ce qui reste un exercice difficile mais que j’ ai appris à dépasser avec le temps en grandissant. Jean Louis m’a également dernièrement beaucoup appris à ce sujet. Il m’a appris à oser, sans faire attention aux regards et dires d’autrui ».

Il ne me restait plus qu’à obtenir l’avis du papa … Ce n’était pas la chose la moins aisée à mon sens. En définitive tout s’est fait dans la simplicité.

En père  et grand-père que je suis aussi, j’imagine le bonheur de ce papa à voir sa fille porter un projet tel que « Les songes de Léo »!  Par le truchement du net, à ce père  j’ose demander : « Quels sont les sentiments d’un papa lorsque sa fille vous concocte un tel délice que « Les songes de Léo » ??? Bien sur il y a eu « Cocoon » et le succès qu’on connaît mais là c’est un retour vers l’enfance et pour un papa ça doit être spécial non ???  Voici sa réponse : « Je ne sais pas vraiment par quoi commencer, car la question est pour moi réductrice. Il m’est difficile de faire la part des choses entre ce qui appartient à l’intime et difficilement partageable et ce qui fait partie de ce qui peut être dit.   Bien sur je suis très fier de ce qu’elle a produit sur « Léo », mais « Léo » fait tellement parti d’un cheminement individuel et d’un parcours presque (initiatique) qu’il m’est difficile d’en parler sans l’intégrer à un tout. Je connais les morceaux et l’histoire depuis le début et l’origine. Je connais MURAT depuis 1979, quand il a monté « CLARA » avec d’autres personnes comme Alain BONNEFONT qui l’a suivi sur beaucoup de ses albums par la suite. Pour moi, le fait qu’elle ait enregistré avec Jean Louis et ce, dés « Charles et Léo » me donne l’impression que la boucle était bouclée.  Son aventure avec Mark DAUMAIL et la création de « COCOON » lui a permis de grandir vite dans ce milieu, et de connaître le succès rapidement. Le départ pour Paris fut pour moi la première rupture de l’enfant vers le monde adulte. Le tour du monde, les passages à »l’Olympia », au « Casino de Paris », « Les Francos », « Les vieilles charrues », tous ces moments que j’ai partagé de prés ou de loin, son retour sur Clermont, puis les collaborations avec Danyel DARC, les voix sur « L’homme à tête de chou » avec BASHUNG, puis un concert avec  Arthur H sur ce même projet. Tous ces moments ont été et sont gravés dans ma mémoire. La création de « PEAKS » sa collaboration avec Yannick DEMAISON, et le demi échec  qu’il a représenté en terme de retombée médiatique ont été un peu difficiles à vivre. Elle a su rebondir avec « Léo« . Aujourd’hui, c’est une forme d’aboutissement dans son parcours que la création de ce projet. Je ne savais pas du tout où elle allait, mais elle est déterminée, et elle a su au travers de l’adversité concrétiser ses rêves et se battre pour qu’ils existent. J’ai pu assister à l’opéra de Clermont à la naissance de « Léo » devant son public. Je me souviens m’être assis profondément dans mon fauteuil. Je me suis dit oublie que c’est ta fille, et laisse toi porter. Dès le départ, j’ai été scotché, par le concept et l’originalité de la mise en scène, l’émotion qui se dégage de ce spectacle. Je ne sais pas quelle vie aura « Léo » dans le futur. Le temps le dira. Il fallait qu’elle le fasse, comme une urgence, comme un passage, une acceptation d’autres choses pour continuer de grandir. Je ne peux pas vous en dire beaucoup plus. ».

Inutile d’en dire davantage. Vous avez tout dit et plus encore. Vous avez évoqué des grands « BASHUNG – DARC – MURAT … » mais êtes resté un papa. Une fille c’est la plus belle chose qu’on puisse avoir …  J’ai lu puis relu et re relu votre réponse. J’en reste scotché mais alors pour de vrai ! Lorsqu’on est père on voudrait que la petite fille que l’on a porté sur ses épaules reste une petite fille comme ceci …

morgane et son papa

Déjà là, on reconnaît la gamine décidée, qui sait ce qu’elle veut, cabocharde (?) tête de bourrique (?) mais tellement attachante. Eh oui, Morgane sait ce qu’elle veut. Evoquant « Léo » pour le magazine gratuit « KULTURO » elle déclare : « Je voulais faire mon truc à moi » puis de poursuivre : « Si je me plante j’assume ». Je regarde cette petite fille installée sur les épaules de son père et je me dis que tout « Léo » est déjà là !

« Les songes de Léo » c’est notre vie à tous. Ce sont nos rêves, nos espoirs. C’est vouloir rester un enfant le plus longtemps possible. Pour cela il faut que les adultes soient là à vous aimer … Morgane à la chance d’avoir une famille à l’écoute mais sachant lui « lâcher la bride » … La petite fille sait ce qu’elle veut … Elle n’en est que plus belle à mes yeux ! Je vais finir par me demander de qui je suis amoureux : de « Léo » ou de Morgane ??? N’y voyez pas de vil sentiment, le vieil homme que je suis a gardé un cœur d’enfant.

Il ne saurait en être autrement, c’est à Monsieur Jean-Louis MURAT que je vais donner le dernier mot lui qui préface la bande dessinée « Les songes de Léo » en ces termes …

JLM IMBEAUD

Pour Morgane, le « Berger de Chamablanc » a les yeux d’un père … Il me tarde d’être au 6 novembre et d’avoir l’album entre les mains pour y découvrir les mots d’enfant que MURAT rêvait toujours d’écrire !

MORGANE ET JEAN LOUIS

L’album sort demain et la B.D. le 13 novembre 2015 …

les songes de léo 3

***

 

  

 

Publié dans : ||le 5 novembre, 2015 |4 Commentaires »

4 Commentaires Commenter.

  1. le 5 novembre, 2015 à 22:59 Muse écrit:

    Merci Didier pour cette très belle page sur le projet musical de Morgane Imbeaud. Tu me donnes encore plus envie d’acheter le disque. Justement, j’en parlais ce soir à une de mes élèves qui est instit, en lui disant que ce serait peut-être une oeuvre à travailler avec ses élèves et porteuse de réflexions, de débats dans sa classe.
    Je suis d’accord avec JLM pour dire que le projet semble être un révélateur pour la jeune chanteuse et je trouve ça très bien. Elle sait s’accomplir à elle-même, ce qui montre une belle maturité et une belle énergie, en lien avec la bonne éducation reçue chez elle de son papa et sa maman.
    Et je trouve tout comme toi que c’est magnifique quand une telle chose se produit. Tout parent rêve de cela pour son enfant.

    Puisse ce projet porter la jeune femme encore plus loin dans cet accomplissement et dans la joie…
    C’est ce qu’on peut lui souhaiter.

    Bises, Didier!
    Et merci pour ce partage.

    Répondre

  2. le 5 novembre, 2015 à 23:12 didierlebras écrit:

    Salut Muse,
    je ne demandais rien ou si peu … voilà que MORGANE m’a ouvert ses bras … et le papa son cœur ! Cela a été un plaisir que de rédiger cette page et de la donner à lire …
    Bises ma grande … mais effectivement donner le sujet à ses élèves : voilà une bonne idée. D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  3. le 6 novembre, 2015 à 14:07 Muse écrit:

    Coucou Didier

    Tu as eu l’audace de les contacter.
    Et ta gentillesse a payé. Je m’en réjouis beaucoup pour toi.

    J’aime beaucoup le morceau introductif piano qui me rappelle un peu les oeuvres néo-classiques de Dustin O’Halloran dont j’aime énormément le travail et les disques.

    J’aime beaucoup traiter les oeuvres musicales avec les enfants. Cette année, je travaille avec mes plus jeunes élèves sur le conte musical Yvonne et Toinou d’Anne Sylvestre. Construit autour d’une légende bourguignonne de ma ville de naissance, le conte traite de deux enfants qui découvrent une source mystérieuse lors d’un énorme orage, d’un monstre basilic, d’intempéries, d’amour, de courage, de lutte, de nature. Des thèmes faciles à aborder avec des enfants et qui généralement leur parlent.
    Je ne sais si Sabrina (mon élève adulte) sera inspirée par les songes de Léo. Mais je trouve que l’histoire, les thèmes abordés par Morgane se prêtent vraiment à un développement à la fois pictural, littéraire et leçons de choses avec les enfants.
    Et puis il peut y avoir plein de rencontres avec l’illustrateur également dans un salon du Livre. C’est une ouverture bien sympathique pour les petits.

    Répondre

  4. le 6 novembre, 2015 à 14:54 LE BRAS Didier écrit:

    Salut Muse
    J’ai transmis à Morgane ton témoignage.
    Ici pluie.
    Bises.
    D

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1