- 115 vingt trois – Vous aimez Jean-Louis MURAT ? … Si oui, pourquoi ? … Dites le moi … (suite) …

Le cap des 500 témoignages passé, c’est avec plaisir que j’ouvre une page nouvelle avec une personne que j’apprécie beaucoup pour son élégance, sa discrétion, sa distinction … Une page nouvelle ? Ce sont d’autres univers qui m’attendent et s’ouvrent à moi … Pour le cas qui vient, je dois reconnaître que je suis servi : Madame a la classe je vous assure. Elle est l’amie de Jean-Louis qui le lui rend bien.

504 – Nelly R …

nelly r

Voici ce que m’écrit la belle Bretonne : « Parler de Murat ne m’est pas naturel. Je préfère l’écouter« . Comme cela est bien dit et tellement scellé du coin du bon sens. Puis Nelly de poursuivre : « Ce que je fais depuis la fin des années 80… Depuis « Cheyenn Autumn ». Pourquoi celui-là ? Le nom de MURAT sur le boîtier, artiste que j’avais déjà entendu sur ma radio préférée sans pour autant acheter sa musique ? Ou, comme l’a déjà écrit un Muratien, ce regard d’une infinie tristesse dans laquelle je n’avais aucun mal à me perdre ? Un petit plaisir dans ce monde turbulent qu’était devenu le mien ? Je ne sais …  J’ai longtemps pensé que c’était le hasard mais non; « il n’est pas de hasard, il est des rendez-vous » comme l’a écrit le poète et joliment chanté DAHO … Et là, à la première écoute, ce fut une grande révélation, je fus d’emblée absorbée par l’atmosphère musicale … Les mots, la voix, les musiques, tout me parlait … ». Nelly de conclure : « Je ne dirai rien de la qualité d’artiste que Jean-Louis nous offre depuis des décennies. D’autres l’ont fait avant moi et très bien fait, ici ou ailleurs. Et tout a commencé ! Et tout continue ! Longtemps, je me suis contentée d’écouter Jean-Louis MURAT en solo chez moi, dans ma voiture. (Pas grand monde dans mon entourage pour le partager avec moi, ce qui ne m’a aucunement découragée !) Et toujours avec le même bonheur ! Je guettais les sorties d’albums; nul besoin d’écoute préliminaire ; je savais que le nouveau serait différent du (des) précédent(s) et que peu à peu il contribuerait lui aussi à compléter le puzzle de son langage musical. Pour moi, c’est ça, la musique de Jean-Louis : une atmosphère, un « dialogue personnel »; je choisis d’écouter un album en fonction de mon humeur, de mon activité, de la météo … Je ne suis jamais déçue ! Mon 1er concert fut à Lorient sur la tournée « Mustango ». Sur scène, Jean-Louis était nimbé de fumigènes; ça aussi, ça m’a bien plu, l’homme s’effaçait derrière l’artiste. Il gardait tout son mystère ! Il se trouve que depuis 2010, en partie suite à une carte blanche à la FNAC de Rennes, la relation s’est modifiée et telle Alice, « je me suis retrouvée de l’autre côté du miroir » … Mais là, c’est une autre histoire qu’il me parait encore moins naturel d’évoquer ici … ! ». Merci Nelly de ce beau témoignage que j’attendais depuis longtemps. J’ai bien fait d’attendre.

***

505 – Luka PHILIPSEN …

luka philipsen

Belle gueule, notre Lillois aime KEREN ANN et Jean-Louis MURAT. Il l’explique ainsi : « J’aime sa poésie sa sensibilité, c’est un vrai artiste« .  Quant tout est dit … point trop n’en faut.  Merci à vous ami du Nord …

***

506  – Yolaine OMESSA …

YOLAINE OMESSA

Beau témoignage que celui de Yolaine, Auvergnate pure souche, sa famille résidant Le Queureuilh … qui me confie : « J’aime MURAT parce qu’il chante l’Auvergne de mon enfance, celle où petite fille je passais mes étés jamais loin des jupes de ma grand-mère… Pour la mélancolie rupestre, les inspirations folks… Pour l’insolence, les audaces, la plume humaniste, le ton libertaire en résistance à l’enlisement … Parce qu’il me donne l’envie de croire en un monde meilleur où les hommes seraient capables d’aimer…  ». Je n’ai jamais été en Auvergne, il est possible voire probable  que jamais je ne n’y mette les pieds … c’est grâce a des gens comme vous Yolaine, grâce à la plume de Jean-Louis que j’aime ce pays inconnu.     

***

507 – Amélie CHANET …

amélie chanet

Beau visage, sourire malin, de l’élégance à revendre, c’est Amélie qui sur le vif me dit l’estime qu’elle porte à MURAT et les raisons de cela : « Son insolence son côté inclassable la beauté de ses textes sa voix forcément … Bref MURAT, une figure singulière hors système. C’est un tout pas facile à chaud d’en écrire davantage … Je ne connais pas l’intégralité de ses albums … Mais merci papa maman de me l’avoir fait connaître« . C’est tellement vrai Amélie que je veux absolument connaître ce papa et cette maman qui ont eu le bon goût de vous donner à aimer MURAT.  

***

508 - Cat DELACOUR …

Cat delacour

Je ne sais rien d’elle. Mais après tout, il n’est de plus bel habit pour  une femme que le mystère. Elle aime MURAT et me le dit avec des mots d’une grande justesse : « MURAT … Un climat qu’instaure immédiatement cette voix au phrasé si particulier, qui insupporte certains … Cette voix où la sensualité le dispute à la mélancolie,  une sorte d’arrogance nonchalante qui ne manque pas de panache ni de mordant. Qualité littéraire des textes d’une poésie pure, musique riche, contemplative et/ou rythmée, où chaque album distille son propre univers. Je suis épatée par la créativité de Jean-Louis MURAT le prolifique ! Que dire d’autre ? Sa belle gueule fatiguée ? Ses propos souvent amers, d’une lucidité tranchante ? Voilà bien des raisons d’aimer cet Auvergnat génial, mal-aimable et entier ». Merci à vous Madame, votre témoignage dénote une connaissance fine de l’univers « Muratien »

***

509 - Pascal JUSSY …

pascal jussy

Il est Belge et m’assure aimer Jean-Louis MURAT vu deux fois en concert à Bruxelles, il y a trop longtemps selon lui. A la question : « Pourquoi ? » Pascal me donne trois raisons : « Sa délicatesse, sa poésie, son rock … ». Point de besoin de long discours lorsque l’on aime le talent d’un artiste. Merci à vous Pascal.

***

510 – Denys CHON …

dENYS CHON

Des airs volontairement rebelles je présume pour des propos apaisés et apaisants, je vous invite à lire ce que me confie le jeune homme sur sa relation avec le chanteur Jean-Louis MURAT : «  J’ai découvert MURAT par le plus pur des hasards… Je fréquentais régulièrement les médiathèques en quête de nouveautés musicales. J’ai toujours aimé l’idée de se laisser séduire par une pochette, un nom, un « ressenti » sans jamais avoir écouté avant et d’avoir justement le sentiment d’être le premier à découvrir … Très orienté chanson francophone, il m’arrivait souvent de passer devant les disques de MURAT sans pour autant avoir envie de franchir le cap, je ne connaissais rien du personnage et ses chansons m’étaient alors inconnues (j’avais tout juste 20 ans) jusqu’au jour où je suis tombé sur la pochette de l’album « Mockba » qui m’a de suite interpellé. Je me suis installé dans le coin réservé à l’écoute dans la médiathèque, j’ai glissé le cd dans la platine et là j’ai reçu comme un choc. Même sans avoir d’avis préalable je ne m’attendais à rien de tel… Le disque s’ouvre avec « la fille du capitaine » titre qui m’a immédiatement embarqué par son tempo lent et par la fausse douceur un brin nonchalante de Jean-Louis MURAT, j’ai embarqué le cd à la maison l’ai écouté en boucle et ai absolument accroché à l’ambiance et à l’univers. Après c’est le parcours classique, j’ai repris toute sa disco par ordre chronologique pour me faire un avis plus précis et hormis quelques exceptions je suis tombé d’accord avec ma première impression: ce gars là allait se placer tout en haut de mon panthéon d’artistes favoris (mais quand même derrière Brassens qui est et restera le maître) …

J’ai été le voir plusieurs fois en concert (St Brieuc, Morlaix, Nantes, St Malo, Caluire cherchez l’intrus…) avec à chaque fois un goût de reviens y… Le personnage et sa franchise me plaisent, son Auvergne chevillée au corps m’a donné l’impression de connaître cette région sur le bout des doigts alors que ce n’est pas le cas… En résumé « tout m’attire »; En tant qu’admirateur assez récent (seulement 10 ans d’écoutes actives, je ne fais pas le poids face aux cadors de la place), je dois avouer que parfois j’ai un peu de mal avec le début de sa discographie et les arrangements très 80′s qui ne m’ont jamais séduits … Ce que j’aime chez MURAT c’est le côté « mec normal » qui le samedi soir chante ses chansons et le lendemain va chercher son pain à la boulangerie (qui est foutue d’ailleurs). Un artisan« . Voilà un portrait qui me convient tout à fait et je vous en remercie. 

***

511  – Patrice JAUBERT …

P JAUBERT

Qui me confie : « J’ai découvert MURAT et écoutée ses titres à l’aube de ma vie amoureuse. Et depuis chaque tranche de vie m’a permis de faire des plus belle rencontres qui ont été accompagnées par les chansons de MURAT car sa poésie est unique, elle trouve les mots les plus poétiques pour décrire la sensualité et les sentiments mêlés que l’on ressent dans les plus belles et complices histoires d’amour. Douceur, érotisme, sentiments et romantisme sont la signature de MURAT et sont les piliers de l’amour ». Merci Patrice de la confiance témoignée.

***

512 – Maryline CARBONNEL DUBUS …

MARYLIN CARBONNEL DUBUS

Je ne sais rien d’elle, si ce n’est qu’elle aime les chiens et Jean-Louis MURAT. Voici ce qu’elle m’en dit : « J ai découvert  Jean Louis MURAT il y a plus de 20 ans . Depuis,  j’ attends avec impatience  la sortie de ces C.D. et je « guette » ces concerts dans la région ou j habite (à  proximité  de Montpellier).   J’adore son univers, ses textes, ses musiques. C’ est  un grand Monsieur« . Nous sommes sur la même longueur d’onde Maryline et je vous remercie de la confiance accordée.

***

513 – Romain Alvez MOREIRA …

romain alves moreira

Romain ? Un cas bien à part. Parisien, il est né de l’union d’un Allemand et d’une Portugaise (ou l’inverse) … Il est donc Européen. Il aime MURAT (c’est peu courant). Il l’a découvert avec « Regrets » et s’est passionné pour l’oeuvre de l’Auvergnat à l’occasion de la sortie de l’album « Toboggan » … Voilà qui ne court pas les rues. Il a un frère jumeau qui n’a pas les mêmes goûts que lui, il n’aime pas MURAT ou bien peu … Les goûts et les couleurs … Voici ce qu’il m’en dit : « MURAT ? Sa voix est unique : aiguë et grave en même temps ». J’espère que mon blog vous permettra d’en savoir davantage sur le « Berger de Chamablanc »

***

514 – VAN DEN BOSSCHE …

Ven Den Bossche

Il est Belge, demeure Bruxelles … Son nom porte à croire qu’il est champion cycliste … son physique laisse à penser qu’il est intellectuel … Ce n’est point une critique de ma part. Il aime MURAT et me le dit : « Oui j’aime Jean-Louis MURAT. Je possède pratiquement toute sa discographie en CD. Mon titre préféré : « Le train bleu ». J’aime tout simplement l’écouter selon mes envies. J’ai moi-même créé une compilation sur CD de ce qui représente pour moi son best of. En tout 5 CD tout de même. J’ajoute que je ne suis pas franchement un amateur de chanson française (surtout ce qui sort maintenant), mais qu’en revanche j’adore la musique anglaise et américaine des années 60 à maintenant. Jean-Louis MURAT est donc une exception, sans que je ne sache pourquoi« . Pas de réelle explication donc, mais qu’importe, voilà qui me va à ravir … Merci à vous ami Belge.

***

515 – Théodore BING …

theodore bing

Jeune, il aime MURAT et me le déclare tout de go : « J’aime MURAT, j’aime beaucoup MURAT même. C’est le seul artiste pour lequel je continue encore d’acheter chaque disque, au format physique (CD, ou vinyle pour le dernier). J’en achète  parfois d’autres artistes, mais lui c’est différent, je les achète à chaque sortie de disque. C’est comme s’il était connecté à une part de moi-même, la part de mon enfance, la part des champs, la part de ma campagne, la part de mes émotions, la part d’amour humaine. La part de calme. Et la part de folie aussi, de joie, d’allégresse et évidemment de poésie. J’ai découvert MUURAT sûrement à la télé dans mon enfance où je passais une partie de mon temps à regarder les chaînes musicales comme M6, MCM ou MTV (qui me sont devenues insupportables désormais). J’avais dû voir le clip avec Mylène FARMER et également, surtout, Le cri du papillon, que je ne comprenais pas, et qui à l’époque ne me plaisait pas tant que ça. Trop enjouée, trop naïve musicalement peut-être, avec les cris de CAMILLE derrière. Mais qui m’intriguait quand même, c’était étrange. Ça changeait de ce que je voyais d’habitude. J’ai peut-être entendu quelques chansons chez un de mes oncles qui faisait de la chanson française dans le genre un peu Dominique A, mais plus rock, toujours aux mots choisis, comme MURAT. J’ai peut-être vu les passages TV de Murat le provocateur, peut-être qu’ils m’ont intrigué. Et un jour, bien plus tard, j’ai dû entendre parler de lui à la radio ou dans un magazine. C’était au moment de la sortie de Mockba. Et je me suis dit que j’avais l’impression d’avoir toujours aimé, d’avoir toujours eu envie d’en écouter plus, de découvrir le personnage. Alors j’ai acheté Mockba. C’est le premier album que j’ai écouté… J’ai eu un peu de mal, car je traversais une période difficile et je trouvais les ambiances très sombres. Alors à chaque fois ça me rappelait à ma tristesse. Mais c’était très beau « en même temps » (comme le dirait un certain président élu). J’aimais énormément « La Bacchante », avec cette introduction et cet accompagnement de cordes frottées. Cette voix sensible. Je l’ai réécouté plusieurs fois, cet album, jusqu’à me former l’oreille à cet univers étrange. Puis un jour, bien plus tard, j’avais un peu mis de côté Mockba, est sorti Taormina et son rock « Caillou ». J’étais descendu l’acheter à la Fnac Montpellier où j’habitais à l’époque, et j’étais heureux de cet album, je m’en suis épris, j’en ai fait mon ami de ces temps de solitude et de cheminement (j’étais loin des miens, seul, et en pleine recherche du sens de ma vie, de la vie). Je ne l’ai plus jamais lâché ensuite, j’ai découvert les albums précédents, et surtout le mystique Lilith que j’ai écouté en boucle, dont j’ai appris la musique et les paroles, que j’ai jouées seul dans mon appartement parisien ensuite. Et ces mots et ces mélodies ont accompagné ma rencontre avec ma compagne, à qui je chantais « La maladie d’amour » notamment. Murat a été important pour moi, même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui, même si le premier concert que j’avais vu de lui à Paris m’avait déçu (c’était au Bataclan je crois…). Je l’ai découvert dans ses contradictions. J’ai appris à mieux le connaître. Et j’ai été transcendé, oui transcendé, comme lui semble l’être parfois, à ses trois derniers concerts que j’ai vus, à chaque fois différents, au New Morning (le top), au Palace ou à la Maroquinerie! J’ai écouté « Le cours ordinaire des choses » quand je travaillais pour une boite de gestion financière et ça me faisait du bien, car ce n’est pas mon monde, ce monde bleu/gris terne, où l’on me payait un smic pour faire un travail d’assistant administratif, et que je réservais des hélicos pour que ce beau monde aille à Monaco parler contrats et placements … J’ai continué à écouter tout le reste. Et j’ai aimé. Bref, MURAT, c’est ma bouffée d’air frais dans ce monde pollué. C’est ma musique. J’aime et j’aimerai. Et j’en redemande. J’attends le prochain album avec impatience ».  Grand merci jeune homme …

***

516 - Didier VAN INNIS …

didier van innis

Il est Belge, région de Bruxelles et me confie aimer MURAT par ces quelques mots : « Me rappelle Jack KEROUAC et … a une voix fabuleuse« . Voilà qui me comble d’aise !

***

Publié dans : ||le 3 avril, 2017 |2 Commentaires »

2 Commentaires Commenter.

  1. le 7 avril, 2017 à 11:00 Traum écrit:

    Bravo et merci à toi, Didier, pour tout ce que tu accomplis autour de l’œuvre de Jean-Louis !
    Ce travail permet la découverte, le partage…. et force le respect !!

    Répondre

  2. le 10 avril, 2017 à 21:57 didierlebras écrit:

    Merci belle Dame !
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1