- 115 onze – Vous aimez Jean-Louis MURAT ? Pourquoi ? Dites le moi … (suite) …

Le succès de cette page est indéniable.  Je voulais vous donner la parole. Les visites journalières sont en hausse croissante. Je vous remercie de votre confiance. Je n’ai d’autre objectif que de donner à aimer MURAT

182 - Olivier ROCKEN …

olivier rocken

Qui sur mon blog a eu la délicatesse de laisser ce message : « MURAT est un amoureux des belles lettres, amateur  de phrases pas toujours accessibles, et c’est tant mieux ! ».

 ***

183 – Bruno BENICHOU …

BRUNO BENICHOU

Qui ce soir m’écrit longuement : « J’aime  Jean-Louis MURAT depuis son premier album. Depuis « Cheyenne Autumn ». A l’époque, on entendait beaucoup « L’ange déchu  » à la radio, et d’autres titres comme « Le garçon qui maudit les filles » qui m’avaient intrigué. J’ai été immédiatement séduit par sa voix, la simplicité des mélodies, le côté brutal et aérien des paroles. Les hennissements, le souffle du vent que l’on percevait dans ses chansons l’emportaient loin. Ses chansons avaient le goût de la terre qui pour moi était inconnu jusqu’alors … J’avais lu une longue interview de lui dans un magazine  de l’époque, ce qui a achevé de me conquérir. J’étais très flatté d’aimer quelqu’un qui semblait avoir les faveurs d’une presse intello qui semble t il l’a lâché depuis. Moi non. J’ai acheté tous ses albums. Vibré à chaque fois . Davantage sur certains : « Mustango », « Lilith », « Le Moujik et sa femme ». J’ai carrément fait une overdose de « Mockba » et de « 1829″, ses deux albums les plus parfaits , aboutis jusqu’à l’impensable, enivrants à chaque écoute. Flirtant avec la poésie, la grâce et la pureté comme jamais auparavant . Des albums qui depuis m’ont convaincu que MURAT était bel et bien le plus grand actuellement. Le plus vivace . Ses mélodies, sa richesse musicale m’esquintent quasiment à chaque fois. Il n’a failli à mes yeux qu’une fois: pour « Grand Lièvre ». Et encore, dans un tel contexte, je me dis que c’est peut être moi qui ait failli … ».

Quel beau témoignage, qui recèle une vraie culture musicale. Je suis content MURAT me permet de côtoyer des « gens biens ».  

***

184 – Emmanuel DANNER …
.
EMMANUEL DANNER
.

La casquette bien vissée sur la tête, 50 ans, chauffeur routier, demeurant la région d’Orléans voici ce que m’écrit Emmanuel : « Je suis un Routier et roulant le soir j’écoutais Bernard LENOIR sur France Inter; Il y avait les « Blacks sessions » avec MURAT qui passaient pour notre Bonheur à tous ! J’ai ainsi découvert Silvain VANOT, Arman MELIES ! Ils sont de la même école ».  Emmanuel poursuit « Avec José Arthur en suivant ! Le Pop Club ! ». Eh oui, que de souvenirs … Je glisse le nom de FOULQUIER et je déclenche  un : « Whaou, paix à son âme ! Un grand Homme ! La Radio était vraiment service Public à cette époque ! ». Avec des mots simples Emmanuel à tout dit. Je lui demande ce qu’il aime chez MURAT il me répond : « Le côté revendication  de l’Auvergne «  et y ajoute : « C’est un grand poète qui se fout du Business, un hyper productif apparemment !« . Je l’interroge sur les titres qu’il préfère et lui de me confier : « Un des titre qui me laisse toujours en frisson : « Cheyenne autumn » … Je fond comme une midinette ! Et puis  »L’Ephémère » sur l’album d’après … et enfin  »L’infidèle » … C’est difficile car tout est sublime avec MURAT … ». Emmanuel m’indique n’avoir jamais vu MURAT en concert. C’est un de ses regrets. Il en profite pour me révéler que l’un de ses rêves est : « D’aller au col de la Croix Morand » . Ensemble nous parlons de la radio dont MURAT est aujourd’hui exclu. Emmanuel a les mots justes lorsque, évoquant MURAT il précise : « Il dit trop ce qu’il pense ça doit faire peur à ces abrutis ! Les gens de la trempe à LENOIR ou FOULQUIER c’était autre chose ». Oh que oui ! Voilà je suis content, je me suis fait un « ami » quelqu’un de vrai, sans chichi … Je suis sur que la nuit dans on camion je l’appellerai de temps en temps, je lui ferai écouter quelques inédits … Salut à Toi Emmanuel !

.

***

.

185 – Thierry MANGINI …

.

thierry mangini

.

Homme de spectacle, imitateur Thierry m’écrit : « MURAT est un rebelle,  c’est sans aucun doute ce qui me plaît en lui ! ». Moi aussi …

.

***

.

186 - Dalila EHRHARDT …

.

dalila Ehrhardt

.

Qui me confie : « Oui j’aime Jean Louis MURAT. Pourquoi ?  Ca s’explique pas je crois ! La voix,  les chansons et peut être parce qu’ il n’est pas comme tout le monde … Enfin,  j’adore surtout les  premiers albums ». 

.

***

.

187 – Yves SICLET …

.

yves siclet

.

Qui me confie : «  Je viens de la terre, celle que les stoïciens sous leur porche, abandonnent souvent pour laisser place à d’interminables discussions plus ou moins stériles. Quant à moi, je jette l’orange vers l’estomac et je lis énormément, pour le moment ».

.

***

.

188 – Lionel LACHAISE …

.

lionel lachaise

.

Regard franc, beau sourire, en ce dernier jour de l’An 2015, Lionel me répond : « Depuis fin des années 80 j’ aime Jean louis MURAT. Ce qui m a attiré au début c’est sa voix envoûtante et la qualité de ses textes. Le duo avec Mylène FARMER a été pour moi  l’occasion de découvrir cette artiste.  De plus, c’est quelqu’un qui dit ce qu’il pense. Il est  anti show-biz et cela m’a séduit également. Étant jeune, fan de GOLDMAN,  j ai retrouvé en mieux et  en différent un complément avec MURAT. Au fil des années, comme le bon vin il se bonifie avec le temps. Je le dis d’autant plus aisément que je suis caviste de profession ». Grand merci Lionel et meilleurs vœux à toi.

.

***

.

189 – Xavier DE LA MUSIQUE …

.

XAVIER DE LA MUSIQUE

.

Monsieur a de l’humour et de la répartie. Âgé de 54 ans, originaire du Périgord, de mère Marseillaise, il travaille au Québec depuis bien des années. Il connaît le blog que je consacre à MURAT. Le « berger de Chamablanc » il l’a surtout connu et apprécié au début de sa carrière. Voici ce qu’il m’en dit : « De belles chansons Jean-Louis  MURAT ... » Puis d’ajouter : « Seul bémol sur ce chanteur (auvergnat) … vraiment pas un rigolo du tout … plutôt taciturne ». Nous avons parlé du pays … Je l’ai nommé correspondant au Québec de la cause Muratienne, et désigné comme mon représentant au pays de l’érable. Depuis le temps que je cherchais à entrer en contact avec un admirateur de Jean-Louis résidant dans la belle Province  où coule le Saint Laurent. Cette rencontre fait de moi quelqu’un d’heureux pour le reste de la journée.

.

***

.

190 – JOHEL RO …

.

johel Ro

.

Comme son avatar le laisse présager JOHEL RO est amoureux de la montagne, de la nature et des beaux paysages. A ce titre elle ne pouvait qu’aimer l’Auvergne et MURAT le chantre de ce beau pays. C’est ce qu’elle m’explique en ce dernier jour de l’année : « Difficile d’évoquer le pourquoi de mon attachement  aux mélodies de MURAT.  Celles-ci sont venues à moi par l’Auvergne et la découverte des lacs de la Godivelle à 14 ans ! Quelques années plus tard, j’ai eu envie d’ écouter l’album «  Murat 82-84  » et là, ce fut une révélation ! MURAT allait désormais m’accompagner par ses chansons (voix, musiques et bruits typiquement « muratiens »).  Jean Louis MURAT sait relier l’intime, les sentiments à son territoire fait de terre, de genêts et de brouillard. Ce qui me plait dans sa musique, c’est que la vie, les émotions, les souffrances sont transcendés par les lieux, la nature et les éléments ! Pour moi, chaque chanson de MURAT est un territoire mouvant où chacun de nous peut puiser de l’énergie (le rythme de certaines mélodies y aide) ».  Quel beau témoignage que celui de JOHEL. Les mots sont sensibles et sincères, ils coulent de source. C’était probablement le dernier témoignage recueilli en cette année 2015.  Grand merci à toi JOHEL de la confiance accordée

.

***

191  – Thierry FOURNIOL …

.

THIERRY FOURNIOL

.

Qui m’écrit : « Oh oui, j’adore Jean-Louis BERGHEAUD dit MURAT.  Je l’ai vu deux fois en concert. « Mousse noire » et « Aimer » sont parmi mes chansons préférées. Et bien sûr le « Col de la croix Morand« . Merci à toi Thierry …

.

***

.

192 – Stéphane CALMEN …

.

s calmen

.

Il travaille à la base spatiale de KOUROU et c’est de Guyanne qu’il m’envoie ce petit mot : « Difficile de dire pourquoi j’aime cet artiste … Question de sensibilité. Et j’aime aussi ce personnage non consensuel, quoique parfois un tout petit peu excessif dans ses propos, mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime. Textes magnifiques, mélodies, voix. Il n’est pas reconnu à sa juste valeur d’auteur mais je pense que ça doit lui convenir comme ça … En évitant certaines compromissions. Je pense qu’il n’est quasiment pas connu ici ». Merci Stéphane ! En cette année 2016 je te souhaite le meilleur …  De Kourou Stéphane nous adresse cette carte postale ainsi que ses vœux …

.

s calmen 1

.

***

.

193 – Freddy PETIT …

.

Freddy petit

.

Une belle gueule, auteur compositeur, il n’est pas exclu que je lui consacre une page de mon blog un jour (s’il le veut bien). Il aime MURAT et me le dit tout de go : « MURAT c’est de la grande poésie. Il y a très, très peu d’auteurs compositeurs de cette trempe ». On est d’accord jeune homme. Voilà un avis qui me comble d’aise et me conforte dans mes certitudes.

.

***

.

194 – Jacques …

.

Par modestie sans doute, Jacques préfère garder l’anonymat. Ce soir sur mon blog il m’envoie un petit mot de remerciement pour le travail effectué. J’y suis sensible d’autant plus qu’il agrémente son compliment de propos concernant MURAT. Avec son accord je n’ai pas hésité un seul instant à les reproduire sur cette page. Je cite donc : « Auvergnat d’origine (63 tendance Forez), Lyonnais d’adoption (j’étais au Transbordeur le 23/12/93, premier live avec Sylvain VANOT en première partie et une reprise en duo de Neil YOUNG » (…)  »Muratien dans l’âme donc. A peu près sûr de l’avoir vu à chaque tournée, et même dans le public, lors d’un concert de « SWELL » (pour ceux qui savent) dans une salle qui n’existe plus, peu avant la sortie de Mustango  ».  Cette fidélité indéfectible est pour moi le meilleur des hommages. Il n’est pas besoin de mots pour le dire.

.

***

.

195 – Ariane PINGEOT …

.

ariane pingeot

.

Qui m’écrit : « Oui j’aime Jean Louis MURAT«  (…) Et de préciser : « J’ai une culture plutôt rock mais avant tout basée sur la poésie et le hors norme, en gros l’anticonformisme. Donc ses chansons me parlent et s’inscrivent parfaitement dans mon univers musical actuel. J’avoue l’ avoir découvert à travers Éric qui comme moi aime Noir Désir, Ferré … ».

.

***

.

196 – Brice PILARD …

.

brice pilard

.

Ceux qui aiment MURAT viennent d’horizons musicaux variés, y compris du métal. Voici ce que m’écrit Brice : « Fan depuis « Cheyenne Autumn », je devais avoir 16 ans, et  j’écoutais surtout du métal à l’époque. Sa voix, ses mots justes m’ont parlé directement, sur ma vision de la vie sentimentale, mes rapports à l’autre. Il m’a aussi fait aussi découvrir Leonard Cohen. Je dois à Jean-Louis MURAT une grande partie de ma culture musicale et poétique. Je n’ai pas été 100% fidèle (les albums qui ont suivi le « Moujik » m’ont un peu perdu) mais depuis « Babel » je le redécouvre et réécoute en boucle« . Bravo Brice de ce retour aux sources « Babel » étant effectivement un superbe album …

 .

***

.

197 – Luce DE VALENCIENNE …

.

Luce de Valancienne

.

Qui me dit aimer le « Berger de Chamablanc » et m’explique les raisons en ces termes : « Troubadour : poésie et lyrisme assumés, en harmonie avec des paysages sonores ciselés, profondeur de la voixsensualité de l’ensemble … Et puis quelle indépendance d’esprit, une vie dans laquelle, je pense, le rapport à la nature, aux animaux, aux paysages est premier … ce que j’estime profondément pour les valeurs que cela implique. Voilà ! ». Fermez le banc, il n’y a rien à ajouter …

.

***

.

198 – Nicole CUTULLIC …

.

nicole cutullic

.

Qui ce, sur mon blog dépose ce commentaire : « Pas une journée ne passe sans l’écoute de Jean-Louis Murat ». Evoquant les chansons de l’Auvergnat elle écrit : « Toutes ces magnifiques chansons et musiques qui donnent un sens à la vie ! ».

Le 8 mars 2016 Nicole m’adresse un complément de texte : « C’est un client du bar que j’ai tenu pendant 22 ans qui m’a fait découvrir Jean-Louis MURAT. Les chansons à textes ainsi que les musiques qui les accompagnent et bien sur la voix de MURAT sont une jouissance pour les oreilles ! Tout comme les écrivains des gens de la terre tels : MICHELET, SIGNOL etc …qui vous décrivent également la beauté, la dureté mais aussi l’authenticité de ces endroits éloignés des grandes villes ! ».

.

 

***

.

199 – Marcel SIMONNEAU …

.

marcel simonneau

.

En cette soirée du 4 janvier 2016, sur mon Blog tombe un message surprenant, il est adressé à Jean-Louis MURAT lui-même. Je le reprends in extenso : « Bonsoir Jean-Louis ! ». Mon interlocuteur poursuit : « Tout d’abord, je vous présente tous mes voeux pour cette année 2016. De l’inspiration, toujours plus de fans, plein de concerts et surtout tout ce que vous souhaitez de meilleur pour votre vie … « . Puis Marcel d’expliquer dans quelles circonstances il a fait la rencontre de Jean-Louis BERGHEAUD :  » Voilà  comment je vous ai connu : dans les années 80, je vivais en Auvergne (ô nostalgie, je n’y suis plus !) et j’écrivais des paroles pour les chansons de mon ami Michel THIALLIER (9 titres dans différents albums) qui a beaucoup collaboré avec Denis Clavaizolle. L’arrangement de « Quand tu reviendras » (face A du 45 tours), notre première collaboration, a été fait par Denis qui figure sur la pochette … Un jour, Michel me dit un peu en ces termes : « Nous avons un auvergnat qui sort du lot ! ». Jamais entendu parlé auparavant ! Et là, je me suis de suite informé … J’ai découvert un artiste hors du commun qui me rappelait un peu les ambiances que Roda Gil mettait dans ses textes pour les chansons de Julien Clerc à ses débuts (du temps de « La petite sorcière malade », etc….). Ca n’était pas comparable mais ça me transportait de la même manière parce que c’était de la même verve et de la grande poésie comme j’aimerais savoir l’écrire. Voilà Jean-Louis, et depuis je suis resté fan de vous et de votre univers, et je suis fier de l’être parce que je connais aussi les ambiances des puys (c’est un plus…) et qu’ils me manquent depuis plus de 20 ans ». Marcel de joindre à son petit mot les liens internet qui donnent accès à ses poèmes et ses chansons. Puis de conclure : « Merci pour votre immense talent ! ».

.

Je résume : ce courrier est écrit par un poète, auteur de plusieurs chansons dont certaines ont été écrites pour Michel THIALLIER chanteur Auvergnat qui, en 1987 sort un 45 tours deux titres intitulé : « Quand tu reviendras » … dont j’ai retrouvé la pochette …

.

thiallier michel 1987

.

Laure BERGHEAUD sera rendue destinataire de ce mail, hommage à son époux Jean-Louis BERGHEAUD.

.

***

.

200 – Mikis ALESSANDRO …

.

IMG_20160105_014534_89

.

Belle rencontre que j’ai pu faire avec « Miguel » qui nous vient du Sud. Voilà ce qu’il me conte : « Ma rencontre avec Jean Louis MURAT » … « Un jour,  dans le début des 80′s, en écoutant chez un vieux monsieur des cassettes enregistrées par hasard j ai entendu une voix qui m a  marqué : MURAT ! criait un homme !  Et je ne comprenais pas ce que c était que ce mot : « MURAT » dans cette chanson sur cette cassette … j’étais jeune mais la voix m’avait plu.  Deux ou trois ans plus tard chez ce même Monsieur j’ai découvert sur une autre cassette le titre « Passions privés ». Et ce fut la révélation ! Depuis, j ai acheté tous les albums sortis dans le commerce, j’ai trouvé quelques titres inédits mais il m’ en manque des essentiels.

Depuis, j’ai toujours suivi l’artiste,  sa voix unique et ses textes finement ciselés sont sans équivalent dans toute la chanson Française selon moi. Mon seul regret : les circonstances de vie ont fait que je l’ ai raté cinq fois en concert. Cinq fois dans le pétrin au mauvais moment !

Quelques unes de mes chansons préférées : « En amour » …  magique avec Marie AUDIGIER  !  »Rendez vous » : j’adore la sensualité virile de la voix de Jean-Louis !  »Passions privées » :  la chanson qui m’a fait découvrir l’artiste unique et irremplaçable à mes yeux, dans lequel je me retrouve dans sa manière d’ exprimer ce qu’il veut sans se préoccuper des convenances et du qu’ en dira t on ? Depuis il ne me quitte plus  !  Et enfin,  ma préférée hors catégorie, ça fait quatre ans que je l’écoute en me réveillant plusieurs fois par semaine : la reprise de Louise FERON. C est vraiment ça : moi aussi,  je suis : « Tombé sous le charme » ! Je kif trop cette chanson aucun autre chanteur ne peut me donner envie comme Monsieur MURAT d’écouter des milliers de fois la même chanson en restant toujours : sous le charme ! ».

J’ai voulu en savoir plus sur mon interlocuteur : Il demeure Montpellier, il est professeur dans l’enseignement supérieur, il a 45 ans … Il m’écrit : « Quand j’ai découvert Jean-Louis MURAT j’avais 13 ou 14 ans, je n’avais pas de chaine hifi ou quoi que ce soit à part un walkman sony et mon voisin féru de musique, c’est lui le vieux monsieur, qui était sur une autre planète que moi car lui était passionné de musique et avait du matériel et énormément de vinyles puis de k7 puis après il a collectionné les CD … Il en avait les moyens ( pas ma famille). Il m’a fait découvrir Jean Louis MURAT en musique française un peu par hasard car j’avais l’autorisation d’écouter ses k7 dans sa chambre, puis ensuite Miles DAVIS …  là aussi révélation.. Grâce à lui qui s’était procuré les enregistrements de MURAT. Je ne lui ai pas demandé comment, j’ai apprécié l’éclectisme et ai toujours essayé de le conserver en matière musicale comme dans les autres matières ». Puis Mikis de s’excuser, ses étudiants l’attendent

.

C’était le 200ème de mes invités. Sans doute l’un des plus passionnés. De ceux que l’on n’entend jamais. Je suis fier de lui avoir donné la parole. Pour le remercier de sa passion, je me suis fait un plaisir en adressant l’intégralité des « Faces ». MURAT ça se partage avec le souci de ne pas léser l’artiste.

.

***

.

201 – Christian ROBERT …

.

christian robert

.

Historien de l’Auvergne, qui sur mon blog adresse un message à l’intention de Jean-Louis MURAT que je reprends ci-dessous in extenso : « J’ai beaucoup d’estime, depuis longtemps, pour ce que vous faites et pour votre personnalité indépendante totalement assumée. Je l’ai d’ailleurs évoqué dans une Histoire d’Auvergnat qui vous était consacrée il y a quelques temps. C’est la première fois que je vous adresse un message mais je ne peux faire autrement quand je vois, avec grand plaisir, que vous avez consacré un article à Jean MAUPOINT, homme de valeur s’il en est. Merci à vous ».

.

Christian ROBERT fait référence à un article (page 15 de ce Blog) évoquant l’Auvergne et les chansons de Jean-Louis MURAT. C’est moi qui fait référence à Jean MAUPONT chansonnier auteur de la chanson « La Tirretaine » une rivière souterraine qui traverse Clermont-Ferrand. 

.

christian robert 1

.

***

.

202 – Danielle MALAS …

.

denielle malas 1

.

Bel avatar Danielle et j’apprécie vos propos : « J’aime Jean-Louis MURAT pour les textes de ses chansons et aussi pour le personnage qui est souvent hors des sentiers battus du show- biz ! A sa manière, c’est un Indigné et j’aime çà ! ».

.

***

.

203  - Antoine QUEVAL …

.

antoine queval

.

Il est originaire de DIEPPE mais réside en région Parisienne. Il est fier d’être Normand. Il aime le hockey sur glace. Il aime aussi MURAT et me le dit : « Je suis plutôt pop rock indépendant mais j’ai trouvé chez Jean Louis MURAT une douceur poétique et une musique appropriée. MURAT est discret mais efficace ! ». Et Antoine d’ajouter : « C’est d ailleurs le seul français que je suis. Mes références étrangères sont The Cure / Bowie ou The Legendary pink dots« . Belles références en effet. Ah j’oubliais, Antoine est comme moi, il n’aime pas les « suce boules » !

.

***

.

204 – Gianni LUSI …

.

giani lusi

.

Il est Belge, il aime MURAT et me le dit : « Je suis Jean-Louis MURAT depuis pas mal d’années et ses albums sont toujours bons. Je l’ai vu l’année dernière à Liège et c’est toujours un réel plaisir … ». A la question « Qu’est-ce qui vous plait le plus chez lui ? » Gianni répond : « Son univers, sa musique, ses textes qui vous emportent dans les différentes contrées de France et d’ailleurs« .  Merci à Toi ami Belge.

.

***

A suivre …

http://didierlebras.unblog.fr/115-douze-vous-aimez-jean-louis-murat-pourquoi-dites-le-moi-suite/

 

***

Publié dans : ||le 26 décembre, 2015 |9 Commentaires »

9 Commentaires Commenter.

  1. le 27 décembre, 2015 à 23:32 Colette BLANC écrit:

    Bravo Bruno, pour ce beau témoignage

    Répondre

  2. le 28 décembre, 2015 à 0:14 didierlebras écrit:

    Merci à lui. Je lui dirai. Je ne sais pas s’il le recevra. Il n’est pas certain qu’il ait accès aux commentaires du Blog. Bonnes fêtes de fin d’année à Toi Colette. D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  3. le 4 janvier, 2016 à 15:58 didierlebras écrit:

    Merci, j’extrais votre réponse pour l’incorporer à ma page 115-11.
    Amitiés et que longtemps vive MURAT !
    D

    Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

    Répondre

  4. le 4 janvier, 2016 à 22:27 SIMONNEAU Marcel écrit:

    Bonsoir Jean-Louis !

    Tout d’abord, je vous présente tous mes voeux pour cette année 2016. De l’inspiration, toujours plus de fans, tplein de concerts et surtout ce que vous souhaitez de meilleur pour votre vie…

    Voilà comment je vous ai connu… Dans les années 80, je vivais en Auvergne (ô nostalgie, je n’y suis plus !) et j’écrivais des paroles pour les chansons de mon ami Michel THIALLIER (9 titres dans différents albums) qui a beaucoup collaboré avec Denis Clavaizolle. L’arrangement de « Quand tu reviendras » (face A du 45 tours : https://soundcloud.com/marcel-simonneau/quand-tu-reviendras ), notre première collaboration, a été fait par Denis qui figure sur la pochette…
    Un jour, Michel me dit un peu en ces termes : « Nous avons un auvergnat qui sort du lot ! ». Jamais entendu parler auparavant ! Et là

    Répondre

  5. le 4 janvier, 2016 à 22:45 SIMONNEAU Marcel écrit:

    Bonsoir Jean-Louis !

    Tout d’abord, je vous présente tous mes voeux pour cette année 2016. De l’inspiration, toujours plus de fans, plein de concerts et surtout tout ce que vous souhaitez de meilleur pour votre vie…

    Voilà comment je vous ai connu… Dans les années 80, je vivais en Auvergne (ô nostalgie, je n’y suis plus !) et j’écrivais des paroles pour les chansons de mon ami Michel THIALLIER (9 titres dans différents albums) qui a beaucoup collaboré avec Denis Clavaizolle. L’arrangement de « Quand tu reviendras » (face A du 45 tours : https://soundcloud.com/marcel-simonneau/quand-tu-reviendras ), notre première collaboration, a été fait par Denis qui figure sur la pochette…
    Un jour, Michel me dit un peu en ces termes : « Nous avons un auvergnat qui sort du lot ! ». Jamais entendu parlé auparavant ! Et là, je me suis de suite informé… J’ai découvert un artiste hors du commun qui me rappelait un peu les ambiances que Roda Gil mettait dans ses textes pour les chansons de Julien Clerc à ses débuts (du temps de « La petite sorcière malade », etc….). Ca n’était pas comparable mais ça me transportait de la même manière parce que c’était de la même verve et de la grande poésie comme j’aimerais savoir l’écrire. Voilà Jean-Louis, et depuis je suis resté fan de vous et de votre univers, et je suis fier de l’être parce que je connais aussi les ambiances des puys (c’est un plus…) et qu’ils me manquent depuis plus de 20 ans. Voilà, je m’arrête là et je vous glisse quelques petits liens de présentation (pour ma pub car je recherche de nouvelles collaborations en tant que parolier). Merci pour votre immense talent ! Musicalement, Marcel. Mon site : http://marcelsimonneau.monsite-orange.fr/ Mes maquettes de chansons toutes faites maison par mes soins, et quelques poèmes : https://www.youtube.com/user/marcelsimonneau https://soundcloud.com/stream

    NB : entre autres collaborations, un titre sur l’album « ANGEL » de Freddy PETIT : « TU N’ES PLUS LA » dont j’ai écrit le texte.

    Répondre

  6. le 4 janvier, 2016 à 22:59 SIMONNEAU Marcel écrit:

    Voilà comment j’ai connu Jean-Louis MURAT… Dans les années 80, je vivais en Auvergne (ô nostalgie, je n’y suis plus !) et j’écrivais des paroles pour les chansons de mon ami Michel THIALLIER (9 titres dans différents albums) qui a beaucoup collaboré avec Denis Clavaizolle, son compositeur et arrangeur attitré. L’arrangement de « Quand tu reviendras » (la face A du 45 tours : https://soundcloud.com/marcel-simonneau/quand-tu-reviendras ), notre première collaboration, a été fait par Denis qui figure sur la pochette…
    Un jour, Michel me dit un peu en ces termes : « Nous avons un auvergnat qui sort du lot ! ». Jamais entendu parlé auparavant ! Et là, je me suis de suite informé… J’ai découvert un artiste hors du commun qui me rappelait un peu les ambiances que Roda Gil mettait dans ses textes pour les chansons de Julien Clerc à ses débuts (du temps de « La petite sorcière malade », etc….). Ca n’était pas comparable mais ça me transportait de la même manière parce que c’était de la même verve et de la grande poésie comme j’aimerais savoir l’écrire. Et depuis je suis resté fan de lui et de son univers musical, et je suis fier de l’être parce que je connais aussi comme lui les ambiances des puys (c’est un plus…) qui d’ailleurs me manquent depuis plus de 20 ans. Voilà, je m’arrête là et je vous glisse quelques petits liens de présentation (pour ma pub lol car je recherche de nouvelles collaborations en tant que parolier avec des artistes qui tournent). Mon site : http://marcelsimonneau.monsite-orange.fr/ Mes maquettes de chansons toutes faites maison par mes soins, et quelques poèmes : https://www.youtube.com/user/marcelsimonneau https://soundcloud.com/stream

    NB : entre autres collaborations, un titre sur l’album « ANGEL » de Freddy PETIT : « TU N’ES PLUS LA » dont j’ai écrit le texte.

    Répondre

  7. le 14 janvier, 2016 à 14:06 encreviolette écrit:

    Pour témoigner de mon attachement à Jean-Louis Murat, je pourrais ne pas me compliquer la tâche en vous joignant le lien suivant tiré de mon blog :
    http://encreviolette.unblog.fr/2009/10/22/mots-a-maux-de-jean-louis-murat-a-mano-solo-1/
    J’y ai dit beaucoup. Ce serait finalement une posture très « muratienne » de vous envoyer paître dans ses prés arvernes. L’homme est souvent ronchon avec les médias et son public, ce n’est pas pour me déplaire, bien au contraire.
    Je ne suis pas un exégète de Murat comme vous, Didier. Je ne saurais dégager le fil conducteur qui me guide dans sa discographie foisonnante. Le poète aime nous surprendre, nous déranger même en mettant sa musique sur les vers de Baudelaire et Pierre-Jean de Béranger, ou parfois en parlant avec justesse de foot ou de vélo.
    Si je me souviens bien, j’ai croisé Murat, pour la première fois, il y a un quart de siècle, dans le col de la Croix Morand. Mon oreille fut alertée par quelques aboiements inhabituels dans un disque dit de variétés. Je m’approchai alors avec la prudence qui sied pour les chiens de troupeau.
    En guise de balade (ou ballade, le mot fonctionne aussi) sur le vieux massif hercynien, je me rendis alors à ma médiathèque francilienne voisine. Je tombai sur un cd un peu hybride, un Live in Dolorès et un tout aussi vivant Murat en plein air. Un vivifiant bol d’air dans lequel je trempais à satiété mes lèvres au « lait des narcisses », et goûtais en boucle à cet instrumental truffé de bruits de buron.
    « Notre troupeau devait donner du lait au goût de réglisse et d’airelles » … c’est ainsi que je fis connaissance de Perce-neige et, depuis, aime définitivement Murat.
    Même s’il serait réducteur de classer Jean-Louis dans cet unique talent de portraitiste, je fus conquis par sa manière de croquer les « gens de peu » de son pays (pour reprendre le titre d’un beau livre du regretté sociologue Pierre Sansot : « Gens de peu comme il y a des gens de la mer, de la montagne, des plateaux, des gentilshommes. Ils forment une race. Ils possèdent un don, celui du peu, comme d’autres ont le don du feu, de la poterie, des arts martiaux, des algorithmes. Ils ne concevaient pas leur différence comme une prétendue infériorité. Ils se levaient tôt, ils travaillaient plus tard et plus souvent. Une pareille condition ne signifiait pas qu’ils possédaient moins de valeur. Le peu ne présuppose pas la petitesse mais plutôt un certain champ dans lequel il est possible d’exceller. ») Ainsi sont et vont le berger de Chamablanc, un voleur de rhubarbe, Jeanne la rousse ou la fille du fossoyeur, une sorte d’inventaire aux prés verts.
    Un sentiment étrange me parcourt quand je goûte chaque nouvelle cuvée muratienne. À la différence de Philippe Delerm avec sa bière, la première gorgée ne me transporte pas forcément, et puis, et puis … je me rends à l’évidence, au fil des écoutes, la magie opère, c’est capiteux, c’est voluptueux, c’est sensuel, je m’enivre.
    C’est la preuve que Murat comme pour tous les poètes, ce n’est pas facile, ça s’apprend, ça se découvre doucement, et puis, un jour, on se libère pour arpenter seul les chemins musicaux d’une transhumance imaginaire. Ainsi, « fréquente-t-on la beauté » !

    Dernière publication sur A l'encre violette : Les mystérieuses vacances de Monsieur Mulot ...

    Répondre

    • le 14 janvier, 2016 à 14:28 didierlebras écrit:

      Cher monsieur, j’ai lu et relu … j’y reviendrai … votre plume me procure tant de plaisirs. Je n’ai pas votre rigueur. Je viens souvent me promener sur votre Blog qui pour moi est un exemple … encre violette ??? encre de mémoire !!! Merci beaucoup ! Je collecte et m’autorise à accompagner votre mot du fronton de votre école … Tout un symbole !

      Dernière publication sur  : Jean-Louis MURAT ... il aime ... il n'aime pas ...

      Répondre

Laisser un commentaire

midnightspecial |
2NE1 |
Publications et éditions Mu... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MEGA TOON
| alsevenement
| guitare1